Coronavirus : les informations à retenir ce 26 août

Le virus poursuit son accélération en France. 5429 nouveaux cas confirmés ont été confirmés en 24 heures, un record depuis mi-avril.

 Des personnes portant le masque à Paris.
Des personnes portant le masque à Paris. LP/Raphaël Pueyo

Ce qu'il faut retenir :

  • Plus de 5 500 cas ont été dénombrés en France ces dernières heures. Un record depuis mi avril.
  • En France, au moins 1 800 personnes sont décédées du covid chez elles . Mais ce nombre ne peut être exact, compte tenu de la difficulté à les recenser .
  • Le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer a tenu une conférence de presse à 15 heures. Il a annoncé l’obligation du port du masque obligatoire pour tous les adultes à l’école.
  • Dans le même temps, le Premier ministre, après son interview sur France Inter ce matin, était l’invité des journées d’été du Medef. Son président, Geoffroy Roux de Bézieux a appelé le gouvernement à laisser de la « souplesse » aux entreprises pour organiser le port du masque obligatoire.

» Retrouvez les événements du 26 août :

20h15. Des contaminations records en France. Selon Santé Publique France, 5429 nouveaux cas ont été confirmés en 24 heures. Il s'agit d'un niveau jamais atteint depuis la mi-avril.

19h55. La Norvège déconseille les voyages vers l'Allemagne. La Norvège a officiellement déconseillé mercredi les voyages « non essentiels » vers l'Allemagne en raison de la recrudescence des cas de nouveau coronavirus dans ce pays, jusqu'alors considéré comme un modèle de gestion de la pandémie. Cette mesure annoncée par le ministère norvégien des Affaires étrangères obligera à compter du 29 août les voyageurs en provenance d'Allemagne mais aussi du Liechtenstein à observer une quarantaine de dix jours à leur arrivée sur le sol norvégien. Rares étaient jusqu'à présent les pays qui déconseillaient l'Allemagne comme destination.

19h30. A Berlin, une manifestation anti-masques interdite. La décision, justifiée par l'impossibilité de maintenir les distances et gestes barrières, a suscité un tollé parmi l'extrême droite. Des appels à « résister » et à manifester samedi en dépit de l'interdiction circulaient mercredi sur les réseaux sociaux. Le quotidien populaire Bild, le plus lu d'Allemagne, s'est lui-même ému dans un éditorial cinglant sur internet de cette interdiction, une « attaque inacceptable contre l'un de nos droits les plus fondamentaux ». Une précédente manifestation d'opposants aux mesures contre l'épidémie avait réuni le 1er août quelque 20 000 personnes dans un cortège hétéroclite rassemblant « libres penseurs », militants antivaccins, conspirationnistes ou encore sympathisants d'extrême droite, avant d'être interrompue par la police car les manifestants, après avoir été plusieurs fois rappelés à l'ordre, n'avaient pas respecté les gestes barrières.

19h05. Le Panama renonce à faire appel à des médecins cubains. Alors que le pays compte le plus grand nombre de cas avérés de coronavirus d'Amérique centrale, avec plus de 88 000 personnes contaminées et 1 919 morts, le gouvernement souhaitait faire venir des médecins cubains en renfort. Une décision qui avait suscité un tollé parmi les organisations de médecins panaméens, et critiqué par le gouvernement américain.

18h55. Les femmes auraient une meilleure réponse immunitaire, selon une étude. Publiée dans la revue scientifique Nature, l'étude rappelle que « les hommes représentent 60 % des morts du Covid-19 dans le monde ». Selon ces travaux, l'action des lymphocytes T (qui tuent les cellules infectées et sont ainsi responsables de l'un des volets de la réponse immunitaire) était plus forte chez les femmes que chez les hommes parmi les patients examinés. Et contrairement aux hommes, les femmes pouvaient développer une forte réponse des lymphocytes T même lorsqu'elles étaient âgées. De leur côté, à un stade précoce de l'infection, les hommes produisaient globalement plus de cytokines que les femmes. Or, c'est la production excessive et incontrôlée de ces substances, provoquée par un emballement du système immunitaire, qui est pointée du doigt dans les formes graves de Covid-19 (on appelle cela « orage de cytokines » ).

18h37. PSA Sochaux recrute 1 000 intérimaires pour revenir à une production d'avant-Covid. Le site va reconstituer lundi prochain une équipe de nuit sur sa ligne de montage des Peugeot 3008 et 5008 et de l'Opel Grandland X (dite « système 2 »), ainsi qu'une demi-équipe supplémentaire de jour pour la fabrication de la 308. A la fin de la semaine prochaine, l'usine retrouvera ainsi un volume de production approchant les 2 000 véhicules par jour, contre 2 200 avant la pandémie.

18h25. Le tourisme fait bondir le nombre de contaminations en Croatie. Le pays, qui a largement ouvert pendant l'été ses frontières aux touristes, a enregistré le nombre quotidien record de contaminations : 358 en 24h. Le gouvernement croate a estimé qu'il était toujours possible de gérer la situation sans imposer un couvre-feu. « La seule option pour ne pas imposer un confinement complet est de respecter les règles et de se comporter de façon responsable », a déclaré le ministre de l'Intérieur, Davor Bozinovic, chef d'une cellule de crise. Environ un tiers des nouveaux cas de contamination sont enregistrés sur le littoral. Le gouvernement admet avoir pris le risque, avec l'objectif d'éviter un échec complet de la saison touristique, alors que la chute des revenus avait été estimée à 70 %.

18h15. Trois millions d'habitants confinés en Birmanie. Les autorités birmanes ont étendu le confinement à l'ensemble de l'État Rakhine. Plus de 100 nouveaux cas de contamination ont été recensés dans le pays ces dernières 24 heures, en grande majorité dans cette zone, alors que la Birmanie enregistre jusqu'à présent 580 cas.

17h55. Le port du masque étendu au « centre-ville » de Bordeaux. Pierre Hurmic, maire EELV de Bordeaux, éa décidé d'étendre dès lundi prochain, l'obligation du port du masque en extérieur, dans les lieux publics ouverts », indique un communiqué. Les modalités et le périmètre seront précisés en fin de semaine. Jusqu'à présent, le masque était obligatoire pour les seules deux grandes artères commerçantes du centre-ville : la rue Ste-Catherine, la plus longue rue piétonne d'Europe et sa rue perpendiculaire de La Porte Dijeaux.

17h45. Un anti-moustiques efficace contre le nouveau coronavirus ? Selon le laboratoire de la Défense britannique, chargé d'évaluer l'activité anti-virale du répulsif anti-insectes Mosi-guard Natural, contenant du Citriodiol, issu de l'huile essentielle de l'eucalyptus citronné (ou eucalyptus citriodora), le produit appliqué directement sur le SARS-CoV-2 sous forme de goutte ainsi que sur une « peau synthétique » en latex s'est révélé efficace. Cette recherche, qui n'a pas été évaluée par des pairs, « a pour but de servir de base à d'autres organismes scientifiques engagés dans des recherches sur le virus et de possibles solutions », a souligné le ministère de la Défense.

17h20. L'édition 2020 du Grand Pavois de La Rochelle (Charente-Maritime) annulée. La 48e édition de ce salon nautique devait se tenir du mardi 29 septembre et dimanche 4 octobre et a été annulée en raison de la jauge imposée à 5 000 visiteurs. Une demande de dérogation, présentée aux autorités, a été refusée, a ajouté un communiqué de presse. En temps normal, 80 000 personnes se pressent à ce rendez-vous de passionnés du nautisme. L'édition 2021 se tiendra du mardi 28 septembre au 3 octobre de 10 à 19 heures, au port des Minimes de La Rochelle.

17h05. L'aéroport londonien de Gatwick supprime un quart de ses effectifs. 600 emplois vont être supprimés dans le deuxième aéroport le plus important de la capitale britannique en raison de la pandémie. En août, l'un des mois habituellement les plus chargés avec les vacances estivales, le nombre de passagers transportés est inférieur de 80 % au niveau de l'été dernier.

16h52. La Belgique place Paris en « zone rouge ». Cela signifie que les voyages ne sont autorisés, selon le site de la diplomatie belge, à moins de se soumettre au retour à un dépistage du coronavirus voire à une période d'isolement. La Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne, la Sarthe, l'Hérault, les Alpes-Maritimes, les Bouches-du-Rhône, la Guyane française, et Mayotte sont également touchés par cette mesure.

16h45. Stop Covid, récit d'un flop. Les autres applications européennes de traçage numérique connaissent pour le moment un meilleur destin en nombre de téléchargements grâce à des choix techniques différents et une bonne dose de pédagogie. Notre article.

16h28. Six joueurs de la sélection argentine de rugby positifs au coronavirus. Le premier cas détecté a été le troisième ligne Javier Ortega Desio, annoncé dimanche dernier, puis cinq autres cas positifs ont été annoncés mardi soir, tous asymptomatiques, après des tests réalisés lundi et mardi. Cette propagation du virus intervient deux semaines après que le gouvernement avait autorisé les Pumas à reprendre l'entraînement afin de préparer le Rugby Championship prévu en Nouvelle-Zélande entre le 7 novembre et le 12 décembre.

16h15. Mais où le masque est-il obligatoire? Découvrez notre carte pour y voir plus clair.

16h05. A Lille, deux nouveaux masques lavables distribués par foyer. Ils seront portés par La Poste à domicile entre le 7 et le 21 septembre, annonce la mairie. « Les masques représentent en effet un coût financier qui pose problème à certains d'entre nous » écrit Martine Aubry dans un communiqué. Les masques distribués sont des modèles homologués, 220 000 étant réutilisables jusqu'à 50 lavages et 80 000 jusqu'à 40 lavages. La mairie de Lille avait déjà distribué de tels masques aux habitants lors du déconfinement en mai.

15h45. L'Allemagne prolonge ses mises en garde aux voyageurs pour 160 pays jusqu'à mi-septembre. Elles concernent notamment l'Espagne, à l'exception des îles Canaries, la région parisienne et le sud-est de la France, la capitale belge Bruxelles et plusieurs régions de Roumanie, de Bulgarie et de Croatie. Cette prolongation des mises en garde par Berlin a provoqué le courroux de l'association allemande du voyage (DRV), qui s'inquiète pour l'industrie touristique, parlant de « mauvais signal ».

15h37. L'Ukraine ferme à nouveau ses frontières aux étrangers. La mesure qui prendra effet à minuit ce jour durera 30 jours. L'interdiction ne concernera pas certaines catégories de voyageurs dont notamment des personnes ayant un permis de séjour en Ukraine ou transitant par ce pays, les membres de missions internationales et humanitaires ou chauffeurs de fret.

15h29. « J'ai confiance en vous », conclut le Premier ministre. « Je sais que vous mesurez depuis plusieurs mois la gravité de la situation. Je sais que beaucoup d'entre vous considèrent qu'elle peut aussi représenter une opportunité », lance Jean Castex aux chefs d'entreprise en guise de conclusion.

15h25. Les TPE et PME au coeur du plan de relance. « Au moins un quart » des 100 milliards d'euros prévus pour relancer l'économie française dans le contexte de crise sanitaire leur bénéficiera annonce Jean Castex.

15h20. Pendant ce temps là.. Jean-Michel Blanquer, qui donne une conférence de presse en même temps, annonce que le masque sera bien obligatoire pour tous les adultes, même en maternelle. « En juillet, nous avions envisagé quelques exceptions mais nous avons préféré ne pas maintenir ces exceptions. Tous les adultes portent le masque et les enfants le portent à partir de la classe de 6e », a-t-il expliqué.

15h18. « J'ai besoin de vous pour réaliser cet objectif », lance le Premier ministre, au sujet de l'emploi des jeunes, qui sera « un indicateur de notre réussite » selon Jean Castex.

15h14. Jean Castex souhaite « simplifier la vie des entreprises », et annonce une baisse des impôts de production au 1er janvier à hauteur de 10 milliards d'euros par an.

15h05. Le chômage partiel restera possible. L'activité partielle, pourra être poursuivie jusqu'au 1er novembre dans les conditions actuelles et au-delà pendant 2 ans pour les entreprises couvertes par des accords de travail partiel de longue durée.

14h53. Castex veut rassurer. Au cas où le système de santé serait de plus en plus sollicité, « nous sommes prêts », « les équipements sont là », assure Jean Castex.

14h45. Jean Castex prend la parole à l'université d'été du Medef. Le Premier ministre rend hommage aux chefs d'entreprises et aux salariés pour leur capacité d'adaptation dans la crise.

14h30. Masques : Roux de Bézieux veut de la « souplesse ». A l'occasion de son université d'été du Medef, son président, Geoffroy Roux de Bézieux, appelle à laisser de la « souplesse » aux entreprises quant au port du masque. Il estime que l'annonce du gouvernement d'un port du masque obligatoire au 1er septembre était « un peu brutale ».

14h10. Guyane : élections municipales les 18 et 25 octobre dans sept communes. Les élections municipales dans les sept communes de Guyane où le 2ème tour n'avait pu avoir lieu en juin en raison de la crise se dérouleront les 18 et 25 octobre. C'est le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal qui en a fait l'annonce mercredi.

13h55. Des corona-escrocs arrêtés au Japon. Ces trois hommes sont soupçonnés d'avoir présenté des demandes frauduleuses de fonds gouvernementaux pour des entreprises touchées par le coronavirus. Ils auraient falsifié des documents pour faire croire que leurs revenus avaient baissé depuis le début de la pandémie et obtenir chacun 1 million de yens (7973 euros). Selon la chaîne NHK, ils auraient entraîné 400 personnes dans leur entreprise frauduleuse.

13h45. Masque à l'école : Londres change de cap. Le gouvernement britannique a révisé ses consignes sur le port du masque au collège en Angleterre, après avoir affirmé que ceux-ci n'étaient pas nécessaires, alors que la polémique agite le pays depuis quelques jours. Il a été décidé que, dans les régions où la transmission du virus est élevée, les adultes et les élèves devront se couvrir le visage lorsqu'ils se déplacent au sein des établissements secondaires. Mais le masque ne sera pas obligatoire dans les salles de classe où les risques sont jugés moins élevés.

13h35. 820 180 morts dans le monde. Selon le bilan de mi-journée de l'AFP. Plus de 23 millions de cas ont été diagnostiqués dans 196 pays et territoires.

13h25. Dans les bars parisiens, comme à Marseille ? Le gouvernement « n'exclut pas » une fermeture des bars et restaurants à 23 heures à Paris, comme à Marseille et dans les Bouches-du-Rhône. « Cela peut être évidemment le cas de Paris dans les prochains jours, rien n'est exclu », a indiqué Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, à l'issue du Conseil des ministres. « La circulation du virus est importante dans la capitale et dans un certain nombre de départements de la petite couronne. Les préfets et les élus sont en lien constant pour préparer d'éventuelles nouvelles mesures », a-t-il ajouté.

13h15. La Birmanie referme ses écoles. 70 nouveaux cas d'infection ont été recensés dans le pays ce mercredi, le plus fort depuis le début de la crise. Tous les nouveaux cas, sauf un, se trouvent dans l'État de Rakhine (lire ci-dessous à 12 heures), et chacun est lié à un foyer dans la capitale de l'État, Sittwe, où un verrouillage et un couvre-feu ont été imposés la semaine dernière. Le département de l'Education a donc demandé à toutes les écoles de refermer leurs portes à partir de demain.

13 heures. Il n'est « pas exclu » qu'il y ait un renforcement des mesures en Ile-de-France, selon le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal.

12h55. La Belgique corrige à la baisse son nombre de décès. La Belgique, un des pays européens les plus endeuillés par la pandémie de coronavirus, rectifie à la baisse son nombre de morts, en raison d'un mauvais recensement des décès au printemps dans certaines maisons de retraite. Ainsi ce chiffre, qui frôlait depuis quelques jours la barre des 10 000, s'affichait mercredi matin après rectification à 9878, a précisé l'institut scientifique de santé publique Sciensano. La correction résulte d' « informations plus détaillées » fournies par l'autorité régionale flamande sur le profil de centaines de personnes décédées en maisons de retraite au nord du pays entre mars et juin, a expliqué une porte-parole, Frédérique Jacobs. Ces précisions ont permis de mettre en évidence des « décès signalés deux fois » ou des causes de mortalité différentes, aboutissant à « un solde net de moins 121 ».

12h40. La SNCF prolonge les reports et annulations sans frais. La SNCF a annoncé mercredi qu'elle continuerait à échanger et rembourser sans frais tous les billets grandes lignes jusqu'au 1er novembre, pour encourager les Français à prendre le train malgré les incertitudes liées au coronavirus. « Nous prolongeons la facilité d'achat des billets longue distance #SNCF : les frais d'échange et de remboursement sont gratuits jusqu'au 1er novembre », a tweeté le directeur général de Voyages SNCF, Alain Krakovitch. Cette mesure, qui concerne les TGV inOui, Ouigo et Intercités, ainsi que les TER en correspondance, vise à « accompagner la reprise des activités en France ».

12h30. Masques : la patronne de Radio France espère une « flexibilité ». La présidente de Radio France, Sibyle Veil, dit espérer que le port du masque ne serait pas imposé dans les studios de radio. Pour l'instant, « on est en attente d'une position des autorités sanitaires sur cette question, même si à l'instar des autres acteurs (de l'audiovisuel) on espère pouvoir avoir une flexibilité » lors de la production des émissions, a-t-elle déclaré lors d'une visioconférence dédiée aux programmes de rentrée du groupe public. « La radio, c'est un métier de la voix, donc du souffle, et le port du masque a des conséquences », d'autant que les radios du groupe filment aussi certaines de leurs émissions, a plaidé la PDG de Radio France.

12h20. Nouvelle baisse du chômage. Le nombre de chômeurs a de nouveau diminué (-4,1 %) en juillet, soit 174 300 inscrits en catégorie A en moins, une baisse due comme en mai et juin au retour de demandeurs d'emploi vers l'activité réduite (catégories B et C) avec la reprise de l'économie, selon les chiffres de Pôle emploi publiés mercredi. Après -204 700 en juin et -149 900 en mai, c'est le troisième mois consécutif de nette baisse.

12h10. En juillet, 2,4 millions de salariés en chômage partiel. Environ 2,4 millions de salariés du secteur privé étaient en chômage partiel en juillet, soit plus de deux millions de moins qu'en juin, selon une estimation de la Dares, le service de statistiques du ministère du Travail. Ils étaient 4,5 millions au mois de juin, 7,9 millions en mai, 8,8 millions en avril et 7,2 millions en mars en chômage partiel, en raison de l'épidémie de Covid. En juillet, 120 000 personnes étaient en activité partielle pour raison de vulnérabilité (ou pour garde d'enfants), contre 720 000 un mois plus tôt.

12 heures. Plus d'un million de confinés en Birmanie. Les autorités birmanes étendent le confinement dans l'Etat Rakhine, où désormais un million de personnes sont concernées, afin d'endiguer la propagation du coronavirus dans cette région pauvre, en proie aux tensions ethniques et religieuses. Cent nouveaux cas de contamination ont été recensés ces dernières 24 heures, en grande majorité dans cette zone, alors que le pays enregistre jusqu'à présent 574 cas. Après Sittwe, la capitale de l'Etat Rakhine, il y a quelques jours, le gouvernement a ordonné le confinement de plusieurs autres communes. « Les habitants doivent rester chez eux », seuls de rares véhicules autorisés peuvent circuler, d'après les autorités, citées dans un média local.

11h40. Les patrons plus inquiets pour l'économie que pour leur entreprise. Les patrons français sont plus inquiets pour l'économie française dans son ensemble que pour l'avenir de leur propre entreprise, selon un sondage publié mercredi par le Medef à l'occasion de la tenue de son université d'été. Ainsi, 44 % des chefs d'entreprises interrogés sont optimistes concernant la situation économique française, alors qu'ils sont 74 % à l'être pour leur entreprise, indiquent les résultats de ce sondage réalisé par l'Ifop. Dans la même veine, 97 % anticipent des répercussions « fortes » ou « très fortes » de la crise sanitaire sur l'économie contre 54 % sur leur entreprise.

11h20. Le pape François dénonce le « virus d'une économie malade ». Le pape François dénonce « le virus d'une économie malade », dominée par les « inégalités » sociales et des hommes « calculateurs ». « La pandémie a souligné et aggravé les problèmes sociaux, en particulier l'inégalité », regrette le souverain pontife, en énumérant des exemples, comme la possibilité pour certains de faire du télétravail ou de recevoir une éducation scolaire, choses impossibles pour d'autres. « Certains pays puissants peuvent émettre de la monnaie pour affronter l'urgence, tandis que pour d'autres, cela signifierait hypothéquer leur avenir », a souligné François, en ayant une pensée spéciale pour les enfants qui « meurent de faim » et « n'ont pas le droit à l'école ».

10h40. Au Qatar, un taux d'infection très élevé, mais une mortalité basse. Le Qatar a le taux d'infection au nouveau coronavirus le plus élevé du monde. Avec 117 498 cas de nouveau coronavirus, l'émirat a enregistré près de 41 000 cas d'infection par million d'habitants, ce qui en fait le pays du monde ayant détecté le plus grand nombre de cas par rapport à sa population (2,75 millions d'habitants), devant Bahreïn (près de 29 000 cas) et Saint-Marin (un peu plus de 21 000 cas). En matière de décès, le Qatar est toutefois beaucoup moins frappé, avec seulement 194 morts sur son sol depuis le début de la pandémie de Covid-19. Selon les experts, ce décalage s'explique par un dépistage systématique, un système de santé performant et une population très jeune.

10h25. Martinez sceptique sur le plan de relance. Interrogé sur le plan de relance de l'économie qui sera dévoilé par le gouvernement le 3 septembre, Philippe Martinez estime que, jusqu'à présent, « on a donné des milliards aux grands groupes pour supprimer des emplois », pointant notamment les secteurs de l'aéronautique et de l'automobile. L'aide aux entreprises, « si c'est pour investir, moderniser les entreprises, passer cette période et ne pas renvoyer des salariés au chômage, supprimer la précarité, oui… mais pour l'instant c'est les mêmes méthodes », a déploré le leader de la CGT. « On a besoin de contrôler les aides qu'on donne aux entreprises », a encore plaidé Philippe Martinez, dont la centrale appelle à une journée d'actions et de grève le 17 septembre.

10h10. Martinez pour le masque gratuit. « Le masque devrait être gratuit, à l'école, dans les entreprises », estime Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, sur France Info, alors que Jean Castex s'est montré plus tôt défavorable à la généralisation de la gratuité.

9h55. Le moral des ménages se stabilise. Le moral des ménages s'est stabilisé en France au mois d'août après avoir baissé en juillet, rapporte l'Insee, à la faveur notamment d'une baisse des craintes de se retrouver au chômage. Ainsi, l'indicateur synthétique mesurant cette confiance se stabilise à 94, en dessous de sa moyenne de long terme qui est de 100. Il avait plongé à 92 en mai, avant de se redresser en juin (96), au moment du déconfinement.

9h45. Créations d'entreprises : + 9 % en juillet. Le nombre de créations d'entreprises a « fortement » augmenté de 9 % en juillet, après leur forte hausse de mai et juin, en particulier dans les activités d'hébergement et de restauration, selon l'Insee. La hausse la plus forte se trouvant dans l'hébergement-restauration (+ 42,2 %) et elle concerne « essentiellement les activités de restauration rapide ». Viennent ensuite les créations d'entreprises dans le secteur des services aux ménages (+ 15,9 %).

9h30. Rugby à XIII : trois cas positifs à Perpignan, le match de Super League reporté. Le match de Super League de rugby à XIII entre les Dragons Catalans et Wigan Warriors (Angleterre), programmé samedi est reporté à une date ultérieure après que trois joueurs des Dragons et un membre du staff ont été testés positifs, annonce le club catalan. « Dès réception des résultats, les joueurs et membres du staff catalan (dont les identités n'ont pas été précisées, ndlr) ont été placés en isolement jusqu'à nouvel ordre. De nouveaux tests seront effectués cette semaine », a ajouté le club.

9h15. Au Chili, une étrange campagne électorale. En dépit d'un couvre-feu et de nombreuses restrictions (lire à 7 heures ci-dessous), la campagne électorale pour le référendum du 25 octobre au Chili sur un changement de Constitution debute ce mercredi. Le scrutin était prévu le 26 avril. L'actuelle Constitution date de la dictature de Pinochet.

9h05. Clap de fin. L'intervention du Premier ministre aura duré 45 minutes et permis à trois auditeurs de poser une question.

8h58. Castex parle longuement d'insécurité. « Il faut se garder de faire du matamorisme, il faut agir » en la matière, met en garde le Premier ministre. Il annonce un plan d'action dans les prochaines semaines ainsi que des recrutements de greffiers et de magistrats pour tenter de remettre la Justice à flot. « Le service public de la justice fonctionne insuffisamment bien », dit-il.

8h54. Et le tourisme ? Jean Castex fait le constat qu'à Paris, où les touristes viennent surtout de l'étranger, « l'été a été mauvais », alors que « tout le tourisme balnéaire, montagnard, c'est 40 % de plus qu'à l'été 2019 », se réjouit-il. Et d'assure que l'exécutif ne « laissera pas tomber » la filière.

8h50. Qui paiera pour ce plan de relance à 100 milliards ? « Il n'y aura pas de hausse d'impôt. L'un des outils de lutte contre la crise, c'est la stabilité des règles du jeu ». « Surtout, sur ces 100 milliards, 40 vont venir de l'Europe », remarque le Premier ministre. « Il faut lui faire de la pub pour l'Europe quand elle fait son travail ». Les Français travailleront-ils plus ? Il faut « créer le plus d'emplois et de travail » parce que « c'est par le travail aussi qu'on retrouvera des marges de manœuvre, c'est une valeur extrêmement positive ».

8h46. L'« excellente Roselyne Bachelot ». Jean Castex rencontrera vendredi les professionnels de la culture. « La priorité c'est que tout ça reprenne », Matignon et le ministère de la Culture se concertent pour voir comment - et à hauteur de combien — compenser le manque à gagner. « Dans le plan de relance, la culture bénéficiera de 2 Mds€ », annonce-t-il, sans dire si cette somme inclut les compensations. « Nous pensons que la culture est une activité économique et s'il y a une spécificité française, vivre avec le virus c'est aussi se cultiver avec le virus ».

8h45. « Allez à l'école, allez au cinéma, au théâtre, vous ne risquez rien ».

8h42. Première question d'auditeur. Une maman d'un enfant en crèche appelle : n'ayant plus de masque, une personne de la crèche est tombée malade, a contaminé les autres et le fils de Lucie est tombé malade. Elle s'inquiète. « Le masque pour les personnels est obligatoire, répond le Premier ministre. Pour les enfants, le masque avant 11 ans est contre-productif. Donc mettez votre enfant à l'école. On est prêts ».

8h37. En bref. « Pas de gratuité générale du masque, pas plus qu'il n'en existe ailleurs », conclut Jean Castex, affirmant que la France est déjà plus généreuse en la matière que ses voisins.

8h36. La question du masque gratuit pour les élèves. « On sait bien que la France est un îlot de prospérité et de bonheur mais aucun pays au monde n'a généralisé le masque gratuit », justifie d'abord le Premier ministre. Ensuite, il y a deux cas de gratuité, rappelle-t-il, « par la pathologie », quand un médecin prescrit cette protection à des personnes vulnérables, et « un dispositif par la Poste pour les personnes précaires de par leurs revenus ». Et de rappeler que dans ce cadre : « On vient de distribuer 50 millions de masques à 3 millions de familles représentant 9 millions de personnes ». « Un peu de bon sens », martèle le chef du gouvernement.

8h34. Dura lex, sed lex. Un adolescent de 15 ans qui oubliera son masque la semaine prochaine encourt-il une amende de 135 €, demande Léa Salamé. « Ben oui », répond simplement le Premier ministre.

8h32. Castex justifie les mesures prises à Marseille. « Nous avions à Marseille un taux de pénétration de l'épidémie particulièrement élevé chez les personnes âgées. Donc on a pris des mesures peut-être plus contraignantes qu'ailleurs. C'est du cas par cas, il faut durcir si c'est nécessaire, […] et tabler sur le sens des responsabilités des personnes ».

8h30. Faire confiance aux acteurs de terrain. Jean Castex estime qu'en six mois, des progrès conséquents ont été faits, passant de statistiques « rustiques » et nationales à des données « territorialisées » qui permettent d'agir localement. En témoigne, selon lui, la Mayenne. « Les chiffres de la Mayenne sont revenus dans des proportions raisonnables ».

8h27. Comprenne qui pourra. « La question n'est pas d'être dur, elle est d'être vite répondue », martèle le Premier ministre. Aïe, on n'a pas compris.

8h26. L'Etat ne peut pas tout mais chapeau aux Français. « Philosophiquement, je n'ai jamais cru que l'Etat pouvait tout faire. Il a sa part de responsabilités, et il les a assumées », défend le Premier ministre. Ajoutant : « depuis plusieurs mois, quand même, les Français ont fait face. Ça a quand même été un choc totalement inattendu ».

8h24. Oh, ça va, hein ! Jean Castex réfute l'argument d'un « report » du plan de relance. « D'une semaine seulement, corrige-t-il. J'en profite pour vous dire qu'il sera annoncé le jeudi 3 septembre, il (le plan, NDLR) est absolument bouclé ».

8h22. Castex de retour. « Il y a en France une reprise de la circulation virale. Il n'y a pas de quoi s'inquiéter, on n'est pas revenus à la situation des mois d'avril ou mai », explique le Premier ministre Jean Castex, qui fait sa rentrée sur France Inter.

8h15. Trois cas de réinfection. Après le patient d'Hongkong, il est confirmé que deux patients, en Belgique et aux Pays-Bas, ont été réinfectés par la covid-19. « Les virus mutent et cela signifie qu'un vaccin potentiel ne sera pas un vaccin qui durera éternellement. Tout comme pour la grippe, celui-ci devra être repensé assez régulièrement », a déclaré le virologue belge Marc Van Ranst.

8h10. Bilan mondial. La pandémie a fait au moins 814 216 morts dans le monde depuis fin décembre, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles. Plus de 23 millions de cas ont été diagnostiqués dans 196 pays et territoires. Les Etats-Unis sont le pays le plus touché avec 178 347 décès. Suivent le Brésil avec 116 580 morts, le Mexique (60 800), l'Inde (58 390) et le Royaume-Uni (41 433).

8 heures. Il y aura des masques gratuits pour les élèves. À la suite de la décision gouvernementale de ne pas donner des masques gratuitement aux collégiens et lycéens, de nombreux départements et régions annoncent qu'ils le feront. En Seine-Saint-Denis et en Ile-de-France, notamment.

7h50. Samia Ghali s'emporte. La première adjointe à la maire de Marseille, où le préfet des Bouches-du-Rhône a décidé d'imposer aux bars et restaurants de fermer à 23 heures, s'agace sur BFMTV : « 23 heures, ça ne permet pas aux commerçants de faire plusieurs services, c'est un confinement économique qui ne dit pas son nom », reproche-t-elle. Dîner un peu plus tôt, lui suggère la journaliste? « Attendez, on ne va pas dîner à 17 heures, c'est pas le goûter », réagit-elle au quart de tour, visiblement remontée.

7h40. Agenda. À quelques heures du conseil des ministres de rentrée, le Premier ministre Jean Castex est ce matin sur France Inter. Le chef du gouvernement se rendra ensuite à l'université d'été du Medef. Notre journal a demandé à des patrons ce qu'ils attendaient de l'Etat. À lire ici.

7h25. Blanquer à 15 heures. Le ministre de l'Education nationale tient une conférence de presse cet après-midi pour expliciter les modalités de la rentrée.

7h15. L'acteur Antonio Banderas guéri. L'acteur espagnol Antonio Banderas, qui avait annoncé il y a deux semaines avoir été diagnostiqué positif au covid, a annoncé en être guéri. « Après 21 jours de confinement discipliné, je peux dire que j'ai vaincu l'infection. Je suis guéri, écrit-il sur Instagram avec une photo de lui donnant un grand coup de pied. Mes pensées vont à ceux qui n'ont pas réussi et à ceux qui ont eu pire que moi. Courage à tous ceux qui sont au milieu du combat ».

7h10. Info croisières. Le groupe Costa Croisières, filiale de l'américain Carnival, effectuera des tests sur tous les passagers de ses navires avant l'embarquement, dès la reprise progressive de ses activités au départ des ports italiens le 6 septembre.

7 heures. Au Chili. Le Chili a franchi le seuil des 400 000 cas confirmés mais l'épidémie se stabilise après avoir connu un pic en juin et juillet. Le Chili est toujours sous couvre-feu le soir, ses frontières sont fermées et les élèves ne sont toujours pas retournés en classe.

6h55. Le fils de Bolsonaro positif. Après le père président, le fils sénateur. Le fils aîné du président brésilien Jair Bolsonaro, coronasceptique, le sénateur Flavio Bolsonaro, a annoncé mardi avoir été diagnostiqué positif au coronavirus et être asymptomatique.

6h50. L'Allemagne prolonge le chômage partiel. Après d'âpres discussions au sein de la coalition gouvernementale, l'exécutif allemand a décidé de prolonger son dispositif de chômage partiel, ainsi que ses aides aux petites et moyennes entreprises. Le dispositif viendra en soutien des entreprises deux ans au lieu d'un, à condition de faire la demande d'ici fin 2020.

6h45. Ralentissement de l'épidémie. La pandémie continue de faire rage dans le monde mais les dernières données hebdomadaires publiées par l'OMS montrent un ralentissement. Il est présent dans toutes les régions, particulièrement l'Amérique, mais ni en Asie du Sud-Est et ni en Méditerranée orientale. Plus de 1,7 million de nouveaux cas de Covid-19 et 39.000 nouveaux décès ont été signalés à l'OMS la semaine dernière (17 au 23 août), ce qui représente une diminution de 5 % des cas et de 12 % des décès par rapport à la semaine précédente (10 au 16 août). L'Afrique pourrait avoir passé le pic de la pandémie, sauf la Namibie.

6h40. Usain Bolt positif. Lundi soir, il avait annoncé s'isoler chez lui en attendant les résultats de son test. L'ancien champion de sprint Usain Bolt a bien contracté le coronavirus. Selon son agent, il « ne ressent aucun symptôme ».

6h35. AstraZeneca teste un médicament. Le laboratoire pharmaceutique britannique, dont les essais de vaccin sont bien avancés, a lancé des essais de phase 1 sur un médicament permettant de prévenir et traiter le Covid-19. L'essai est financé par le gouvernement américain.

6h30. Bonjour et bienvenue dans ce direct. Nous allons suivre ensemble l'actualité du covid-19, son évolution et ses conséquences. Alors suivez-vous !