Saint-Ouen : cinq trafiquants incarcérés après le démantèlement du point de deal

À l’issue du vaste coup de filet qui avait conduit à l’interpellation de 22 trafiquants d’un gros point de deal de l’avenue Michelet, cinq suspects ont été placés en détention et treize sous contrôle judiciaire.

 Saint-Ouen. Les policiers se relaient pour filtrer les entrées et éviter la réinstallation des trafiquants sur le point de deal.
Saint-Ouen. Les policiers se relaient pour filtrer les entrées et éviter la réinstallation des trafiquants sur le point de deal.  LP/N.R.

En fin de semaine dernière, cinq trafiquants ont été placés en détention et treize autres sous contrôle judiciaire pour transport, détention, acquisition, offre ou cession de stupéfiants, association de malfaiteurs et blanchiment de trafic de stupéfiants. C'est le résultat des 22 gardes à vue qui se sont tenues dans le cadre du démantèlement de l'un des plus gros points de deal de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), mercredi dernier. Quatre gardes à vue avaient été levées au bout de 48 heures. Parmi les gardés à vue, ne manquait à l'appel qu'une personne et non des moindres, puisqu'il s'agit du propriétaire de ce gros « four ». « Il est actuellement en fuite », indique le parquet de Bobigny.

En revanche sa femme a été mise en examen pour blanchiment et non justification de ressources.

Ce coup de filet magistral a permis d'arrêter tous les maillons d'un réseau qui opérait au 86, avenue Michelet, à quelques pas des puces. Tous les « métiers » du trafic sont concernés, « des nourrices d'argent et de stupéfiants, au revendeur en passant par le rechargeur, les gérants de jour et de nuit, le gérant du point de deal, les hommes de main jusqu'à l'épicier dans la boutique duquel lequel les recettes du jour étaient stockées », précise le parquet.

200 policiers et gendarmes mobilisés

Ce dernier a fait appel de trois placements sous contrôle judiciaire ordonnés par le juge des libertés et de la détention.

Cette vaste opération anti stups faisait suite à un autre coup de filet qui s'était soldé par une première vague d'interpellations en juin 2020.

Cette fois, elle a mobilisé 200 policiers et gendarmes et a conduit aux interpellations de 22 individus. Elles ont été menées grâce à un important travail d'investigation et de coopération, pendant de longs mois, entre le commissariat de Saint-Ouen, la section de recherches, le GIR 93 (groupe interrégional) et les équipes d'AnaCrim (analyse criminelle).

Les perquisitions ont permis la saisie de 58 406 euros en numéraire, 6,3 kg de résine de cannabis et 1,4 kg d'herbe de cannabis. Un appartement a été saisi ainsi que 70 980 euros sur un compte bancaire.

Newsletter L'essentiel du 93
Un tour de l'actualité en Seine-Saint-Denis et en l'IDF
Toutes les newsletters

Pour éviter la réinstallation des trafiquants, d'importants moyens policiers ont été déployés. Postés au pied des immeubles des n° 86 et 92 de l'avenue Michelet, ils filtrent toutes les entrées en exigeant les pièces d'identité de tous les résidents et visiteurs.