Montreuil : un agent sanctionné pour avoir emmené un véhicule municipal à une manif anti-chasse à courre

Il pourrait écoper de deux jours de mise à pied. Mais une source syndicale assure que l’agent avait obtenu l’autorisation de son responsable pour emprunter la voiture.

 Une voiture municipale de Montreuil avait été prise en photo en forêt de Compiègne.
Une voiture municipale de Montreuil avait été prise en photo en forêt de Compiègne. DR

Léger malaise à la mairie de Montreuil. Samedi 16 janvier, un véhicule municipal était pris en photo en marge d'un rassemblement contre la chasse à courre en forêt de Compiègne (Oise). Aussitôt les partisans de cette pratique héritée de la monarchie réclamaient sur les réseaux sociaux des explications au maire (PCF) de Montreuil Patrice Bessac. Le chasseur à courre Thomas Drach — qui a massivement diffusé cette photo sur internet — mettait notamment en avant « le devoir de réserve de tout fonctionnaire territorial ».

A Montreuil, l'agent conduisant le véhicule municipal en question a rapidement été identifié dans le cadre de l'enquête administrative menée par la direction générale des services. Et l'entourage du maire a d'abord expliqué que deux jours de mise à pied avaient été demandés à son encontre. Mais en ce début de semaine, la sanction n'aurait pas encore été notifiée à l'agent et le cabinet de Patrice Bessac ne répond plus.

« Sa voiture personnelle était tombée en panne »

A la CGT, on raconte une tout autre version de cet épisode : « La voiture personnelle de cet agent était tombée en panne avant le week-end alors il a demandé l'autorisation de son chef pour emprunter un véhicule de service et son chef lui a accordé. C'est plutôt le chef qui aurait dû dire non, considère un délégué syndical. Mais l'agent ne mérite pas cette sanction, l'enquête mérite d'être approfondie. » Et le syndicaliste d'assurer : « Notre position serait plutôt de le défendre. » Dans l'entourage de Patrice Bessac, vendredi, on contestait cette version des faits, la qualifiant de « fausse information ».

Cet épisode illustre en tout cas la guerre sans merci à laquelle se livrent les partisans et les détracteurs de la chasse à courre, partout où elle est encore pratiquée, à coups de tracts et de messages haineux sur les réseaux sociaux. Cette fois-ci, Montreuil en a été l'improbable témoin.