Ile-de-France : fin de cavale pour trois trafiquants de drogue insaisissables

Ils n’appartiennent pas aux mêmes réseaux, mais sont tombés la même semaine. Trois dealers qui avaient été condamnés mais s’étaient volatilisés ont été interpellés grâce à la brigade de recherche des fugitifs.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Les différentes arrestations ont eu lieu à Courbevoie (Hauts-de-Seine) à Villers-Saint-Paul (Oise) et en Espagne (illustration).
Les différentes arrestations ont eu lieu à Courbevoie (Hauts-de-Seine) à Villers-Saint-Paul (Oise) et en Espagne (illustration). LP/archives

Fugitifs et trafiquants de drogue, Claudio, Jalal et Samir dorment tous ce vendredi soir derrière les barreaux. Ces trois trafiquants de drogue ont tous été interpellés cette semaine à Courbevoie (Hauts-de-Seine) à Villers-Saint-Paul (Oise) et en Espagne par ou avec le concours des enquêteurs de la brigade nationale de recherche de fugitifs (BNRF). « Ils faisaient partie d'une short list de malfaiteurs en fuite que nous voulions arrêter parce qu'ils étaient toujours actifs et nuisibles », précise le commissaire Jacques Croly-Labourdette, patron de cette brigade de la direction centrale de la police judiciaire.

Claudio, le dealer de Pantin, traqué depuis trois ans

Après trois ans de cavale, Claudio J., 28 ans, a été arrêté, mercredi à Courbevoie (Hauts-de-Seine) et ce en dépit des mesures de sécurité qu'il mettait en œuvre pour éviter la police… et ses ennemis. « C'est un dealer qui tenait des points de deal majeurs de Pantin (Seine-Saint-Denis), la cité Scandicci, situés près du métro autour du stade Jules-Ladoumègue ». En avril 2017, le malfaiteur est en conflit avec un homme de 25 ans, sur fond de trafic… La sanction tombe. Ce rival est blessé de plusieurs balles de 9 millimètres dans les jambes. « La victime n'est pas bavarde compte tenu du contexte, mais les enquêteurs du service départemental de police judiciaire de Seine-Saint-Denis trouvent des témoins qui leur permettent de mettre un nom sur l'auteur de cette jambisation », explique un enquêteur.

Il roulait en grosses berlines allemandes

En juillet 2017, Claudio est donc identifié avant d'être interpellé, mis en examen et écroué. Cet homme, originaire des Antilles passe quatre mois derrière les barreaux avant de disparaître. En février dernier, il est condamné en son absence à neuf ans de prison pour tentative de meurtre. Le dealer, considéré comme l'un des gros trafiquants de Pantin, est en fuite mais continue à travailler dans les stups et bénéficie d'un réseau de relations qui lui apporte son soutien.

Il a un ami qui possède une agence de location ce qui permet à Claudio de rouler en BMW et en Mercedes. Il a plusieurs points de chute à Saint-Denis, Villemomble, dans le quartier de la gare du Nord à Paris et à Courbevoie. Le malfaiteur fait preuve d'une grande méfiance. « Il sortait toujours de chez lui en courant pour éviter d'être arrêté ou pris pour cible », précise une source de l'affaire. Il ne rentrait jamais directement chez lui et ressortait de son parking souterrain avant de regagner son domicile.

Ce mercredi, le fugitif a baissé sa garde avant de prendre l'ascenseur pour monter dans un immeuble de Courbevoie et il a été surpris par les fonctionnaires. Il a tenté de donner une fausse identité avant de capituler. Le trafiquant a été déféré devant le parquet de Nanterre avant d'être écroué. Il sera rejugé à Bobigny dans les prochains mois.

Jalal, du Plateau de Creil aux go-fast à 800 kilos

Agé de 40 ans, originaire du Plateau de Creil (Oise), Jalal S. était recherché depuis la fin de l'année 2017. Dans les années 1990, en convoi avec des voitures chargées à bloc, ce trafiquant remontait de grosse quantité de drogue de l'Espagne vers l'Oise. Mais le 30 mai 2011, l'un de ces go-fast a été intercepté avec 806 kilos de résine dans le tunnel du Somport (Pyrénées-Atlantiques). Son implication a été établie par les magistrats de la juridiction interrégionale (Jirs) de Bordeaux mais il n'a jamais été arrêté. En son absence, il est condamné à une peine de six ans ferme.

En septembre dernier, les hommes de la PJ se sont mis sur ses traces. Les enquêteurs ont passé ses relations amicales et familiales au crible avant de comprendre qu'il passait régulièrement par une maison de Villers-Saint-Paul (Oise), commune voisine de Creil, où vivent certains de ses proches. Ce jeudi à la mi-journée, il a été surpris par les forces de l'ordre alors qu'il était au volant d'un véhicule utilitaire, à proximité de cette maison. Il a été déféré à Senlis avant d'être écroué à Beauvais.

Samir continuait de vivre du trafic en Espagne

Le troisième trafiquant interpellé est Samir, 30 ans, contrebandier qui a grandi à Gennevilliers (Hauts-de-Seine). Il importait du cannabis depuis l'Espagne et de la Cocaïne depuis les Antilles. Il était recherché depuis quatre ans après avoir écopé de deux condamnations de quatre ans de prison dans deux dossiers différents. Il s'était installé, comme bon nombre de professionnels des stups à Marbella sur la Costa del Sol, en Espagne. Il revenait parfois en Ile-de-France pour gérer ses affaires avec de faux papiers. Il a été interpellé ce jeudi matin dans une rue de cette commune balnéaire par la police espagnole. Il devrait bientôt être rapatrié en France pour exécuter sa peine.