Tuerie à Noisy-le-Sec : «Comment cette famille a pu en arriver là…»

Cinq personnes de la même famille ont été tuées ce samedi dans un pavillon de Seine-Saint-Denis. L’auteur présumé est le mari, le père et l’oncle des victimes. Les raisons de cette tuerie restent encore inexpliquées.

 Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis), le 4 octobre 2020. Cinq personnes ont perdu la vie dans ce pavillon de la rue Emmanuel-Arago.
Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis), le 4 octobre 2020. Cinq personnes ont perdu la vie dans ce pavillon de la rue Emmanuel-Arago.  Le Parisien

Devant le pavillon de la rue Emmanuel-Arago de Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis) où cinq personnes, dont quatre enfants, ont été tuées samedi matin, un homme se tient immobile ce dimanche, le regard grave. « C'est bien là », glisse-t-il à un passant qui l'interpelle sur la tuerie familiale qui s'est déroulée en fin de matinée dans cette petite maison mitoyenne située dans le quartier du Petit Noisy, près d'un site SNCF.

La ville a sombré dans l'horreur. Le propriétaire de ce pavillon, d'origine sri-lankaise, est suspecté d'avoir tué à l'arme blanche sa femme, ses deux enfants de 18 mois et 5 ans, ainsi que ses deux neveux de 11 et 8 ans pour des raisons qui restent encore inexpliquées ce dimanche soir.

«Cette famille ne semblait pas avoir de problèmes particuliers»

Il aurait également attaqué sa sœur et son beau-frère, blessés grièvement. Ce sont deux autres neveux adolescents, auxquels il s'en est également pris, qui ont alerté les passants après avoir réussi à s'échapper de la maison.

Les allées et venues des pompiers et des policiers ont laissé place au silence ce dimanche. Comme si rien ne s'était passé. Seul le scellé sur la porte d'entrée rappelle le passage des forces de l'ordre. « Je ne comprends pas comment cette famille a pu en arriver là. Elle ne semblait pas avoir de problèmes particuliers. Il y a quelques jours, ils étaient encore tous ensemble, le propriétaire du pavillon et sa sœur au temple. C'est une fratrie de trois enfants, ils vivent tous dans le coin. Il était très proche de sa sœur, ils ont même vécu ensemble il y a quelques années », relate ce commerçant de Noisy.

Le meurtrier présumé toujours hospitalisé

Au sous-sol, les forces de l'ordre ont découvert cette femme et son mari dans un état grave, et un enfant décédé. Ils ont ensuite dû défoncer la porte d'une chambre à l'étage pour retrouver le propriétaire gravement blessé — il aurait tenté de mettre fin à ses jours — sa femme, ses deux enfants et un autre neveu, tous décédés.

Ce dimanche soir, l'auteur présumé des faits était toujours hospitalisé. Le service départemental de la police judiciaire de Seine-Saint-Denis a été saisi de l'enquête.

Dans le quartier, au lendemain du drame, peu de voisins s'adonnent aux commentaires. Encore trop choqués. Ceux qui acceptent de parler décrivent une famille agréable, mais finalement très peu connue de son voisinage.

Cellules d'écoute à l'école

La nouvelle a tout de même fait le tour des associations de parents d'élèves, les enfants victimes étant scolarisés dans des établissements du quartier. Des cellules d'écoute seront d'ailleurs mises en place ce lundi matin par l'Education nationale.

Un dispositif d'écoute et de soutien psychologique est également proposé au Centre régional psychotraumatisme Paris Nord, basé à l'hôpital Avicenne de Bobigny.

Tuerie à Noisy-le-Sec : «Au secours, mon oncle me court après avec un marteau»