Aulnay-sous-Bois : Maya, la chienne de la police municipale, butine les points de deal

Le 28 janvier, ce berger belge malinois de trois ans a permis de débusquer 12,2 kilos de résine de cannabis lors d’une opération des forces de l’ordre. «C’est un auxiliaire de police, pas un toutou à sa mémère», souligne fièrement son maître.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Aulnay-sous-Bois, le 11 février 2021. «Maya allie un flair très développé, la fidélité et l’obéissance, confie son maître, Antoine Brenner. Et elle adore travailler.»
Aulnay-sous-Bois, le 11 février 2021. «Maya allie un flair très développé, la fidélité et l’obéissance, confie son maître, Antoine Brenner. Et elle adore travailler.» LP/Nathalie Revenu

Maya aura évité de laborieuses recherches aux enquêteurs qui venaient perquisitionner un appartement de la rue du Bailli-de-Suffren, dans la cité des 3000, à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) le 28 janvier. Ils savaient qu' ils cherchaient de la drogue, mais ignoraient où elle se planquait. Avec sa truffe dotée d'un flair hors pair, leur chienne est allée droit au but.

« Elle s'est dirigée directement vers la buanderie et elle a marqué devant un sac en plastique dissimulé sous une étagère et n'a plus bougé, raconte Antoine Brenner, son maître. Puis, elle a commencé à gratter le paquet. »

LIRE AUSSI > Après 2500 opérations et 850 kg de drogue trouvés, la star des chiens policiers Gesko prend sa retraite

Pas d'ambiguïté possible : Maya avait flairé le gros lot. Enveloppés dans de la cellophane se tenaient bien à l'abri 12,2 kg de résine de cannabis. Maya a eu droit à son boudin, un petit jouet qu'elle affectionne et qui vient couronner ses exploits.

Elle s'entraîne plusieurs fois par semaine à détecter des substances illicites

A peine un mois après son arrivée au sein de la police municipale d'Aulnay-sous-Bois, ce berger belge malinois âgé de 3 ans se taille déjà un statut de star au sein de l'équipe. Poids plume de 22 kg, robe fauve, affûtée comme un athlète de haut niveau, Maya est considérée comme un membre à part entière de cette unité qui ne compte pas moins de 80 policiers. C'est la plus étoffée d'Ile-de-France.

« C'est un auxiliaire de police, pas un toutou à sa mémère », souligne fièrement son maître. Et elle est particulièrement courtisée. Lors de la perquisition du 28 janvier aux 3000, elle participait à une opération menée par la police nationale, qui ne compte pas d'animal à quatre pattes dans les rangs du commissariat d'Aulnay-sous-Bois.

LIRE AUSSI > Trafic de drogue : faut-il mettre fin au rôle des chiens policiers renifleurs?

Newsletter L'essentiel du 93
Un tour de l'actualité en Seine-Saint-Denis et en l'IDF
Toutes les newsletters

Il est vrai que l'achat d'un tel animal a un coût : « 3000 euros avec la formation », précise Loïc Le Roux, directeur général adjoint des services à la ville d'Aulnay. Tel un sportif professionnel, Maya s'entraîne plusieurs fois par semaine à détecter des substances illicites. Cannabis, cocaïne ou héroïne, elle est dressée pour repérer ces trois substances.

Quand elle ne travaille pas sur le terrain, c'est toujours avec son maître qu'elle teste son flair incomparable. Mais pas avec un morceau de shit, ni une bonbonne de cocaïne. « On l'entraîne avec des produits synthétiques qui sont spécialement fabriqués pour ça », indique son maître. Assise à ses côtés, Maya se tient sagement, dressant l'oreille. « Elle allie un flair très développé, la fidélité et l'obéissance, confie Antoine Brenner. Et elle adore travailler. »

Aulnay-sous-Bois, le 11 février 2021. A peine un mois après son arrivée au sein de la police municipale, Maya se taille déjà un statut de star au sein de l’équipe. LP/Nathalie Revenu
Aulnay-sous-Bois, le 11 février 2021. A peine un mois après son arrivée au sein de la police municipale, Maya se taille déjà un statut de star au sein de l’équipe. LP/Nathalie Revenu  

En revanche, elle ne viendra pas planter ses crocs dans les mollets des dealeurs. « Ce n'est pas un chien de défense, précise-t-il. Elle a été dressée uniquement pour la recherche de stupéfiants. » Son truc, c'est la détection de drogue et rien d'autre. Quand elle est en mission, « elle est concentrée sur son objectif. Si quelqu'un crie, elle ne se laissera pas distraire. » De même, s'il y a une bonne pièce de viande à portée, elle n'ira pas la dévorer.

Maya a vécu son heure de gloire avec la découverte des 12,2 kg. C'était sa première sortie sous la houlette de la police nationale. Cet exploit lui a déjà valu un début de notoriété. Pas seulement dans la police, mais aussi dans les cités d'Aulnay, là où les points de deal se comptent largement sur le doigt des deux mains.

« Il y en avait 21, ils ne sont plus que douze », indique Séverine Maroun, la première adjointe au maire. Ce n'est pas (encore) l'effet Maya. L'élue détaille tout le dispositif sécuritaire mis en place par la municipalité : les 420 caméras qui seront 500 à la fin de l'année, le recrutement de 20 nouveaux policiers pour atteindre un effectif de 100 agents et un centre de supervision urbaine qui mobilise 22 policiers.

L'élue ne cache pas que la lutte contre le trafic de stupéfiant est devenue l'une des priorités depuis que les atteintes aux biens ont diminué. « Ce chien est un atout indispensable, estime-t-elle. Cela permet de passer à la vitesse supérieure et de faire un travail plus fin qu'avec l'homme et à terme d'assécher les points de deal. » La carrière de Maya ne fait que commencer. « Elle peut encore travailler une dizaine d'années », confie son maître en la couvant d'un œil admiratif.