Covid-19 : le confinement partiel de Madrid est «nuisible aux droits fondamentaux», selon la justice

4,5 millions de personnes sont concernées par des restrictions que le gouvernement voudrait appliquer.

 Madrid (Espagne), lundi. La polic effectue un contrôle pendant un confinement partiel.
Madrid (Espagne), lundi. La polic effectue un contrôle pendant un confinement partiel. Reuters/Sergio Perez

La justice désapprouve le pouvoir politique en Espagne dans la lutte contre la pandémie de Covid-19. Un haut tribunal de Madrid a rejeté ce jeudi le bouclage partiel de la capitale espagnole et de neuf communes voisines. Ce dispositif a été imposé par les autorités pour tenter de freiner la deuxième vague de nouveau coronavirus.

La justice «a rejeté la ratification (des mesures), car elles nuisaient aux droits et libertés fondamentales» des 4,5 millions d'habitants concernés par ce bouclage partiel entré en vigueur vendredi soir, indique le tribunal.

Le bouclage partiel de Madrid et de neuf localités des environs est entré en vigueur vendredi soir pour une durée de deux semaines. Il avait été imposé par le gouvernement central au terme de tractations acharnées avec les autorités régionales, seules compétentes en matière de santé et qui s'y opposaient.

Avec ces restrictions, les habitants concernés peuvent aller et venir librement dans leur commune mais ils n'ont le droit d'en sortir que pour des raisons de première nécessité : aller travailler, étudier ou aller chez le médecin... Ils ne sont donc pas confinés chez eux comme cela avait été le cas au printemps.

Le pays a beaucoup de cas par rapport à sa population

Ce dispositif est toutefois difficilement applicable. De plus la police attendait le feu vert de la justice pour pouvoir commencer à verbaliser les personnes ne respectant pas ces nouvelles mesures, accord rejeté donc ce jeudi.

Le nombre de cas connus de Covid-19 a dépassé les 800 000 lundi en Espagne, qui compte plus de 32 000 morts et est l'un des pays ayant le plus grand nombre de cas par rapport à sa population de toute l'Union européenne. Mais le gouvernement central et la région de Madrid se sont déchirés sur les décisions à prendre pour juguler la pandémie dans la capitale.

VIDÉO. Madrid reconfiné partiellement : «Ce sont toujours les mêmes qui payent», peste un habitant