Seine-Saint-Denis : le chauffard qui avait failli tuer un vigile retrouvé grâce à... un ticket de caisse

Un homme de 38 ans recherché pour avoir foncé sur un vigile au Blanc-Mesnil a été interpellé au terme d’une enquête minutieuse. Entre-temps, il s’était illustré à Paris en menaçant d’un couteau un conducteur de scooter.

 Illustration. Un homme de 38 ans, suspecté d’avoir foncé en voiture sur un vigile a été interpellé à Gagny (Seine-Saint-Denis) après plusieurs semaines d’enquête.
Illustration. Un homme de 38 ans, suspecté d’avoir foncé en voiture sur un vigile a été interpellé à Gagny (Seine-Saint-Denis) après plusieurs semaines d’enquête. LP/O.B.

Un ticket de caisse du Leclerc du Blanc-Mesnil et un masque chirurgical comme point de départ de l'enquête. Grâce à ces deux indices, la police a pu retrouver leur propriétaire au terme d'une enquête coriace et élucider ainsi une tentative de meurtre au Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis) du 20 septembre et des menaces au couteau le 8 octobre à Paris. L'homme de 38 ans a été interpellé mardi chez sa mère à Gagny, où il s'était réfugié.

Nous sommes le 20 septembre, il est 9h30 lorsqu'il avise une jeune femme qui marche le long de la rue Albert-Einstein. Lui est au volant de sa Renault Clio. Il ralentit pour se porter à sa hauteur et commence un numéro de drague, complètement décomplexé par l'alcool qu'il vient d'ingurgiter. La jeune femme le repousse. La voyant en difficulté, un agent de sécurité décide de s'interposer. Les invectives pleuvent. L'automobiliste ivre accuse le vigile de lui « casser son coup ».

Toujours à bord de sa Clio, son sang ne fait qu'un tour. Il enclenche la première et fonce sur le vigile. Percuté de plein fouet, celui-ci ne peut l'éviter et il est propulsé sur le toit du véhicule. Il retombe lourdement sur la chaussée. Il a à peine le temps de se relever qu'il voit le chauffard faire mine d'amorcer un demi-tour. Il s'élance vers lui, et monte sur le trottoir. Cette fois, le vigile réussit à esquiver la Clio. Mais il en est quitte pour dix jours d'ITT (incapacité temporaire de travail). Le conducteur énervé prend la fuite. Il n'est pas encore identifié.

Après un accrochage avec un scooter à Paris, il s'encastre dans un bus

Trois semaines plus tard il va refaire parler de lui, dans le XIIIe arrondissement de Paris. Il circule toujours à bord de sa Clio et accroche un scooter. Mais il refuse de faire un constat et s'enfuit après avoir menacé le conducteur de scooter. Celui-ci se lance à sa poursuite, dans les rues de Paris. L'homme à la Clio finit sa course en s'encastrant dans un bus. La voiture n'est plus qu'une « épave et finit à la fourrière » selon une source proche du dossier, mais le chauffard s'échappe encore. Et il est introuvable à l'adresse à laquelle renvoie sa plaque d'immatriculation.

Mais dans la Clio, la police retrouve le ticket de la station-service Leclerc et un masque chirurgical. L'ADN est prélevé. Les vidéos de la station-service sont exploitées. En utilisant la technique de la reconnaissance faciale, l'inconnu est identifié. Les résultats de l'analyse ADN apportent une confirmation. Le rapprochement est fait avec l'individu fou furieux qui avait manqué de tuer le vigile.

Il est finalement localisé à Gagny où il est interpellé en début de semaine. Lors de sa garde à vue il aurait soutenu que l'agent de sécurité se serait jeté sciemment sur son véhicule. Déjà très connu de la police, il conduisait sans permis. Présenté devant le tribunal en comparution immédiate, son procès a finalement été renvoyé. Le chauffard a été libéré et placé sous contrôle judiciaire.