Covid-19 : le confinement des plus vulnérables «n’a pas été envisagé»

La ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal a démenti ce vendredi toute volonté gouvernementale de reconfiner les seniors et les personnes malades.

 Frédérique Vidal, ici à la sortie du Conseil des ministres ce 20 janvier.
Frédérique Vidal, ici à la sortie du Conseil des ministres ce 20 janvier.  LP/Olivier Corsan

Tout le monde sera reconfiné, ou personne ne le sera. C'est en substance le message adressé par le gouvernement, par la voix de sa ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal, invitée de BFMTV-RMC ce vendredi. Tandis que l'exécutif semble de moins en moins exclure l'éventualité d'un troisième confinement, la ministre a réfuté toute volonté de ne confiner qu'une partie de la population.

« Ça n'a pas été quelque chose qui a été envisagé », affirme ce vendredi Frédérique Vidal. La veille, l'infectiologue Odile Launay défendait, sur le même plateau, l'hypothèse d'un confinement partiel ciblant les personnes vulnérables.

« Les personnes qui se sentent vulnérables s'autoconfinent naturellement, répond la ministre de l'Enseignement supérieur. Il y a beaucoup de gens qui, bien qu'on ne soit plus en période de confinement, restent chez eux, sortent le moins possible. »

Rattraper le tir face au désarroi étudiant

Frédérique Vidal a profité de son intervention pour développer le sens des annonces faites la veille par le président de la République à l'adresse des étudiants français. De plus en plus isolés, certains d'entre eux décrochent des cours ou se trouvent en proie à la dépression, au point parfois de commettre l'irréparable face à une situation devenue très préoccupante.

Jeudi, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d'un « chèque-psy » pour permettre aux étudiants de consulter à moindres frais un professionnel de la santé mentale. Les restaurants universitaires, eux, vont désormais proposer un repas à 1 €, midi et soir, pour compenser avec la perte des petits boulots alimentaires des plus jeunes à cause du Covid-19.

L'objectif affiché est de recréer du lien par le prisme de l'université, fermée depuis fin février. « L'enseignement, c'est beaucoup de rapports humains, justifie la ministre. […] Les profs nous l'ont dit, les étudiants nous l'ont dit, il y avait besoin de remettre un contact entre les étudiants et les enseignants. Ce que le président nous a demandé de faire […], c'est de trouver des protocoles qui permettent […] de maintenir du lien entre les étudiants et les professeurs. »

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

Une journée de retour à la fac, en présentiel, est prévue à compter du deuxième semestre pour chaque étudiant - un deuxième semestre commencé, déjà, dans certaines universités. « Il va falloir qu'on aille très vite », résume la ministre. Les autres étudiants auront la possibilité de retrouver la fac et certains de leurs camarades un jour par semaine à partir de début février.