Au tribunal de Bobigny, il pleut dans les salles d’audience !

Saison humide pour la justice. La semaine dernière, cinq salles d’audience ont subi d’importantes infiltrations d’eau. Des mesures d’urgences seront mises en place cette semaine.

 Bobigny, tribunal judiciaire, jeudi 24 septembre. Des seaux ont été installés dans la salle d’audience pour recueillir l’eau qui s’infiltre du plafond et les magistrats ont dû déménager.
Bobigny, tribunal judiciaire, jeudi 24 septembre. Des seaux ont été installés dans la salle d’audience pour recueillir l’eau qui s’infiltre du plafond et les magistrats ont dû déménager. DR

Jeudi dernier, une audience a dû changer trois fois de salle à cause des infiltrations d'eau. C'est ce que confiait vendredi le nouveau président du tribunal judiciaire de Bobigny (Seine-Saint-Denis), Peimane Ghaleh-Marzban, au Premier ministre en visite sur le site le lendemain.

Plongé dans la dure réalité du second tribunal de France, Jean Castex était venu faire le point sur les travaux d'extension du tribunal et leur livraison annoncée « courant 2025 ». Mais ce sont d'autres travaux, liés à la couverture du bâtiment, qui ont fait littéralement tomber la pluie dans des salles d'audience ces derniers jours.

Des seaux entre les ordinateurs

Une dizaine de seaux d'eau ont dû être disposés un peu partout sur l'estrade, entre les piles de dossiers et les ordinateurs des magistrats et greffiers qui officiaient ce jour-là. « On bat le tribunal de Paris, les petits joueurs! », ironise Chtite greffe sur Twitter. Pourtant flambant neuf, le tribunal parisien est lui aussi victime d'infiltrations dans ses couloirs.

« Le mal logement dans le 93 commence par le tribunal », renchérit Ludovic Friat, magistrat coordonnateur de la 17e chambre et représentant local de l'USM (Union syndicale des magistrats).

Trois salles ont pris la douche. « Jeudi et vendredi, nous avons constaté des infiltrations sur les salles 4, 5 et 6, précise le président du tribunal. Nous avons dû trouver des solutions de repli. Cela n'a pas été simple. » Ainsi, vendredi, la 16e chambre, qui occupe d'une de ces salles, a dû déménager dans une autre aile.

Le ministère alerté en urgence

Cette fois ce n'est pas l'eau qui a perturbé les débats mais la température trop fraîche. La greffière avait enfilé une doudoune sous sa robe. « Nous sommes obligés de renvoyer des audiences. On ne peut pas juger sous la pluie », déplore Ludovic Friat. « Une seule affaire a été reportée », précise le président.

Les trombes d'eau qui se sont abattues sur l'Ile-de-France ont aussi provoqué des fuites dans deux autres salles d'audience qui n'étaient pourtant pas en travaux.

Les bâches n’ont pas suffi à éviter les infiltrations des eaux de pluie.DR
Les bâches n’ont pas suffi à éviter les infiltrations des eaux de pluie.DR  

Avec son armature en verre, cette construction prend l'eau de toutes parts. De lourdes interventions sur l'étanchéité et les couvertures sont en cours. « Dimanche, le département immobilier du ministère de la justice a été alerté en urgence pour intervenir ce lundi et bâcher ces deux autres salles, souligne le président. Des aménagements devraient être trouvés. Après nous risquerions d'être en difficulté. L'objectif est de lancer rapidement des travaux qui n'étaient prévus que dans quelques semaines. »

En attendant l'extension du tribunal qui doublera sa surface, les magistrats de la correctionnelle risquent de voir encore le ciel leur tomber sur la tête.