À Fécamp, le mystère de l’hôpital militaire allemand attire les touristes

Creusées dans la falaise, trois immenses salles laissent place à toutes les hypothèses. Le service Archives-Patrimoine de la ville y organise une marche insolite sur les traces de la Seconde Guerre mondiale.

 Le mystère de « l’hôpital militaire allemand » reste entier...
Le mystère de « l’hôpital militaire allemand » reste entier... #PRESSE30

Le 30 août, Fécamp (Seine-Maritime) célébrera les 76 ans de sa libération du joug nazi, après quatre années d'occupation. Une période épluchée depuis de long en large par les historiens mais qui conserve des secrets bien enfouis. Un supposé « hôpital militaire allemand » creusé dans la falaise en est la parfaite illustration.

Tout d'abord, il faut revenir en 1940 à l'arrivée des armées allemandes. Les militaires se sont installés rapidement au cap Fragnet, à 110 mètres au-dessus du niveau de la mer et à quelques mètres de la chapelle Notre-Dame-de-Salut. Dans le cadre du Mur de l'Atlantique, 5000 requis et prisonniers de guerre ont construit sur place un réseau de blockhaus pour le contrôle radar et la lutte antiaérienne.

Cent cinquante requis et prisonniers ont creusé la falaise pendant un an. #PRESSE30
Cent cinquante requis et prisonniers ont creusé la falaise pendant un an. #PRESSE30  

Le plateau a compté jusqu'à 40 installations dont 2 gigantesques radars. Bombardé à 150 reprises, détruit par l'ennemi lors de la débâcle du 30 août 1944 et tout simplement oublié, l'ensemble a, peu à peu, disparu sous une nature qui a repris ses droits.

Ce sont des passionnés qui, voilà vingt ans, ont redécouvert le site et ont tracé un chemin aujourd'hui parcouru par des milliers de touristes lors d'une marche d'une heure trente commentée par un guide. C'est aussi grâce à eux qu'a été mis à jour le fameux « hôpital militaire allemand » sous la falaise.

14 °C quelle que soit la saison

On y pénètre grâce à un long couloir calcaire par l'une des trois entrées. La température avoisine les 14 °C quelle que soit la saison. Creusé à la main par 150 hommes, sept jours sur sept et 24 heures sur 24 pendant près d'une année, l'ensemble est composé de 3 immenses salles voûtées de 7 m de haut en briques où apparaissent encore les marques des marteaux-piqueurs.

Le projet des Allemands était, dit-on, d’installer une clinique mais aucun document ne l’atteste. #PRESSE30
Le projet des Allemands était, dit-on, d’installer une clinique mais aucun document ne l’atteste. #PRESSE30  

« Les gravats étaient sortis à l'aide de wagonnets et jetés du haut des falaises la nuit pour ne pas être repérés par les Alliés, explique le guide aux visiteurs. La construction a débuté en 1943 et ne fut jamais terminée. Selon des témoins, le projet était d'installer une clinique selon le même modèle qu'à Jersey. Cependant, nous avons encore des interrogations, car aucun document ne l'atteste. Il faudrait faire des recherches dans les archives allemandes. » Les visiteurs en ressortent médusés.