Covid-19 : à Paris, les bars fermeront bien à 22 heures dès lundi

Les restaurants qui ne servent « pas d’alcool sans nourriture », selon la formule retenue par les autorités, ne sont pas concernés.

 Les bars fermeront bien à partir de 22 heures à Paris dès lundi soir.
Les bars fermeront bien à partir de 22 heures à Paris dès lundi soir. LP/Valentin Cebron

Pas d'exception. Comme évoqué mercredi par Olivier Véran, les bars devront bien fermer à 22 heures à Paris, et ce pour une durée minimale de 15 jours. Les restaurants qui ne servent « pas d'alcool sans nourriture », selon la formule retenue par les autorités, ne seront pas concernés par cette restriction anti-Covid, a précisé la préfecture de police dans un message transmis vendredi aux maires d'arrondissement.

Ces directives font suite à la concertation engagée entre le préfet de police de Paris et les élus depuis l'annonce, mercredi soir, d'un nouveau tour de vis dans les principales métropoles françaises face au regain de l'épidémie.

Paris et sa petite couronne font partie des onze grandes villes françaises placées en « zone d'alerte renforcée » où « les bars ne pourront pas rester ouverts au-delà de 22 heures » à partir de lundi, avait souligné le ministre de la Santé Olivier Véran.

« Nous allons utiliser la souplesse maximale accordée aux préfets pour l'horaire de fermeture des débits de boissons, à savoir 22 heures », indique la préfecture de police dans son message aux maires d'arrondissement de la capitale.

« Nous tenons, ajoute-t-elle, à préserver les restaurants (au sens, qui ne sert pas d'alcool sans nourriture) de cette mesure, ils pourront donc continuer à fonctionner normalement. Il faut être conscients du fait que la ligne de partage entre bars et restaurants, en droit, est complexe, mais nous pensons avoir trouvé un moyen d'objectiver cela dans l'arrêté. »

Dans un autre communiqué, la préfecture précise également que la vente à emporter d'alcool et la consommation sur la voie publique sont interdites de 22 heures à 6 heures.

Les établissements qui ne respecteraient pas ces décisions « feront systématiquement l'objet de procédures admnistratives pouvant aller jusqu'à une fermeture », rappelle la préfecture, qui précise que « les cérémonies à caractère cultuel restent autorisées, dès lors qu'elles respectent les gestes barrière ».

VIDÉO. Covid-19 : à Paris, des restaurateurs inquiets jettent leurs clés au sol

La préfecture de police souhaite également « une grande souplesse sur les mesures concernant les activités scolaires et périscolaires », qu'elle veut maintenir, et autoriser l'utilisation des « équipements municipaux comme les gymnases, par exemple, à ce type de publics ». Les équipements sportifs de plein air peuvent rester ouverts.

En outre, « les cérémonies de mariage peuvent avoir lieu mais pas les fêtes de mariage ». Les élus peuvent mettre à disposition les salles municipales pour des événements non festifs tels que des « cours de peinture ou le forum des associations », est-il précisé. « Les cérémonies cultuelles prévues notamment dans les prochains jours dans la communauté juive sont autorisées si elles se déroulent dans des espaces clos et pas sur l'espace public », ajoute le message.

L'interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes dans l'espace public « ne concerne pas les cimetières, ni les activités professionnelles sur l'espace public (chantiers, tournages, guides touristiques…) ».

Enfin, la jauge maximale pour les grands événements va, comme prévu, être abaissée à 1000 personnes et cela s'applique « à tous les événements, en intérieur ou en extérieur ». Est notamment concerné le tournoi de Roland-Garros qui commence dimanche. Cette jauge est à calculer « à l'instant T, hors membres du staff, personnels techniques, etc. », précise la préfecture.