Autoroutes urbaines en Ile-de-France : le cauchemar des piétons

Une dizaine de personnes à pied ont été tuées ces trois dernières années sur les autoroutes en petite couronne.

 Autoroute A1, à Saint-Denis. En février 2020, un homme est mort écrasé (Illustration).
Autoroute A1, à Saint-Denis. En février 2020, un homme est mort écrasé (Illustration). LP/C.G.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, des piétons sont aussi tués sur les autoroutes en petite couronne (Seine-Saint-Denis, Hauts-de-Seine et Val-de-Marne). Les accidents se produisent toujours de nuit et dans les zones urbaines denses que balafrent ces murailles conçues pour être infranchissables depuis la ville.

Et pourtant, en 2019, six piétons sont décédés sur les autoroutes de petite couronne : quatre en Seine-Saint-Denis et deux dans le Val-de-Marne. L'an dernier, en dépit de la baisse de circulation provoquée par le confinement et la crise du Covid-19, deux personnes ont été fauchées dans ces départements, sur l'A1 et l'A4.

Le premier drame s'est déroulé en février 2020, juste avant 6 heures du matin : un homme est découvert allongé sur l'A1, à Saint-Denis (93) et se fait écraser au moment où un autre conducteur tente de lui porter assistance. Le deuxième accident a eu lieu en mai 2020, vers 3 heures du matin, lorsqu'un piéton de 47 ans se fait percuter par un scooter sur l'A4, à Charenton-le-Pont (94).

Point noir sur l'A4 à Charenton-le-Pont

Cet endroit est d'ailleurs un point noir en matière d'autoroute urbaine, puisque deux passants y ont été mortellement fauchés en 2018 et 2019. En mars 2018, vers 1 heure du matin, un homme qui n'a pas pu être identifié a été percuté par une voiture à 90 km/h, alors qu'il coupait les voies de droite à gauche. En juillet 2019, un jeune homme de 25 ans est écrasé alors qu'il tentait de traverser la chaussée un peu avant minuit.

L'année 2019 a été sombre pour la Seine-Saint-Denis, puisque quatre des six collisions sur autoroute se sont déroulées sur son territoire. En juin, juste avant 5 heures du matin, une femme de 29 ans est fauchée alors qu'elle courait sur l'A86, au niveau de La Courneuve. Cette même année, trois autres personnes à pied sont décédées sur l'A3 dont l'une, alors qu'elle marchait sur la bande d'arrêt d'urgence, vers 3 heures du matin, à hauteur du Blanc-Mesnil.

Eviter des détours

Sans présumer des causes des accidents, plusieurs chocs mortels sont clairement liés à des tentatives de traversée des autoroutes, par des personnes qui veulent éviter de longs et inconfortables détours, faute de passerelle. La tentation peut être forte la nuit, lorsque le trafic se réduit, de s'élancer, en particulier depuis des zones où les voies de circulation sont à hauteur de la ville.

En 2020, selon des données encore provisoires, 60 personnes ont été tuées sur la route en petite couronne, dont 24 étaient des piétons, soit 40 % des morts. La moitié des 24 passants décédés avait moins de 6 ans ou plus de 65 ans.