Distanciation impossible au collège : droit de retrait des enseignants à Neuilly-sur-Marne

Des professeurs du collège Georges-Braque ont déposé un droit de retrait vendredi pour réclamer en urgence la construction d’un préau pour leurs élèves. Objectif : éviter les attroupements à l’intérieur de l’établissement en cas d’intempéries.

 Neuilly-sur-Marne. Construit dans les années 1970, le collège n’abrite pas de préau.
Neuilly-sur-Marne. Construit dans les années 1970, le collège n’abrite pas de préau.  DR

À défaut de préau pour se protéger de la pluie, les élèves ont fini la récré entassés dans le hall d'entrée. Plusieurs enseignants du collège Georges-Braque de Neuilly-sur-Marne ont déposé un droit de retrait vendredi pour dénoncer les conditions d'accueil des adolescents dans cet établissement bâti dans les années 1970 et classé Réseau d'éducation prioritaire.

« Cela fait maintenant plusieurs années qu'on réclame la construction d'un préau dans notre collège pour permettre aux élèves de se mettre à l'abri s'ils le souhaitent durant la récréation, mais rien n'est fait. Résultat : on a dû rassembler plus de 500 élèves vendredi dans le hall d'entrée de 200 m2 pour les protéger des intempéries. Impossible de tenir la distanciation sociale dans un tel espace », s'agacent les enseignants.

« La sécurité sanitaire et physique ne peut être assurée dans ces conditions »

Ils ont rédigé un courrier vendredi à destination de Stéphane Troussel, le président (PS) du conseil départemental de Seine-Saint-Denis - en charge de la construction et de l'entretien des collèges - pour l'alerter.

« Dans un contexte habituel, il nous semble évident que cette situation est dangereuse physiquement et moralement (bousculades, bagarres, risques de blessures), écrivent-ils. En période de pandémie, il va de soi que la sécurité sanitaire et physique ne peut être assurée dans ces conditions. De plus, tout cela nuit au climat scolaire propice aux apprentissages (remontée en classe agitée, concentration des élèves difficiles). »

Un préau livré il y a deux ans... mais toujours pas monté

Selon les enseignants, un préau a pourtant bien été livré il y a deux ans par le conseil départemental. « Il y en a un en kit dans un coin de la cour, qui n'a toujours pas été monté. Il n'a d'ailleurs pas l'air bien grand… On ne comprend pas pourquoi cela prend autant de temps. »

« Le permis de construire pour le préau n'a pas encore été délivré (NDLR, par la mairie) si bien que sa mise en place initialement prévue cet été n'a pu avoir lieu », explique de son côté le conseil départemental. « Comme c'est une installation lourde, elle ne peut être réalisée que lorsque le collège est inoccupé », rappelle-t-il également, estimant que « d'autres espaces et organisation dans le collège permettent, lors des récréations pluvieuses, d'abriter les élèves tout en respectant la distanciation sociale ».

Le permis de construire refusé

« Le permis n'a pas été délivré, car le dossier de dépôt était incomplet. Nos services l'ont notifié au conseil départemental, qui avait trois mois pour le modifier, mais il n'a rien fait. Il a donc été automatiquement refusé », explique Zartoshte Bakhtiari, le nouveau maire (DVD) de Neuilly-sur-Marne, qui ne se dit en rien opposé à la construction d'un préau.

« Au contraire, l'établissement en a besoin. C'est au conseil départemental de se mettre en conformité avec les réglementations et de prendre ses responsabilités. »