Cours en présentiel à l’université de Lorient : pas de sanction pour l'enseignante

A l'issue de sa convocation lundi par sa hiérarchie, l'enseignante a précisé qu'elle n'avait pas été sanctionnée.

 La présidente de l'UBS a confirmé l'absence de poursuites disciplinaires à l'égard de l'enseignante concernée.
La présidente de l'UBS a confirmé l'absence de poursuites disciplinaires à l'égard de l'enseignante concernée. Google Streetview.

Une enseignante de l'Université de Bretagne Sud (UBS), à Lorient, qui donnait des cours en présentiel, malgré l'interdiction, à des étudiants volontaires, n'a pas été sanctionnée.

Florence Gourlay, maîtresse de conférence en géographie, donne depuis début janvier des cours à des étudiants de master 1 et 2, ainsi qu'à des L3, malgré l'interdiction du présentiel hors travaux pratiques ou dirigés, décidée en raison de l'épidémie de Covid-19.

A l'issue de sa convocation lundi par sa hiérarchie, l'enseignante a précisé qu'elle n'avait pas été sanctionnée. La présidente de l'université, Virginie Dupont, avait fait savoir la semaine dernière qu'elle « réprouvait » cette initiative.

Dans un communiqué diffusé lundi après-midi, la présidente de l'université confirme, « dans un esprit de conciliation et au vu des évolutions annoncées jeudi dernier par le Président de la République », l'absence de « poursuites disciplinaires à l'égard de l'enseignante concernée ».

Soutien des étudiants et du Snes

Lors de la rencontre avec l'enseignante, « la présidente a rappelé que le retour en présentiel des étudiants constituait également une priorité pour elle mais que celui-ci ne pouvait se faire qu'en cohérence avec les mesures qui s'imposent aux établissements d'enseignement supérieur », indique le communiqué.

Près de 120 personnes, dont des étudiants, s'étaient rassemblées ce lundi en début de matinée devant l'université pour apporter leur soutien à l'enseignante mise en cause, selon la FSU Bretagne qui avait appelé au rassemblement.

« Nous soutenons cette décision face à la détresse dans laquelle se trouvent les étudiants et au sentiment que tous les étudiants du supérieur ne sont pas logés à la même enseigne, car les BTS et les classes préparatoires peuvent assister à des cours en présentiel », a indiqué Frédérique Lalys, co-secrétaire générale du Snes FSU, précisant que l'enseignante avait assuré « un strict respect des normes sanitaires de sécurité ».

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

Jeudi, le président Emmanuel Macron a souhaité que les étudiants puissent, s'ils le souhaitent, retourner suivre des cours en présentiel en amphi à l'université, à raison d'une journée par semaine et d'une jauge maximale de 20%. Une intervention sur le mal-être étudiant qui a permis à l'enseignante lorientaise d'éviter une sanction.