Covid-19 : comment 50000 cas contacts ont disparu des radars à cause d’Excel en Grande-Bretagne

La polémique enfle outre-Manche après la découverte d’une erreur ayant fait disparaître près de 16 000 résultats de tests. La raison ? Le tableur avait atteint sa taille maximale.

 Une fois la taille maximale d’un fichier Excel atteinte, impossible d’ajouter une nouvelle ligne.
Une fois la taille maximale d’un fichier Excel atteinte, impossible d’ajouter une nouvelle ligne. Capture d’écran

Entre le 25 septembre et le 2 octobre, 15 841 cas ont été « oubliés » dans les chiffres officiels britanniques, du fait d'une caractéristique typique du logiciel Microsoft Excel : la taille maximale d'un fichier.

Au-delà d'un certain nombre de lignes, le plus célèbre outil de création de tableurs n'est plus en mesure d'enregistrer de nouvelles informations. Or, Public Health England (PHE), l'homologue britannique de Santé Publique France, a choisi d'agréger les données des résultats des tests en utilisant Excel et le format XLS plutôt que le format XLSX, qui permet d'enregistrer davantage d'informations ou, encore meilleure solution, le format CSV, dont rien ne limite la taille.

Une opération qui repose sur un format de 1987

Voici comment se déroulait jusqu'alors l'opération : les laboratoires envoyaient leurs résultats dans un gabarit créé par PHE, en format XLS, un standard datant de 1987 capable de contenir à peine plus de 65 000 lignes. Au-delà de ces quelques lignes, les autres cas n'étaient pas pris en compte.

Si les personnes positives ont été retrouvées et contactées afin de leur permettre de s'isoler par le service NHS Test and Trace , l'équivalent local de l'application StopCovid, le retard dans cette prise de contact est perçu outre-Manche comme étant très préjudiciable en termes de nouvelles contaminations potentielles. Les spécialistes estiment ainsi à 50 000 le nombre de personnes qui auraient dû être prévenues de leur entrée en contact avec un cas positif, et qui ne l'ont pas été à temps.

Ce que beaucoup décrivent comme une erreur de débutants met encore plus en péril l'avenir de Public Health England, dont la gestion de la pandémie a été vertement critiquée au sein du Gouvernement de sa Majesté : « Tout ce qu'ils touchent se transforme en bâton ****eux », rapporte un ministre anonyme au Daily Mail.