Covid-19 : l’Italie resserre elle aussi la vis face à la deuxième vague

Le décret, signé ce mardi par le Premier ministre Giuseppe Conte, interdit notamment les fêtes et célébrations à l’extérieur comme dans les lieux fermés.

 L’Italie cherche à éviter un nouveau confinement général comme celui du printemps qui a plombé l’activité de la troisième économie de la zone euro.
L’Italie cherche à éviter un nouveau confinement général comme celui du printemps qui a plombé l’activité de la troisième économie de la zone euro. REUTERS/Guglielmo Mangiapane

La fin du « miracle italien » ? Si depuis la fin de l'été et la résurgence de la pandémie en Europe l'Italie a souvent été montrée en exemple sur sa gestion du déconfinement, le pays, très durement touché lors de la première vague en mars, est lui aussi contraint de mettre en place des mesures de restriction.

Comme l'Allemagne, l'Angleterre ou la France avant elle, la péninsule italienne, qui dénombre désormais plus de 36000 morts, a donc décidé de resserrer la vis. Le décret, signé par le Premier ministre Giuseppe Conte pour 30 jours, interdit désormais aux bars et restaurants de servir des clients non assis après 21 heures. Les fêtes et célébrations à l'extérieur comme dans les lieux fermés sont désormais proscrites. Le nombre d'invité à domicile est aussi limité à six.

Sont également interdits pendant un mois les sports de contact entre amis, et les voyages scolaires. Les mariages et les baptêmes ne peuvent accueillir plus de 30 personnes. Et dès la semaine dernière le port du masque, déjà très largement respecté, a été rendu obligatoire sur tout le territoire, y compris à l'extérieur.

Eviter un reconfinement général

Le décret a été négocié avec les régions, directement responsables de la gestion sanitaire, mais le chef du gouvernement n'a pas exclu de prendre à l'avenir des mesures plus coercitives encore si la situation continuait à se détériorer.

Même si l'Italie a enregistré 4619 nouveaux cas lundi, un chiffre plus vu depuis avril, ce dernier semble à peu près stabilisé et reste très inférieur aux taux de contamination observés par exemple en Espagne ou en France, où de nouvelles restrictions pourraient être annoncées par le président Macron mercredi soir. L'Italie cherche surtout à éviter un nouveau confinement général comme celui du printemps qui a plombé l'activité de la troisième économie de la zone euro.

Parallèlement, l'Italie a aussi assoupli son protocole sanitaire lié à la quarantaine des cas contacts et l'isolement des cas positifs. Jusqu'à présent, en cas de test positif, la règle était d'imposer 14 jours d'isolement et deux tests négatifs à l'issue de cette période pour pouvoir en sortir.

Désormais la quarantaine sera de dix jours, dont les trois derniers sans symptôme pour les personnes symptomatiques, et un seul test négatif sera suffisant pour établir qu'une personne est guérie.