Incendie mortel à Drancy : la courageuse intervention des policiers municipaux

Grâce à leurs extincteurs, des policiers municipaux de Drancy ont réussi à sauver deux personnes piégées dans un pavillon squatté qui a pris feu, dans la nuit de samedi à dimanche. En revanche, un jeune homme est décédé.

 Drancy, le 13 février. L’intérieur du pavillon où sont intervenus les policiers municipaux de Drancy pour sauver deux hommes est calciné Le bilan de l’incendie est d’un mort et de trois blessés.
Drancy, le 13 février. L’intérieur du pavillon où sont intervenus les policiers municipaux de Drancy pour sauver deux hommes est calciné Le bilan de l’incendie est d’un mort et de trois blessés. DR

C'est probablement une bougie renversée sur un tapis qui est à l'origine de l'incendie qui a coûté la vie à un jeune homme, ce samedi, vers 3 heures du matin, dans une maison squattée, rue Ladoucette, à Drancy. Mais le bilan aurait pu être bien plus lourd sans l'intervention immédiate des policiers municipaux dont les locaux sont situés à proximité.

« Ils ont été alertés par une odeur de fumée et ont rejoint à pied un pavillon d'où ça semblait provenir », relate Aude Lagarde, maire (UDI) de Drancy. Les agents comprennent alors que la situation est très grave. « Ils ont vu un énorme panache qui sortait du rez-de-chaussée », poursuit de son côté Jean-Luc Toscanelli, le responsable de la police municipale de Drancy. Il s'agit en fait d'une petite maison communale désaffectée, murée, sécurisée et vraisemblablement squattée tout récemment, avec le grand froid qui s'est abattu ces derniers jours sur la région parisienne.

« Les policiers ont récupéré leurs extincteurs, ont sauté par-dessus la clôture et sont entrés au rez-de-chaussée pour sauver deux personnes qui s'y trouvaient, détaille encore Aude Lagarde. Ils ont vraiment eu les bons réflexes. » Jean-Luc Toscanelli confirme l'urgence de la situation : « Les deux hommes étaient déboussolés, les visages noirs de suie. Les policiers les ont sortis, mis en sécurité. Ils ont essayé ensuite de monter à l'étage, mais la porte permettant d'y accéder était bloquée. Ils ont été obligés de rebrousser chemin pour ne pas être intoxiqués. »

Une victime a sauté du premier étage

Les équipes municipales découvrent également une troisième victime dans le jardin. « Elle était sonnée et elle a sans doute sauté du premier étage pour échapper aux flammes », indique Aude Lagarde.

Selon les témoignages des agents, les arbres de la clôture et autour du pavillon commencent même à brûler. L'incendie prend de l'ampleur alors qu'une victime est toujours piégée à l'étage. Il a fallu la présence d'une vingtaine de sapeurs-pompiers avec l'aide de six camions pour venir à bout du sinistre.

A l'intérieur du squat, les secours retrouvent un jeune homme qui n'a pas pu être ranimé et qui est décédé. Son âge n'a pas été précisé. Les trois autres personnes ont été prises en charge et soignées : deux d'entre elles ont été intoxiquées par les fumées et la troisième s'est blessée au moment où elle a sauté du premier étage.