Seine-Saint-Denis : Kern et Troussel doivent faire gagner le PS aux élections départementales et régionales

Les militants du parti socialiste du 93 ont désigné le maire de Pantin et le président du conseil départemental pour les échéances de 2021.

 Archives. Bertrand Kern et Stéphane Troussel (au centre), ici en 2011 aux côtés de Claude Bartolone et Elisabeth Guigou, sont respectivement chefs de file aux régionales et départementales de 2021.
Archives. Bertrand Kern et Stéphane Troussel (au centre), ici en 2011 aux côtés de Claude Bartolone et Elisabeth Guigou, sont respectivement chefs de file aux régionales et départementales de 2021.  Julien Duffe

Le parti socialiste de Seine-Saint-Denis est en ordre de bataille. En fin de semaine, environ 900 militants — sur environ 3 000 encartés, selon la direction du parti, pour 1 500 à 2000 militants « actifs » — ont voté pour désigner leurs chefs de file aux échéances électorales de l'an prochain : ce sera Stéphane Troussel, le président sortant du conseil départemental pour les élections départementales, et Bertrand Kern, le maire de Pantin, aux régionales. « Ils étaient les deux seuls candidats sur ce scrutin », note Mathieu Monot, secrétaire départemental de la fédération PS 93.

Une opération imposée par les instances nationales du parti, qui s'est aussi déroulée dans plusieurs autres départements d'Île-de-France dont Paris, les Hauts-de-Seine et le Val-de-Marne.

« Même si la tenue de ces deux scrutins (NDLR : programmés pour mars mais qui pourraient être reportés pour cause de Covid-19 par le gouvernement) est incertaine, nous sommes prêts pour ces échéances », résume Mathieu Monot.

Ainsi, s'agissant des départementales, les électeurs auront à voter pour un binôme paritaire par canton. Désigner Stéphane Troussel comme chef de file pour cette bataille électorale revient donc à choisir « celui qui sera candidat à la présidence de la collectivité », éclaire Mathieu Monot. Si la gauche l'emporte, ce sera donc la troisième fois que Troussel préside l'assemblée.

Le PS 93 « engagé » derrière Audrey Pulvar pour les régionales

« La volonté du parti socialiste du 93 est de poursuivre dans la continuité de ce qui est engagé au département depuis quelques années », commente encore Mathieu Monot. Qui précise aussi que cette « tambouille interne » ne préjuge en rien des rassemblements et alliances politiques envisagées pour cette élection, à commencer par les écologistes et les communistes. En effet, les représentants de ces formations politiques sont parties prenantes de la plateforme numérique « Seine-Saint-Denis en commun » lancée par Troussel cette semaine, outil contributif qui vise à nourrir son programme aux élections départementales.

Aux régionales, c'est donc le maire de Pantin réélu dans sa ville dès le premier tour avec 57,6 % des voix qui sera la tête de liste départementale du scrutin. La tête de liste pour l'Île-de-France n'a pas encore été désignée, mais Mathieu Monot l'assume : « Nous sommes pleinement engagés derrière la démarche d'Audrey Pulvar (NDLR : l'ancienne journaliste, adjointe d'Hidalgo à Paris, devrait être désignée tête de liste du PS dans la région capitale), qui est la meilleure candidate pour la gauche rassemblée. Et nous souhaitons que les électeurs retrouvent le débat gauche-droite, confisqué depuis trop longtemps par le duel Macron - Le Pen », analyse encore le patron du PS en Seine-Saint-Denis.

Les investitures pour les binômes aux départementales, ainsi que la liste définitive aux régionales devraient être actées d'ici le 19 novembre.