Des millions plein les poches : comment les Arsène Lupin du 93 raflaient montres et bijoux

«Fadron» et «Zuzin», deux copains de Seine-Saint-Denis, ont été condamnés après des années à écumer les salons internationaux du secteur du luxe, où ils faisaient main basse sur des butins de grande valeur.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 En costumes chics et armés de leur bagout, les deux complices passaient inaperçus dans les salons de Genève ou d’Hongkong.
En costumes chics et armés de leur bagout, les deux complices passaient inaperçus dans les salons de Genève ou d’Hongkong.  Clod

Sur des montres à plus de 2 millions d'euros, chaque seconde qui s'égraine vous rapproche du paradis ou de la prison. Le 15 juin 2017, « Zuzin » – son surnom à la cité des Tilleuls, au Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis) – n'en peut plus de faire le guet dans cette allée réservée aux professionnels du Salon international de la haute horlogerie de Genève (Suisse).

Téléphone à l'oreille et sourire aux lèvres, il fait semblant d'avoir une conversation en anglais. Les agents de sécurité sont là, à quelques mètres de lui. Mais ils ne se doutent de rien. Ce grand type en costume a l'air tellement décontracté.

En réalité, Zuzin ne comprend pas pourquoi « Fadron », son copain d'enfance, reste autant de temps dans la réserve d'Audemars-Piguet. Mais avec les années, son comparse est devenu un expert en horlogerie de luxe. Il les examine une à une, il lui faut une minute pour en choisir neuf.

Soixante secondes interminables pour Zuzin qui voit enfin réapparaître son complice avec un butin à 2,3 millions d'euros en montres haut de gamme. Ce jour-là, les « Arsène Lupin du Blanc-Mesnil » viennent de réussir leur plus gros coup.

Ils retentent le diable à Hongkong

Quatre ans après, les deux voleurs sont à nouveau réunis mais au tribunal de Paris. Il est 20h30 ce mardi et ils ressortent libres de cette audience. Fadron, 39 ans, va pourtant retourner en détention dans quelques jours. Direction la prison de Nanterre (Hauts-de-Seine), où il a déjà passé dix-huit mois avant d'être libéré sur un vice de procédure.

Mais là, il vient d'écoper de cinq ans de prison dont deux avec sursis pour ce vol à Genève et aussi pour le recel d'une des 11 montres Richard Mille subtilisées dans la capitale suisse le 17 janvier 2016. Le préjudice se chiffrait à 1,2 million d'euros. Les enquêteurs n'ont jamais pu établir que les « Arsène Lupin du Blanc-Mesnil » étaient derrière cet autre vol. « Ils n'étaient même pas poursuivis pour ça », a rappelé Louise Tort, l'avocate de Fadron.

Newsletter L'essentiel du 93
Un tour de l'actualité en Seine-Saint-Denis et en l'IDF
Toutes les newsletters

Zuzin s'en tire avec trois ans dont un avec sursis. S'il a lui aussi été condamné pour association de malfaiteurs, le père de famille de 40 ans ne retournera pas en prison où il vient de passer plus de trois ans. Car il s'était fait attraper dix jours après leur coup de maître à Genève, quand les deux amis avaient retenté le diable au salon international de la joaillerie à Hongkong. De vrais globe-trotteurs du vol.

Ce 28 février 2017, comme à leur habitude depuis des années, ils arpentent les allées, la veille de l'ouverture de l'événement. Ils profitent de la mise en place des stands pour se fondre dans la masse, car avec l'effervescence, on ne les remarque pas. « Si l'opportunité se présente, je passe à l'acte », a résumé Fadron au juge lors de son procès. « Ils y vont à l'instinct, souffle un de ses proches. Leur seul plan, c'est celui du salon. Le reste, c'est de l'esbroufe. »

Avec son bagout, Zuzin distrait un vendeur. Pendant ce temps, ni vu ni connu, Fadron dérobe une mallette contenant 400000 euros de diamants. Un beau butin ? Pas pour eux, qui vivent hors-sol depuis des années, menant une vie de rêve entre grands restaurants et soirées VIP où ils se débrouillent toujours pour entrer.

Trop gourmand, le duo se fait repérer

Mais cette mallette de diamants, ce n'est pas le Graal. Alors, ils restent sur place à l'affût d'un coup encore plus juteux. C'est l'erreur fatale. Le vendeur s'est rendu compte du vol. Il visionne les images de vidéosurveillance et donne aussitôt le signalement de Zuzin. Le « Francesco Totti » des Tilleuls, comme est aussi surnommé ce fan de football, est arrêté quelques secondes plus tard. Pas Fadron qui est pourtant à quelques mètres de lui. « C'est comme si tu avais une cape d'invisibilité », lui textotera Zuzin depuis sa prison d'Hongkong.

Plutôt que de prendre aussitôt l'avion pour la France avec la mallette de diamants, Fadron tente un coup de poker pour sauver la peau de son complice. Il retourne sur le stand cerné par les forces de sécurité, franchit le cordon l'air de rien et fait semblant de ramasser quelque chose. « Regardez ce sont les diamants », montre-t-il à un agent avant de s'évanouir dans la nature.

En prison au Maroc, Zuzin « a vécu l'enfer »

« Une belle preuve d'amitié », juge Zuzin a posteriori. Cela ne l'empêchera pas d'être incarcéré seize mois en Chine. Fadron est arrêté lui aussi un mois après cet épisode, au retour d'un salon d'horlogerie à Bâle (Suisse). Les enquêteurs étaient déjà à ses trousses depuis le coup de Genève, armés de sa photo et surtout de ses empreintes. Il était coincé.

A Bâle, Fadron était accompagné de Kamel, un autre pote de toujours appelé en remplacement. Lui aussi fait preuve d'un culot hors du commun. Dans les soirées VIP des footballeurs, il se faisait passer pour l'agent de Zuzin, un « joueur prometteur du Havre ». Ce mardi, Kamel a été condamné à six mois ferme sous bracelet électronique pour le coup avorté de Bâle. « Il a déjà été incarcéré trois mois », précise son avocat, Maxence Baldo.

Visé par un mandat d'arrêt international pour l'affaire de Genève, Zuzin est extradé à Alger car il était entré en Chine avec son passeport algérien. Pour retourner en France, il tente de passer par le Maroc où il est finalement incarcéré « dans des conditions folles », a insisté son avocat, Chris Vogelgesang. « On était entassé à trente comme des sardines, a dégluti Zuzin au tribunal. Il y avait des suicides, un type s'est fait égorger. J'ai vraiment vécu l'enfer. »

L'heure de la rédemption pour les flambeurs ?

Il est rentré en France il y a un mois. Comme son pote Fadron, il n'avait jamais connu la prison avant. « Ils se sont rodés en volant des baskets ou d'autres broutilles lors de salons porte de Versailles ou à Villepinte, contextualise un de leurs proches. Mais ils ont toujours été attirés par les paillettes. Ils voyaient grand, sans doute trop. Ils ont vécu une vie hors du commun pendant des années avant de plonger. C'était écrit… »

Combien de vols le duo a-t-il réussis avant de se faire prendre ? Dans le quartier, on parle d'une quinzaine de coups, sans qu'il soit possible de le savoir vraiment. Aujourd'hui, les copains d'enfance des Tilleuls jurent que leur incarcération les a fait revenir sur terre et qu'ils veulent passer du temps avec leurs proches. Sans avoir à compter les secondes. Encore moins sur des montres de luxe.