Alpes-Maritimes : des écoles rouvrent, un train roule… la vie reprend doucement dans des villages dévastés

Six jours après les pluies diluviennes qui ont fait de terribles dégâts, un train a pu atteindre deux villages coupés de la route, et plusieurs écoles ont rouvert.

 Saint-Martin-Vesubie (Alpes-Maritimes), le 6 octobre. Les travaux de déblaiement vont prendre encore beaucoup de temps dans ces paysages dévastés.
Saint-Martin-Vesubie (Alpes-Maritimes), le 6 octobre. Les travaux de déblaiement vont prendre encore beaucoup de temps dans ces paysages dévastés. REUTERS/Eric Gaillard

Un millier de sapeurs-pompiers, gendarmes, militaires, aidés de douze hélicoptères, ont repris le travail ce jeudi matin dans les décombres laissés par les pluies diluviennes dans les Alpes-Maritimes qui ont fait au moins cinq morts. Sept personnes sont toujours portées disparues, auxquelles s'ajoutent treize personnes dont on est sans nouvelle depuis vendredi.

Outre les recherches, les secours doivent déblayer, pour restaurer les voies d'accès, évacuer les habitants qui ne peuvent vivre chez eux, et acheminer le ravitaillement indispensable aux communes inaccessibles.

VIDÉO. Tempête Alex : la solidarité s'organise autour des villages isolés

Si la vallée de la Haute Roya reste isolée, un premier train de voyageurs a pu gagner les villages de Fontan et Saorge, inaccessibles par la route. « Il vient de repartir. Certains ont fait leurs valises pour aller dans de la famille et reviendront », espère le maire de Fontan Philippe Oudot, joint au téléphone par l'AFP. Un arrêté de péril a été pris pour une partie du village, qui compte une dizaine de maisons détruites ou abîmées. Le TER doit faire un deuxième aller-retour dans la journée.

« Encore en phase d'expertise »

Ce « Train des Merveilles » ne peut pour le moment dépasser la gare de Fontan-Saorge et monter à Tende, dernière localité française avant l'Italie, où le président Emmanuel Macron s'est rendu mercredi en hélicoptère à la rencontre des habitants traumatisés. « On est encore en phase d'expertise. Certains ouvrages sont endommagés et des voies pendent dans le vide par endroits suite à des éboulements », indique SNCF Réseau. Son directeur adjoint, Matthieu Chabanel, était attendu sur place dans la journée pour parler de sa reconstruction.

Par ailleurs, ce jeudi matin, sept écoles et deux collèges ont pu rouvrir pour l'accueil des élèves, celle de Fontan mais aussi dans d'autres vallées du département, la Tinée et la Vésubie, durement frappées par la tempête.

VIDÉO. Inondations dans le Sud-Est : des dégâts spectaculaires et de nombreux disparus

Lundi, quelque 2 500 élèves ne pouvaient plus aller en classe, en raison de dégâts matériels, du manque d'eau ou car leur établissement abrite des secours.