Covid-19 : «Il existe bien un chemin pour éviter le reconfinement», estime Gabriel Attal

A l’issue du Conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement a évoqué la situation sanitaire et salué la mobilisation de tous.

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, ce mercredi, lors du compte-rendu du Conseil des ministres.
Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, ce mercredi, lors du compte-rendu du Conseil des ministres. AFP/Ludovic Marin

S’il fallait faire une analogie avec la situation météo du jour, la situation épidémique de la France ressemble à une mince couche de glace, qui pour l’instant ne cède pas. «Nous sommes toujours sur ce même plateau haut qui apparaît légèrement déclinant depuis une semaine. Il faut rester extrêmement prudent», a affirmé ce mercredi à midi le porte-parole du gouvernement. En l’état actuel, « une cinquantaine de départements connaissent une baisse importante du taux d’incidence ». On compte aussi « une trentaine de départements où l’incidence est stable et une vingtaine où elle continue d’augmenter », a-t-il précisé. Mais la situation « reste fragile », car il y a une forte disparité territoriale et les seuils d’alerte sont franchis partout, a toutefois mis en garde Gabriel Attal à l’issue du Conseil des ministres, précédé tôt dans la matinée d’un conseil de défense sanitaire.

Le premier enseignement à en tirer, selon la voix du gouvernement, c’est qu’« il existe bien un chemin pour éviter le reconfinement. Il n’est pas large, mais il existe, et nous aurions tort de ne pas tout mettre en œuvre pour y parvenir », a fait valoir le secrétaire d’Etat, répétant, comme il l’a déjà fait ces dernières semaines, que le reconfinement doit être « l’ultime recours ».

L’appel au télétravail a été entendu

Le porte-parole du gouvernement a ensuite donné plusieurs indicateurs. S’agissant du télétravail, qui était moins observé dans les entreprises, il y a eu depuis le début de l’année « près de 2800 interventions de l’inspection du Travail dans les entreprises » pour remobiliser. Et, preuve en est, on observe « un très léger infléchissement du trafic RATP ». De même, le travail à la maison progresse de nouveau au sein de la fonction publique.

Au sujet des frontières, dont la fermeture a été renforcée, « la semaine dernière, plus de 1000 personnes ont été non admises sur le territoire national dont près de 200 réembarquements immédiats ». Il y a aussi eu « 1 44 refus de sortie du territoire faute de motif impérieux approprié ». La conséquence en est une baisse de 70 % des départs vers les territoires d’outre-mer, et de 40 % vers les pays hors Union européenne, selon lui.

Enfin, le nombre de contrôles liés à la bonne application du couvre-feu a augmenté de 50 % en une semaine. « Sur plus de 10 000 établissements recevant du public, selon les nouvelles jauges mises en place, 400 ont été verbalisés ».