Covid-19 : allègement des restrictions de vol avec Mayotte et la Guyane

Pour se déplacer vers ou depuis l’un des deux territoires d’outre-mer, sortis de l’état d’urgence sanitaire mi-septembre, un « motif impérieux » ne sera plus obligatoire.

 La compagnie Air Caraïbes effectue des vols entre la métropole et l’outre-mer.
La compagnie Air Caraïbes effectue des vols entre la métropole et l’outre-mer. AFP/Eric Piermont

Il ne sera plus impératif de présenter un « motif impérieux » pour se déplacer entre, d'une part, la Guyane et Mayotte et, d'autre part, la métropole, apprend-on dans un décret publié ce dimanche au Journal officiel.

Jusque-là, chaque passager souhaitant se rendre dans l'un de ces deux territoires d'outre-mer (ou en revenir) devait signer une « attestation de déplacement dérogatoire » (téléchargeable sur le site du ministère de l'Intérieur ). Il lui fallait alors signer l'une des cases suivantes : « motif impérieux d'ordre personnel ou familial », « motif de santé relevant de l'urgence », ou encore « motif professionnel ne pouvant être différé ». Désormais, cela ne concerne plus que la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie française, et Wallis et Futuna.

Test négatif toujours obligatoire

Attention cependant : cet allégement ne pourrait être que temporaire. Le même décret prévoit en effet que, dans les territoires d'outre-mer, le préfet « est habilité à interdire les déplacements [par avion] » en dehors des motifs listés ci-dessus, « lorsque les circonstances locales l'exigent ». Cela vaut pour la Guyane et Mayotte, mais aussi pour la Guadeloupe, la Martinique et La Réunion. La préfecture de Guadeloupe (classé en état d' « alerte maximale ») a d'ailleurs annoncé ce dimanche que les voyageurs en provenance de la Martinique, de Saint-Martin, de Saint-Barthélemy et de la Guyane « devront justifier d'un motif impérieux » pour prendre l'avion.

Par ailleurs, il reste obligatoire de présenter un test virologique négatif réalisé moins de 72 heures avant le vol si l'on souhaite prendre l'avion depuis la métropole vers la Guyane ou Mayotte.

« Amélioration de la situation épidémiologique »

Ces deux territoires d'outre-mer étaient déjà sortis de l'état d'urgence sanitaire le 17 septembre, un mois et demi avant la date initialement prévue. Cette décision avait été prise en raison de « l'amélioration de la situation épidémiologique observée dans ces deux territoires au cours des dernières semaines », avait justifié le gouvernement. Le taux d'incidence y est, respectivement, de 53 et de 29,3 nouveaux cas pour 100 000 habitants sur la semaine écoulée (selon les chiffres les plus récents de Santé publique France), alors qu'il était au moins 5 fois supérieur quelques semaines plus tôt.

La Guyane et Mayotte sont désormais simplement classés en zone d' « alerte », comme 68 autres départements français. Le décret publié ce dimanche entérine d'ailleurs l'ajout à cette liste de 14 territoires, donc la Savoie et l'Oise. Ce qu'avait déjà dévoilé le ministre de la Santé, Olivier Véran, le 23 septembre, en présentant la nouvelle cartographie de l'épidémie.

Covid-19 : allègement des restrictions de vol avec Mayotte et la Guyane