Seine-Saint-Denis : une famille soupçonnée de radicalisme après avoir menacé un enseignant

La mère du garçon de 8 ans qui avait traité ses copains de «fils de porcs» a ensuite menacé son enseignant. Elle a fini en garde à vue. Des soupçons de radicalisme ont conduit à la perquisition du domicile familial. En vain.

 Des soupçons de radicalisation ont motivé également une perquisition au domicile des parents. Mais les enquêteurs n’ont rien trouvé d’inquiétant.
Des soupçons de radicalisation ont motivé également une perquisition au domicile des parents. Mais les enquêteurs n’ont rien trouvé d’inquiétant.  LP.

Du haut de ses 8 ans, ce petit garçon en ferait voir de toutes les couleurs à son maître et à ses camarades. A tel point qu'à Dugny (Seine-Saint-Denis) dans l'école élémentaire où il est scolarisé, l'équipe éducative s'est émue des propos peu amènes dans la bouche de cet enfant. Des parents s'en sont également plaint à la direction de l'établissement.

Des élèves ont expliqué qu'ils avaient été insultés et traités de «fils de porcs». Ce qui a valu lundi dernier une explication franche et peu courtoise entre le professeur et la mère de l'enfant, qui était lui aussi présent. L'école en question est ouverte pendant les vacances scolaires pour des sessions de soutien.

«Dieu est grand, Dieu voit tout, il va s'occuper de toi»

Non seulement la mère a pris fait et cause pour son fils mais elle a menacé l'enseignant. Elle a lancé : «Dieu est grand, Dieu voit tout et il va s'occuper de toi», indique une source proche du dossier. La tension était vive et l'enfant conforté dans son comportement a «donné un coup de pied à l'enseignant», complète cette même source.

Ces mots ont été prononcés alors que la communauté scolaire est profondément traumatisée par la décapitation du professeur de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), Samuel Paty. L'incident est pris très au sérieux. Un signalement est effectué auprès de la direction académique. «Nous avons pris en compte immédiatement ce signalement, en accompagnant l'école et en mettant en place un suivi particulier de l'enseignant», indique l'Education nationale.

Le grand frère de 18 ans tente d'entrer dans l'école

Rapidement, la maman est placée en garde à vue. Le lendemain, le grand frère, âgé de 18 ans, tente d'entrer dans l'école pour demander à son tour des explications au professeur. «Il a été stoppé», complète cette source. Il est placé à son tour en garde à vue.

«La mère de l'enfant scolarisé a été poursuivie pour des menaces, et son frère pour intrusion dans un établissement scolaire. Ils ont tous deux fait l'objet d'un rappel à la loi par le procureur», indique le parquet de Bobigny.

Des soupçons de radicalisation ont motivé également une perquisition au domicile des parents afin de rechercher d'éventuels signes d'extrémisme religieux. Ces investigations se sont révélées infructueuses. Ce que confirme le parquet : «Il n'y a aucun élément évoquant une radicalisation de cette famille qui n'a pas fait référence à l'islam.»