Tuée en Seine-Saint-Denis puis expédiée en Seine-et-Marne : la victime est morte d’asphyxie avant d’être empaquetée

Tué après un conflit avec la femme à qui il tentait d’extorquer de l’argent, cet homme de 36 ans est mort étouffé avant d’être transporté au Mée-sur-Seine dans un carton chez la mère de la meurtrière.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 L’homme retrouvé dans un carton de téléviseur avait été tué 5 jours plus tôt.
L’homme retrouvé dans un carton de téléviseur avait été tué 5 jours plus tôt.  LE PARISIEN

L'autopsie l'a confirmé : l'homme retrouvé mort empaqueté dans un carton de déménagement et livré chez un habitant de Mée-sur-Seine (Seine-et-Marne) est bien mort par asphyxie. Les circonstances de son décès n'en demeurent pas moins rocambolesques. Le légiste a confirmé également que cet homme de 36 ans a été tué vendredi 22 janvier mais il n'a été découvert dans ce carton XXL que le mardi suivant au moment de la livraison de cet encombrant colis. L'auteur présumé, une femme de 41 ans a été mise en examen « pour meurtre et placée en détention provisoire », indique le parquet de Bobigny (Seine-Saint-Denis).

La victime et sa meurtrière se connaissaient. Il y avait même un contentieux entre eux. À tel point que la femme avait engagé une procédure à son encontre pour abus de faiblesse et extorsion de fonds. Il s'avère en effet que celle-ci est particulièrement vulnérable et souffre de problèmes psychologiques.

Il déchire le carton, un bras apparaît, puis un corps tout entier

Le vendredi fatidique, l'homme vient à son domicile du Pré-Saint-Gervais à nouveau la menacer pour lui soutirer de l'argent. Mais celle-ci, qui vivait dans la peur de cet individu, a pris soin de s'équiper d'une bombe lacrymogène. Lorsque son visiteur se fait plus insistant, elle a vidé sur lui le contenu de l'aérosol. Selon ses dires l'homme se serait écroulé de tout son long sur le sol. Raide mort. Paniquée à la vue de ce corps inerte, « elle avale des somnifères et elle n'émerge que deux jours plus tard », indique une source proche du dossier. Elle constate que cet homme qui gît au milieu de son salon est bel et bien mort.

Et elle va entreprendre de s'en débarrasser d'une manière plutôt curieuse. Elle se rappelle qu'elle a conservé dans sa cave un grand carton qui avait servi à emballer une télé extra-large. Il est d'une dimension suffisante pour dissimuler ce cadavre qui mesure 1,70 et pèse 63 kg. Elle prend soin de l'enrouler avant dans un drap, le glisse dans le carton et répand autour de lui des billes de polystyrène. Une opération qu'elle affirme avoir menée toute seule. Jusqu'à présent, aucune complicité n'a en tout cas été établie.

Malaise après l'absorption massive de gaz lacrymogène

Toujours est-il que le paquet est chargé dans un véhicule. La destination de la livraison choisie par la meurtrière est tout aussi surréaliste. L'encombrant colis sera livré chez la mère de celle-ci, au M2e-sur-Seine, en Seine-et-Marne. Dans un premier temps personne ne touche à cet imposant carton. Et le cadavre va encore séjourner une journée supplémentaire, jusqu'à ce que le frère de la meurtrière, décide de voir ce qui se cache dans ce paquet volumineux. Alors qu'il commence à déchirer le carton, un bras apparaît, puis un corps tout entier est dévoilé, vêtu d'un simple caleçon.

Ses soupçons se tournent immédiatement vers sa sœur et il décide d'appeler la police. Elle finira par reconnaître être à l'origine de sa mort. Mais elle indique que celle-ci est purement accidentelle. Elle n'a fait que se défendre face à un individu qui se montrait très menaçant. Selon son témoignage, elle aurait même essayé de le ranimer en lui passant de l'eau sur le visage.

L'autopsie concorde avec sa version, la victime est bien morte par une asphyxie mécanique en s'étouffant. Il n'y a pas de trace de fracture ou d'autres violences. « Il aurait fait un malaise après l'absorption massive du gaz lacrymogène » précise une source proche du dossier. Après examen, la quadragénaire a été jugée pleinement responsable de ses actes. Aucun trouble psychiatrique n'aurait altéré son discernement.