Seine-Saint-Denis : «Des concerts à vélo derrière des scènes mobiles, c’est totalement Covid-compatible»

La présidente du réseau de salles de musiques actuelles de Seine-Saint-Denis, Juliette Bompoint, défend le projet visant à organiser des concerts en plein air, à vélo, dès le mois de mai.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Saint-Ouen. Juliette Bompoint est la présidente du réseau de salles de musiques actuelles de Seine-Saint-Denis.
Saint-Ouen. Juliette Bompoint est la présidente du réseau de salles de musiques actuelles de Seine-Saint-Denis. LP/Gwenael Bourdon

Pour relancer au plus vite la vie culturelle, le réseau des musiques actuelles (Maad) de Seine-Saint-Denis se prépare à organiser, dès le printemps, des concerts en plein air derrière des scènes mobiles tirées par des vélos à assistance électrique, et des « sound systems » fonctionnant à l'énergie solaire! Directrice de Mains d'Œuvres, l'emblématique lieu culturel de Saint-Ouen, Juliette Bompoint, également à la tête du Maad 93, défend ardemment le projet.

Face à l'impossibilité d'organiser des concerts en intérieur, ce projet peut-il aider à relancer la musique live ?

JULIETTE BOMPOINT. Tout à fait : des concerts à vélo derrière des scènes mobiles, c'est totalement Covid-compatible. Dès le premier confinement, on avait imaginé louer des « scènes-camion », avec des plateaux où l'on pouvait faire jouer des artistes. On voulait déjà faire passer plein de permis poids lourd… Mais là, ces scènes tirées par des vélos, c'est beaucoup plus écolo. Et c'est un projet qui permet aussi d'aller dans des quartiers où il n'y a pas d'accès à la culture. En Seine-Saint-Denis, ce rééquilibrage est très important.

En quoi ce projet est-il si innovant ?

Le plus difficile pour faire un concert dans la rue, c'est de trouver les branchements… Un jour, devant la mairie de Saint-Ouen, on avait mis 1 h 30 avant de trouver l'électricité car notre groupe électrogène était en panne. On a fini par se brancher chez des voisins… Là, avec ce système à l'énergie solaire, on peut jouer pendant des heures sans avoir besoin de s'arrêter pour recharger, cela change tout !

Le croquis du projet de la scène mobile (dont la construction est en cours). DR
Le croquis du projet de la scène mobile (dont la construction est en cours). DR  

En revanche, il y a un sujet sur le réglage des freins, car il ne faut pas que les gens sur les vélos soient entraînés par le poids de la scène, ni que les musiciens tombent quand ça freine. Cela exige des techniques très pointues. Bon, au début, on commencera par des parcours où il n'y a pas trop de montées ni de descentes (sourire).

Newsletter L'essentiel du 93
Un tour de l'actualité en Seine-Saint-Denis et en l'IDF
Toutes les newsletters

Que pensent les artistes du projet ?

Ils ont tous envie d'essayer! Après, lors des premiers tests l'été dernier, certains DJ ont joué pendant des heures en contresens de la route… A la fin, ils avaient un peu moins envie (rires). On s'attache à trouver des solutions pour qu'ils se sentent en confort. Beaucoup avaient aussi peur que le son ne soit pas assez fort : ils font de la musique actuelle avec un son amplifié, pas de l'art de rue. Mais là, le son est hyper puissant, ils ont été rassurés. Surtout qu'en ce moment, on parle des festivals qui auront lieu avec 5000 personnes assises. Dans les musiques actuelles, assis, cela n'existe pas. Tout se vit debout. Mais à vélo, c'est la parade : donc on va se battre pour organiser ça cet été : un festival avec 5000 personnes assises… sur un vélo!