Covid-19 : des transferts de malades vers l’Allemagne «envisagés dans les prochains jours»

Des évacuations entre régions françaises sont aussi envisagées, indique ce mardi Frédéric Valletoux, le président de la Fédération hospitalière de France. La DGS, elle, tempère.

 La deuxième vague épidémique n’en finit pas de monter et « la pression est extrêmement forte dans certains territoires », en particulier Auvergne-Rhône-Alpes et dans les Hauts-de-France, a déclaré M. Valletoux lors d’une visio-conférence de presse (Photo d’illustration).
La deuxième vague épidémique n’en finit pas de monter et « la pression est extrêmement forte dans certains territoires », en particulier Auvergne-Rhône-Alpes et dans les Hauts-de-France, a déclaré M. Valletoux lors d’une visio-conférence de presse (Photo d’illustration). LP/Alexandre Métivier

Eviter le pire dans les hôpitaux sous pression. Des transferts de malades du Covid-19 depuis les Hauts-de-France vers l'Allemagne sont « envisagés dans les prochains jours », ainsi que des évacuations vers d'autres régions françaises, a indiqué mardi Frédéric Valletoux, le président de la Fédération hospitalière de France (FHF).

La deuxième vague épidémique n'en finit pas de monter et « la pression est extrêmement forte dans certains territoires », en particulier Auvergne-Rhône-Alpes et dans les Hauts-de-France, a déclaré Frédéric Valletoux lors d'une visio-conférence de presse. « Des transferts vers d'autres régions, voire d'autres pays, vont permettre de faire baisser cette pression et seront parfois indispensables », a-t-il ajouté.

« Dans les dix jours qui viennent »

Ainsi, dans les Hauts-de-France, « il est envisagé dans les prochains jours des transferts vers l'Allemagne ou vers d'autres régions », a affirmé le président de la fédération des hôpitaux publics. Ces évacuations pourraient intervenir « dans les dix jours qui viennent », a-t-il précisé, les autorités sanitaires prédisant « un point de saturation avéré d'ici une dizaine de jours » dans les services de réanimation.

La Direction générale de la Santé (DGS) tient tout de même à préciser que rien n'a encore été décidé. « Les trains sanitaires font partie des moyens mobilisables mais aucun TGV n'a été affrété », indique-t-elle.

Des transferts de malades ont déjà eu lieu entre établissements d'une même région, « notamment en Auvergne-Rhône-Alpes », et entre régions, « la Bretagne étant la plus sollicitée » pour ces opérations, menées « pour l'instant par voie aérienne », a rappelé Zaynab Riet, déléguée générale de la FHF.

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a souligné lundi sur RTL qu'« une quarantaine de transferts avaient déjà été opérés la semaine dernière », dont « un certain nombre ont été faits avant que la situation ne soit trop critique […], de manière à faire les choses par anticipation, forts de l'expérience de la première vague ».