«Fidèles» mais «libres» : comment votent les députés de Seine-Saint-Denis

A un an de la fin de leur mandat, le Parisien fait le point sur l’activité des députés de l’Oise et de l’Ile-de-France. Zoom sur vos élus, plus ou moins assidus.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Un vote organisé à l’assemblée nationale, en novembre 2020.
Un vote organisé à l’assemblée nationale, en novembre 2020. LP/Olivier Arandel

Quelle est l'activité de vos parlementaires à l'Assemblée? Le site Datan.fr (lire encadré) permet d'y voir un peu plus clair. Grâce à cet outil statistique, on peut retrouver l'historique de tous les votes effectués depuis le début de leur mandat. Participent-ils souvent au vote? De quelle façon soutiennent-ils la majorité présidentielle? Focus sur vos élus de la Seine-Saint-Denis.

Pourquoi Jean-Christophe Lagarde vote moins que les autres…

Elus tous les deux depuis 2002, Marie-George Buffet (PCF) et Jean-Christophe Lagarde (UDI) sont les députés les plus expérimentés du département. Ce sont aussi ceux qui, statistiquement, participent le moins aux votes (10 %, contre 18 % pour la moyenne nationale).

«Fidèles» mais «libres» : comment votent les députés de Seine-Saint-Denis

Une statistique que balaie l'ancien maire de Drancy, qui est aussi président de son groupe à l'Assemblée : « Il faudrait plutôt comparer avec les autres présidents de groupe. Notre rôle, c'est plutôt d'être des animateurs d'équipe. Je laisse souvent ma place dans l'hémicycle. Aujourd'hui (NDLR : ce mercredi) par exemple, je recevais à 12h30 des agriculteurs martiniquais sur le problème de la chlordécone. Comme député de Seine-Saint-Denis, honnêtement, je ne l'aurais jamais fait. »

… et une fois sur deux avec LREM

Jean-Christophe Lagarde assure, en revanche, « ne jamais rater un scrutin solennel ». Et il est, en dehors des parlementaires LREM, celui qui vote le plus comme la majorité présidentielle, presque une fois sur deux (47 %). « Tout simplement parce que je suis un homme libre, justifie-t-il. Les bêtises, je les dénonce, les bonnes choses, je les soutiens. J'aurais été ravi d'avoir voté 80 % des textes du gouvernement… »

Paris (VIIe), Assemblée nationale. Jean-Christophe Lagarde (UDI) vote presque une fois sur deux comme la Majorité présidentielle. /LP/Olivier Corsan
Paris (VIIe), Assemblée nationale. Jean-Christophe Lagarde (UDI) vote presque une fois sur deux comme la Majorité présidentielle. /LP/Olivier Corsan  

Jean-Christophe Lagarde vient par exemple d'approuver le dernier budget comprenant le plan de relance de 100 milliards d'euros. « Je l'ai voté car cet effort de relance, qui est nécessaire en cette période de crise, c'est celui que je demandais, poursuit-il. Je déteste la politique clanique, celle qui refuse de regarder l'idée qui est soumise mais qui regarde celui qui soumet l'idée. Tout à l'heure, en commission, Madame Le Pen (NDLR : la présidente du Rassemblement national) disait quelque chose de juste. Je ne partage pas grand-chose avec Madame Le Pen, mais comme j'étais d'accord avec elle — ça peut arriver —, je n'allais pas dire le contraire pour le plaisir. »

Alain Ramadier, le plus actif

Ancien cadre bancaire, Alain Ramadier (LR) est de très loin celui qui participe le plus aux votes (47 %) parmi les élus du département. Le député d'Aulnay se dit « très présent » à l'Assemblée, où il accomplit son premier mandat. « J'étais comme ça à la banque alors je n'ai pas changé mes habitudes, dit-il. Hier soir (NDLR : mardi), je suis parti à 21h30 et j'étais là ce matin (NDLR : mercredi) à 8 heures car je participais à un groupe de travail sur l'autisme. Je m'intéresse à beaucoup de choses et ici, l'avantage, c'est qu'on peut toucher à tout. »

Le seul député LR du 93 est à l'Assemblée les mardis, mercredis et jeudis. Il est donc logiquement très actif : « Sur les gros textes, je peux aussi revenir ou passer le soir car je ne suis pas loin. Mes collègues de province, en revanche, arrivent le mardi et repartent souvent le mercredi après-midi. »

« Sur les gros textes, je peux revenir à l’Assemblée ou passer le soir car je ne suis pas loin », explique Alain Ramadier. DR
« Sur les gros textes, je peux revenir à l’Assemblée ou passer le soir car je ne suis pas loin », explique Alain Ramadier. DR  

L'élu vote une fois sur trois (33 %) comme la majorité LREM. « Si ça va dans le bon sens, on vote, dit-il lui aussi. Par exemple sur les projets de loi de finance rectificative et les mesures spécifiques sur la crise sanitaire. Nous avons aussi des propositions qui ont été reprises par le gouvernement et on ne va pas s'y opposer car le principal, c'est d'arriver à leur adoption. »

Sylvie Charrière, toujours loyale à la majorité présidentielle… ou presque

Difficile de trouver des députés LREM qui ne suivent pas les consignes depuis le début du mandat. En Seine-Saint-Denis, les trois parlementaires (Patrice Anato, Sylvie Charrière et Stéphane Testé) votent quasi systématiquement les textes de la majorité présidentielle.

Newsletter L'essentiel du 93
Un tour de l'actualité en Seine-Saint-Denis et en l'IDF
Toutes les newsletters

En revanche, la seconde, députée de la huitième circonscription (cantons de Gagny, Rosny et Villemomble) se distingue pour s'être abstenue sur deux textes majeurs : la proposition de loi Sécurité globale et celui sur la réintroduction des pesticides néonicotinoïdes. « Ça démontre, alors qu'on nous a très vite taxé de députés godillots, qu'on a encore une liberté de conscience au sein du groupe », réagit Sylvie Charrière, même si elle se dit « en accord avec la très grande majorité des décisions gouvernementales, qui vont toujours dans le sens du en même temps qui m'est cher. »

Sylvie Charrière se dit écolo mais n’a pas voté contre la réintroduction des néonicotinoïdes : « Beaucoup de garde-fous ont été mis en place. » / LP
Sylvie Charrière se dit écolo mais n’a pas voté contre la réintroduction des néonicotinoïdes : « Beaucoup de garde-fous ont été mis en place. » / LP  

Mais pourquoi cette députée qui se dit écolo n'a-t-elle pas voté contre la réintroduction des néonicotinoïdes? « Car grâce à l'enrichissement du texte en Hémicycle, beaucoup de garde-fous ont été mis en place et m'ont vraiment rassurée », explique-t-elle. Sur la loi Sécurité globale, elle faisait partie de ces députés LREM opposés à l'article 24, qui avait pour but d'interdire la diffusion du visage de policiers sur les réseaux. L'article, réécrit, l'a convaincue de ne pas s'y opposer. « Et il y avait aussi beaucoup d'éléments dans cette loi qui me paraissaient très intéressants, dit-elle. C'est pour cela que je n'ai pas voté contre. »

Datan.fr, une initiative citoyenne

Datan.fr n’est pas né d’hier. « Je travaillais dessus depuis trois à quatre ans. Il a vu le jour en septembre dernier », narre Awenig Marié, chercheur en sciences politiques à l’Université libre de Bruxelles (Belgique) et ancien membre du think tank VoteWatch, chargé d’examiner les votes au Parlement européen.

Sur Datan.fr, l’internaute trouve l’historique de tous les votes effectués à l’Assemblée par chacun des élus. « L’accent est mis sur les pratiques de vote, afin de comprendre leur positionnement réel », souligne Awenig Marié : « Sans cette information, les parlementaires ne sont pas incités à rendre des comptes, et les citoyens ne votent pas forcément pour le parti pour lequel ils sont le plus proches. »

Datan.fr vient par ailleurs de se doter d’un conseil scientifique « pour donner de la légitimité au projet ». Parmi ce conseil scientifique se trouvent des chercheurs au CNRS, un professeur de Sciences-po… « Des personnes que j’ai rencontrées lors de mon parcours professionnel », ajoute Awenig Marié.