A Caen, le bassin extérieur de la piscine rouvre, les nageurs entre surprise et soulagement

Le bassin de 50 m du stade nautique de Caen, à ciel ouvert, est à nouveau accessible pour les nageurs. Sevrés de natation depuis de longues semaines, ils savourent, tant qu’ils le peuvent.

 Le bassin extérieur de 50 m du stade nautique de Caen a rouvert le 20 janvier. 350 à 400 personnes viennent nager chaque jour, en profitant de chaque brasse avant une possible refermeture imminente à cause de la hausse des courbes épidémiques.
Le bassin extérieur de 50 m du stade nautique de Caen a rouvert le 20 janvier. 350 à 400 personnes viennent nager chaque jour, en profitant de chaque brasse avant une possible refermeture imminente à cause de la hausse des courbes épidémiques. LP/Esteban Pinel

Tout ferme ou reste fermé, partout ou presque. Mais au cœur du stade nautique de Caen, un bassin s'est mis à résister à la fatalité : le 50 m extérieur, dans lequel les nageurs ont le feu vert pour fendre l'eau depuis mercredi 20 janvier. Une « surprise » pour Xavier, qui n'a pas hésité à parcourir 25 km pour venir jusque-là et constater « que la reprise est difficile, quand on arrête longtemps. »

Au fond, peu importe. Malgré « dix premières longueurs un peu dures », Michèle, venue du Pays d'Auge, trouve « merveilleux, fantastique », de pouvoir nager à nouveau. Les annonces du début de l'automne avaient plongé les structures sportives en sommeil, hormis quelques exceptions (scolaires, sportifs de haut niveau, nageurs avec certificat médical…). La demande était forte, dernièrement, pour rouvrir au moins le bassin à ciel ouvert, chauffé. « Nous sommes classés comme bâtiment couvert, mais le préfet l'a autorisé, et ça fait vraiment du bien de voir ce bassin revivre », s'exclame la responsable du site Christine Grieu.

350 et 400 personnes entrent chaque jour

La nouvelle s'est vite propagée. Le stade nautique est le seul centre aquatique « ouvert » du département, et plus encore. À l'entrée, quelques personnes patientent. Le personnel surveille rigoureusement la jauge. « Nous avons défini un nombre de 12 nageurs maximum par ligne d'eau. Au total, nous pouvons accueillir 96 personnes simultanément », précise la dirigeante. Pas de limitation d'âge, ni de temps. Le roulement se fait naturellement, suivant un parcours sécurisé, entre bornes de gel hydroalcoolique et masque obligatoire jusqu'aux vestiaires. Les vestiaires collectifs sont toujours interdits.

Malgré la reprise épidémique, les nageurs sont au rendez-vous. Entre 350 et 400 personnes entrent chaque jour. On est loin, bien sûr, de la fourchette de 1200-1500 visiteurs quotidiens en temps normal, mais avec les contraintes en vigueur, le stade nautique est à flux tendu une bonne partie de la journée. À peine sorti de l'eau, Nicolas, sportif assidu, mesure l'importance de la nage, qui manquait à ses habitudes : « Ça faisait trois mois que je n'avais plus nagé ! C'est très bon pour l'équilibre psychologique et physiologique. »

Sous la bruine et la fraîcheur normandes, un petit voile vaporeux s'élève au ras de l'eau. Le climat local avait privé Michèle de sorties sportives au grand air ces derniers temps. Alors que le Covid lui ferme l'accès aux salles de sport, c'est peu dire que la réouverture du bassin intervient comme une délivrance. « Je suis déjà venue trois fois. Et une quatrième demain! » Personne n'occulte le spectre d'un nouveau durcissement des mesures, qui viendrait probablement reléguer les éclaboussures des nageurs au stade de souvenirs. Mais comme le résume notre sportive du Pays d'Auge : « Je prends ce qu'il y a à prendre. » À Caen, il y a encore des lignes d'eau qui surnagent.