Seine-Saint-Denis : à la crèche, « c’est presque une rentrée comme les autres »

Le secrétaire d’Etat chargé de l’Enfance et des Familles Adrien Taquet a visité ce mardi une crèche d’Aubervilliers pour présenter le protocole sanitaire mis en place dans les établissements accueillant des enfants en bas âge.

 Aubervilliers, ce mardi. Le secrétaire d’Etat Adrien Taquet (au centre) en visite à la crèche La Maisonnée qui accueille 42 enfants.
Aubervilliers, ce mardi. Le secrétaire d’Etat Adrien Taquet (au centre) en visite à la crèche La Maisonnée qui accueille 42 enfants.  LP/H.H.

Assis sagement à des petites tables, des groupes de trois ou quatre enfants mangent des bouts de banane et du chocolat en guise de goûter. Dans les locaux de la crèche municipale multi-accueil La Maisonnée à Aubervilliers, les auxiliaires de puériculture qui les accompagnent à table, ce mardi, ne portent pas toutes un masque.

« Vu qu'il n'y a pas d'obligation, chaque employée est libre d'en mettre ou non en fonction de ce qu'elle préfère », explique Sabrina Martel, directrice du pôle petite enfance-parentalité de la commune à Adrien Taquet.

Ce mardi, le secrétaire d'Etat chargé de l'Enfance et des Familles a choisi cette structure accueillant 42 bambins, de l'âge où ils ont acquis la marche jusqu'à leurs trois ans, pour faire sa rentrée et discuter du protocole sanitaire mis en place dans le secteur de la petite enfance. Un document communiqué seulement vendredi aux professionnels, alors que bon nombre d'établissements ont rouvert lundi.

Le port du masque tranché la semaine prochaine

« La situation sanitaire change rapidement, il fallait donc en tenir compte. Il y avait en plus deux ou trois choses à affiner avant de le publier », souligne le secrétaire d'Etat, ajoutant qu'il pourrait encore évoluer rapidement.

« Pour l'instant, le port du masque n'est pas obligatoire pour les personnels lorsqu'ils sont au contact des enfants, mais nous avons redemandé au Haut conseil de la santé publique son avis sur la question. Il devrait le rendre lundi. » Dans le cas où l'instance recommanderait le port du masque en permanence, le secrétaire d'Etat se penchera alors sur la question des masques transparents, « car on sait que voir le visage des adultes qui s'occupent d'eux est très important pour les nourrissons ».

À La Maisonnée d'Aubervilliers pour l'instant, seules les interactions entre adultes doivent donc se faire avec un masque. Les parents doivent également en porter un pour pénétrer dans les locaux. Si avant l'été, le brassage des différents groupes d'enfants était interdit dans les crèches, le nouveau protocole sanitaire a été allégé, comme celui de l'Education nationale.

Ce qui permet de nouveau aux structures de réunir les bambins qui arrivent tôt le matin et repartent tard le soir dans un seul et même groupe. « Finalement, c'est presque une rentrée comme les autres », insiste Adrien Taquet.

Des effectifs pleins

En matière d'hygiène, les règles sont d'ailleurs sensiblement les mêmes que d'habitude. « Les crèches sont rodées en la matière. Covid-19 ou non, c'est surchaussures obligatoires, lavages réguliers des mains, nettoyage quotidien des salles de jeux… En temps normal, on fait déjà tout ça », rappelle Sabrina Martel.

En cette rentrée, la Maisonnée accueille l'ensemble de ses effectifs, le nombre d'enfants n'étant plus limité comme lors de la sortie du confinement. « Mais pour la première fois, nous avons des parents qui ont finalement décidé de ne pas inscrire leurs enfants en crèche, de peur qu'ils attrapent le covid-19. Des personnes sur liste d'attente ont donc été appelées, mais je me demande bien comment ces familles feront lorsqu'elles vont devoir reprendre le travail », s'inquiète Sabrina Martel.

D'ici le mois d'octobre, La Maisonnée devrait toucher 70 000 € d'aides de la Caisse d'assurances familiales de Seine-Saint-Denis pour l'aider à surmonter ses pertes engendrées par sa fermeture durant le confinement.