Métiers du numérique : Microsoft lance son école pour demandeurs d’emploi à Aulnay-sous-Bois

Microsoft France a annoncé l’ouverture en novembre d’une Ecole Cloud. Sa première promotion accueillera 20 à 24 apprentis, en priorité des personnes se trouvant en marge du marché de l’emploi. Vous pouvez postuler, la sélection n’ayant pas encore été faite…

 Aubervilliers, illustration. L’école propose une formation certifiante aux métiers du cloud, liés au stockage de données et aux serveurs.
Aubervilliers, illustration. L’école propose une formation certifiante aux métiers du cloud, liés au stockage de données et aux serveurs.  LP/G.B.

« N'ayez pas peur. » Pas de doute, Agnès Van de Walle connaît ses classiques. Quand on demande à la directrice de l'entité Partenaires et start-up de Microsoft France, ses conseils aux chômeurs qui hésiteraient à rejoindre la première Ecole Cloud Microsoft en France, qui va voir le jour mi-novembre à Aulnay-sous-Bois, elle cite spontanément le pape Jean-Paul II.

« Notre école est ouverte à tous, reprend-elle, et, contrairement à ce que beaucoup pensent, les métiers du numérique sont extrêmement accessibles. Pas besoin d'avoir un Bac + 5 ou de sortir d'une école d'ingénieurs, il n'y a ni critères de niveau ni prérequis pour entrer. Le plus important, c'est de s'intéresser à l'informatique, d'avoir l'esprit vif, d'avoir envie d'apprendre, de se former car, dans le numérique, on apprend tout le temps, on se forme en continu. Tout change tellement vite… »

Une formation très attendue par un secteur en manque de main-d'œuvre

Surtout pour les ignares en informatique qui ont très vaguement entendu parler de « cloud ». Un terme (signifiant « nuage » en anglais) qui recouvre l'ensemble des solutions de stockage à distance. Quèsaco? Les données, au lieu d'être stockées sur des disques durs, sont disponibles sur des serveurs et accessibles par Internet. Un système de plus en plus répandu parmi les entreprises et en passe de devenir indispensable, Covid oblige, avec le développement tous azimuts du télétravail et du e-commerce.

Ce type de formation, certifiante, est donc très attendu par tout un secteur en pénurie de main-d'œuvre. En France, en 2019, il y a eu 46 000 projets d'embauches dans le numérique tandis que, sur la même période, 68 % des sociétés spécialisées n'arrivaient pas à recruter.

Vous tergiversez? Vous n'êtes pas encore sûr de postuler? Sachez que la formation est gratuite. Créé par Microsoft en partenariat avec Simplon.co, un réseau d'écoles numériques solidaires, l'établissement s'installera au 1, rue Auguste-Renoir, dans les locaux de l'école Simplon d'Aulnay.

Dans les écoles Microsoft, «93 % des étudiants ont trouvé un CDI à l'issue de leur formation»

Après six mois de formation intensive suivis d'un contrat de professionnalisation de douze mois en alternance (une semaine d'école, trois semaines en entreprise) chez un partenaire du géant américain du numérique, vous aurez un contrat presque dans la poche. « C'est ce qui s'est passé en tout cas avec nos apprenants qui sont sortis depuis 2018 de nos 17 écoles IA (NDLR : écoles d'intelligence artificielle, gratuites elles aussi), assure la responsable de Microsoft. Sur 362 apprenants, 93 % ont trouvé un CDI à la sortie de leur formation. »

Ça y est, vous êtes fin prêts à actualiser votre CV ? Avant de vous jeter à l'eau, il vous faut savoir tout d'abord que cette école Cloud qui réunira, pour sa première promotion, 20 à 24 heureux élus, pas encore désignés, vise un public précis. Les apprenants devront donc, condition indispensable, être inscrits à Pôle emploi. Et la primauté sera donnée aux bénéficiaires du RSA, aux résidents en quartier prioritaire de la ville, aux personnes ayant un handicap et aux réfugiés. Dans un souci de parité, les femmes représenteront au moins 30 % des apprenants.

Pour postuler, rendez-vous sur Simplon.co. Le formulaire de candidature sera bientôt mis en ligne sur cette page : https://simplon.co/formation/ecole-cloud-microsoft-by-simplon-parcours-developpeur-se-cloud/331

« Il faut être déterminé »

C’est une énumération qui donne presque le vertige. « Dans notre formation, nous avons principalement des cours de programmation en Python et de théorie sur les modèles d’IA et leurs mises en pratique, liste Antoine Lequin, apprenant dans une école Intelligence artificielle Microsoft à Paris. Nous sommes aussi formés aux principaux langages de base de données — SQL avec MySQL et NoSQL avec MongoDB — aux commandes Linux et à l’outil Docker. »

Bon, vous l’aurez compris, mieux vaut s’y connaître un peu en informatique avant de postuler pour une des 17 écoles IA gratuites de Microsoft, bâties sur le même modèle que la future Ecole Cloud d’Aulnay-sous-Bois. « Il faut vraiment être déterminé, confirme Antoine, Val-d’Oisien de 26 ans. Les journées sont très intenses. On reçoit beaucoup d’informations et c’est difficile de ne pas se laisser submerger. C’est une vraie course de fond. »

D’autant qu’avec le confinement, rien n’a été simple pour Antoine et ses camarades. « On n’a eu que quatre jours de présentiel avant le confinement. La formation a continué mais, à distance, ce n’était pas évident. » Il veut devenir data scientist. Pas de quoi décourager Antoine, très motivé. « J’aime tout ce qui est lié à l’informatique et c’est un domaine où il y a beaucoup de débouchés », affirme le jeune homme qui était en licence de chimie avant d’abandonner car il était « en difficulté ».

Peu après sa décision de mettre en parenthèses ses études, celui qui vit à Montlignon, un village près d’Eaubonne (Val-d’Oise), est diagnostiqué autiste Asperger. « Une association m’a alors contacté et m’a mis en relation avec l’école IA », explique-t-il. Après ses six mois de formation intensive, qui se termine en octobre, Antoine signera un contrat de professionnalisation de douze mois en alternance avec une entreprise partenaire de Microsoft. Avant de, c’est son souhait, devenir un data scientist, comprenez un informaticien spécialisé dans la création de modèles d’intelligence artificielle.