Les Vélib’ à Saint-Ouen, c’est pour 2021

La municipalité PS a voté mardi soir sa réadhésion au syndicat Vélib’Métropole. La ville était la dernière, limitrophe de Paris, à ne pas encore l’avoir fait. Une dizaine de stations sont à l’étude.

 Depuis 2018, les Vélib’n’ont pas fait leur réapparition à Saint-Ouen.
Depuis 2018, les Vélib’n’ont pas fait leur réapparition à Saint-Ouen.  LP/Arnaud Journois

Le retour des Vélib' à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) se précise. La dernière ville limitrophe de Paris à ne pas avoir réinstallé des stations depuis le changement d'opérateur (survenu en janvier 2018) a voté mardi soir sa réadhésion au syndicat Vélib'Métropole, en conseil municipal.

Une étape indispensable en vue du redéploiement des vélos, avec l'objectif d'ouvrir les premières stations au cours du premier semestre 2021.

Une date qui reste à affiner car l'adhésion de la ville doit encore être validée en conseil syndical avant qu'une convention ne soit passée. La démarche d'installation prend ensuite, au minimum, six mois.

Une dizaine de stations à l'étude

Une étude a déjà été lancée par la ville et le territoire Plaine Commune en septembre, pour implanter « une dizaine de stations » afin de quadriller la ville. Le tout en s'appuyant, notamment, sur une étude menée en 2017 par l'Apur, l'Atelier parisien d'urbanisme.

C'est la même année que l'ex-maire (UDI) William Delannoy avait refusé d'installer les nouveaux Vélib', considérant que ce n'était pas à la ville - dont la compétence voirie avait été transférée au territoire Plaine Commune - de financer ces nouvelles stations (10 000 € chacune).

Il estimait aussi que la ville ne comptait pas suffisamment d'infrastructures cyclables sécurisées. « Inciter les gens à prendre leur vélo, c'est bien. Faire des pistes sécurisées, c'est mieux, expliquait-il dans nos colonnes en 2019. Les voies avec de simples marquages au sol, où les gens risquent leur vie, je n'en suis pas partisan. »

Des entreprises pourraient cofinancer l'implantation des stations

Avec le déploiement de nouvelles pistes par le conseil départemental ces derniers mois, et notamment les « coronapistes », il avait finalement écrit à Vélib'Métropole pour lui indiquer son intention d'adhérer enfin au syndicat. Avant d'être battu aux municipales en juin. Une bonne partie de la nouvelle opposition de droite a, mardi soir, voté la délibération.

Paul Manon, conseiller municipal délégué à la voirie et aux mobilités douces a par ailleurs rappelé que « les entreprises présentes sur le territoire, au titre du mécénat, peuvent participer à la prise en charge des coûts d'installation. Plusieurs nous ont déjà indiqué être intéressées », précise-t-il.

Le maire (PS) Karim Bouamrane a notamment évoqué le cas d'Alstom (environ 3 000 salariés sur son site à Saint-Ouen, situé rue Albert-Dhalenne), où « énormément de salariés souhaitent vivement le retour du Vélib'. »