Seine-Saint-Denis : des journalistes dans les collèges pour défendre la liberté d’expression

Le président du conseil départemental a lancé un appel ce mercredi pour inciter des journalistes à venir en résidence dans les 130 collèges de Seine-Saint-Denis. Quatre établissements en bénéficient déjà cette année.

 Gagny, ce mercredi. Le caricaturiste Plantu intervient régulièrement dans les établissements scolaires avec son association Cartooning for Peace
Gagny, ce mercredi. Le caricaturiste Plantu intervient régulièrement dans les établissements scolaires avec son association Cartooning for Peace  LP/H.H.

« Une fois, une élève m'a dit : de toute façon, vous les médias vous ne parlez jamais de la famine en Afrique. Je lui ai répondu que c'était à la fois vrai et faux, puis lui ai demandé sur quels médias elle s'informait. Elle a ensuite dû observer ce qui y était diffusé, puis on a travaillé là-dessus », décrit Violette Voldoire, journaliste cofondatrice et corédactrice en cheffe du média indépendant Radio parleur.

Cette trentenaire a organisé de nombreux ateliers dans des établissements scolaires de Seine-Saint-Denis, pour faire découvrir et comprendre les rouages de son métier aux élèves.

Education aux médias

Actuellement en résidence pour un an au collège Jean-Jacques Rousseau du Pré-Saint-Gervais, elle a partagé son expérience mercredi matin à l'occasion d'un appel lancé par le conseil départemental du 93. Ce dernier, en charge de la gestion des collèges, recherche 130 journalistes afin d'éduquer les élèves aux médias et à la liberté d'expression dans ses 130 établissements.

« On avait déjà lancé un partenariat avec l'association Cartooning for Peace après les attentats contre Charlie Hebdo, relate Stéphane Troussel, le président (PS) du conseil départemental. On souhaite encore aller plus loin en augmentant le nombre de journalistes intervenant dans les établissements, surtout après l'attentat de Conflans. On veut montrer aux enseignants qu'on les soutient. » Plusieurs professionnels ont déjà répondu à cet appel à l'instar de Raphaëlle Bacqué, grand reporter au Monde.

Déjà un partenariat avec Plantu

« Intervenir dans les établissements scolaires est indispensable », estime le caricaturiste Plantu, fondateur de Cartooning for Peace, une organisation qui milite pour la liberté d'expression et pour la paix. Grâce à ce partenariat, plusieurs dessinateurs originaires du monde entier sont déjà intervenus dans le département. « Quand j'arrive dans un établissement, il y a souvent des gamins qui me disent : vos copains de Charlie Hebdo, ils l'ont bien cherché en même temps… C'est par les dessins et les discussions qu'on arrive à avancer. Il y a des caricatures plus ou moins faciles à montrer. Moi, je leur dis toujours : la religion, je n'y connais rien! Ce qui m'intéresse, c'est la défense des femmes, des enfants. Quand une petite fille est excisée, une femme lapidée, je me fous de leur religion. C'est ce qu'on leur fait subir qui me révolte. »

Cette année, plusieurs journalistes sont déjà en résidence aux collèges Politzer et Travail-Langevin de Bagnolet, ainsi qu'à Pierre-André Houël à Romainville. « Les résidences sont intéressantes, car elle nous laisse vraiment du temps pour travailler avec les élèves », souligne Violette Voldoire qui va réaliser avec eux une émission de radio autour de la thématique de l'engagement.

Les professeurs mobilisés

« Quand je leur ai demandé à quoi cela leur faisait penser la première fois, je pensais qu'il allait me répondre mariage et forfait de téléphone, mais pas du tout ! Ils m'ont parlé des migrants et des violences conjugales », raconte-t-elle.

La journaliste fait également plancher les professeurs. « Eux aussi participent. Quand on leur tend un dictaphone, ça les décontenance toujours un peu, car d'habitude, ce sont eux les sachants, mais ça permet aussi de détendre l'atmosphère. Tout le monde est mis dans le même panier ! »