Covid-19 : le géant de la pharmacie Bayer va produire le vaccin de CureVac

L’objectif est de produire 160 millions de doses de vaccin en 2022 pour augmenter la disponibilité des vaccins.

 Une personne se fait vacciner contre le Covid-19. (illustration)
Une personne se fait vacciner contre le Covid-19. (illustration) LP/Philippe de Poulpiquet

Bayer, géant allemand de la pharmacie, annonce ce lundi qu'il va produire dès 2022 le vaccin contre le Covid-19 développé par son concurrent CureVac. Cette annonce intervient alors que le secteur est sous pression pour accélérer les cadences.

«Nous disposons des compétences nécessaires pour produire le vaccin mRNA de CureVac», a indiqué Stefan Oelrich, directeur de la branche pharmaceutique du groupe, lors d'une conférence en ligne, ajoutant que l'objectif était une production de 160 millions de doses en 2022. «La disponibilité des vaccins doit encore être augmentée», a-t-il ajouté.

Ces capacités s'ajoutent à une production dans le réseau existant de CureVac de 300 millions de doses cette année et un milliard en 2022, a expliqué Franz-Werner Haas, patron de CureVac, dont le projet de vaccin se trouve actuellement en phase 3 des essais cliniques. Il est «en voie de certification», a souligné le ministre allemand de la Santé, Jens Spahn, lors de cette même conférence de presse.

Une nécessité face aux mutants et aux besoins d'une deuxième vaccination

Assurer une production du vaccin sur le long terme est d'autant plus important face à d'éventuelles mutations ou la nécessité d'une deuxième vaccination au bout d'une ou de plusieurs années, rappelle le membre du gouvernement allemand.

Bayer et le laboratoire CureVac, basé à Tübingen (sud-ouest de l'Allemagne), ont annoncé début janvier un partenariat pour accélérer le développement du vaccin. «Bayer apportera son expertise et l'infrastructure établie dans des domaines tels que les opérations cliniques, les affaires réglementaires, la pharmacovigilance, l'information médicale, la performance de la chaîne d'approvisionnement», ont alors indiqué les deux entreprises.

La Commission européenne a déjà signé un contrat avec cette start-up spécialisée dans la technique de l'ARN messager, portant sur l'achat de 405 millions de doses.

 
Société