Covid-19 : le gouvernement écarte un confinement imposé pour les personnes âgées

« Aujourd’hui, la stratégie qui fonctionne, c’est celle d’un confinement généralisé », a également prôné le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal.

 Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, a écarté ce dimanche l’idée d’un confinement imposé aux personnes âgées.
Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, a écarté ce dimanche l’idée d’un confinement imposé aux personnes âgées.  LP/Fred Dugit

« Nous ne voulons pas confiner les personnes âgées et vulnérables aujourd'hui ». Les mots, clairs, sont ceux d'Olivier Véran ce dimanche sur France Inter. Alors que l'hypothèse d'un confinement des anciens est revenue dans l'actualité cette semaine, après l'aggravation de l'épidémie, le gouvernement écarte donc cette possibilité.

« Je ne suis pas capable de vous dire ce qu'on doit entendre par personnes âgées, a encore dit le ministre de la Santé. Face à ce risque viral, face à cette inconnue virale, nous nous enseignons les uns les autres, les différents pays. Aujourd'hui, il n'y a pas un pays qui ait mis un confinement pour les personnes fragiles. Aujourd'hui, la stratégie qui fonctionne, c'est celle d'un confinement généralisé. »

Un peu plus tôt, le porte-parole du gouvernem nt avait déjà écarté un confinement imposé pour les personnes âgées. « Il n'est pas question pour nous d'avoir un confinement imposé pour les personnes âgées », a assuré Gabriel Attal, invité du Grand rendez-vous Europe 1/LesEchos/CNews, interrogé sur le secteur de la population le plus touché par le coronavirus.

« D'abord parce qu'éthiquement, ce serait objectivement compliqué », a-t-il souligné. « Ensuite parce que c'est parfois méconnaître la situation de beaucoup de personnes âgées qui ne vivent pas seules et qui vivent avec parfois plusieurs générations de la même famille dans le même appartement », a-t-il ajouté.

Le porte-parole a par ailleurs rappelé que 30 % des personnes actuellement en réanimation ont moins de 60 ans. « On voit bien que, y compris avec des personnes plus jeunes, les réanimations pourraient progressivement se retrouver saturées », a-t-il indiqué.

« Nous ne voulons pas d'un Noël en visio »

A l'approche des fêtes, il a reconnu que les Français ne pourraient pas vivre un Noël comme d'habitude, alors qu'ils sont soumis à un reconfinement depuis une semaine pour empêcher la propagation du virus.

« Mais je vais vous dire les choses très clairement : nous ne voulons pas d'un Noël en visio. Nous voulons que les Français puissent fêter Noël le plus normalement possible », a assuré Gabriel Attal. « Si nous prenons des mesures difficiles aujourd'hui, c'est précisément pour pouvoir vivre un Noël avec ses proches », a-t-il ajouté, sans toutefois préciser « pour l'instant » dans quelles conditions les Français pourraient fêter Noël.