Confinement : les lycées restent ouverts, un enseignement «hybride» toujours possible

Ces établissements resteront ouverts malgré les mesures de confinement mais l’enseignement à distance pourra être davantage utilisé.

 Une classe de collège à l’établissement La Grange Aux Belles, à Paris, le 2 novembre 2020.
Une classe de collège à l’établissement La Grange Aux Belles, à Paris, le 2 novembre 2020. AFP/Thomas Samson

Toujours ouverts mais… avec moins d'élèves. Voilà, en substance, ce qui attend les lycées pour les prochaines semaines, a annoncé Jean-Michel Blanquer ce jeudi en fin d'après-midi. Le ministre de l'Education nationale s'exprimait lors d' une conférence de presse menée par le Premier ministre Jean Castex, 13 jours après le début du nouveau confinement national.

Depuis le 30 août, les établissements scolaires ont pu rester ouverts. Le gouvernement a considéré que la balance bénéfices/risques penchait davantage en faveur d'un maintien de l'accueil des élèves, à condition de respecter le protocole sanitaire prévu par l'Education nationale.

« Au moins 50 % » de présentiel au lycée

Cependant, depuis la rentrée lundi 2 novembre, de nombreux professeurs se sont plaints des conditions de travail et sanitaires. Des images montant des collégiens et des lycéens massés dans des cours ou sous des préaux ont aussi fait beaucoup réagir. Mardi, plusieurs syndicats avaient déclaré une « journée de grève sanitaire », mardi 10 novembre, « partout où les conditions sanitaires ne seraient pas réunies ».

Malgré tout, Jean-Michel Blanquer a fait savoir ce jeudi que le dispositif n'allait pas être modifié. Au lycée, il restera légèrement assoupli. Dans ces établissements, la présence physique à 100 % des élèves reste souhaitable mais « des solutions hybrides » peuvent être trouvées si les règles sanitaires ou si la situation épidémiologique dans le territoire l'impose. Le ministre de l'Education nationale a néanmoins demandé que chaque élève assure « au moins 50 % » de ses cours en présentiel.

La semaine dernière, un premier renforcement du protocole sanitaire en vigueur dans les lycées avait déjà été annoncé.