Overdose, malaise ou homicide ? A Montreuil, l’étrange mort d’un jeune homme de 21 ans

Six suspects ont été interpellés dans la nuit de samedi à dimanche après la découverte d’un cadavre dans des circonstances bien étranges.

 L’autopsie devrait dire s’il y a eu ou non homicide.
L’autopsie devrait dire s’il y a eu ou non homicide.  LE PARISIEN

Que s'est-il passé rue Arago, à Montreuil ce samedi soir ? Comment un jeune homme de 21 ans a-t-il perdu la vie dans son appartement, entouré pourtant de six autres personnes ? Pour l'instant, le mystère demeure. Tout commence lorsque les sapeurs-pompiers sont appelés par une femme qui se plaint de vives douleurs dans un bras. Quand les secours arrivent à son domicile, un appartement de la rue Arago, la femme, dont l'épaule est luxée, refuse d'abord de se faire transporter à l'hôpital. Six locataires se partagent le logement et l'un d'eux décide d'aller dans la chambre du couple pour réveiller le conjoint, qui semble endormi. Il n'y arrivera pas : le corps du jeune homme est déjà raide. Il présente une hémorragie au niveau de la bouche et une cravate est enroulée autour de son cou.

Surdose de stupéfiants ?

Selon les premières déclarations de la femme à l'épaule luxée, tous deux ont consommé de l'alcool toute la nuit et ne se sont endormis que sur les coups de 7 heures du matin. Le jeune homme dormait depuis lors, sans que cela n'inquiète personne.

Au regard de ces constatations très suspectes, une enquête est confiée pour homicide volontaire au service départemental de la police judiciaire, le SDPJ 93.

Bien que très mystérieuse, la mort de cet homme âgé de 21 ans ne serait pourtant un homicide. Elle ne serait pas due non plus à un jeu sexuel qui aurait mal tourné comme aurait pu le laisser penser la cravate serrée autour du cou.

« Aucun élément de l'autopsie ne permet d'imputer le décès à une strangulation » assure le parquet de Bobigny. En revanche l'hypothèse d'une mort par surdose de stupéfiants pourrait être la plus plausible selon une source proche de l'enquête. L'autopsie permettra de le vérifier. La plupart des gardes à vue ont été levées. Ce lundi, il ne restait qu'un homme dans les locaux de la PJ.