Attaque de Conflans : Darmanin a demandé la fermeture de la mosquée de Pantin

Le ministre de l’Intérieur a mis en cause l’imam de la mosquée, qui avait relayé une vidéo appelant à l’intimidation du professeur Samuel Paty, avant son meurtre vendredi.

La fermeture sera effective dans 48 heures, soit mercredi matin, a annoncé le ministère de l'Intérieur ce mardi. Gérald Darmanin a annoncé lundi soir sur le plateau de TF1 la .

« Cette mosquée sera fermée, le préfet de Seine-Saint-Denis signe ce soir cette interdiction », a souligné Gérald Darmanin en évoquant « six mois d'interdiction », si l'arrêté signé par le préfet est validé par la justice. Il évoque une décision prise « au lendemain de cet attentat absolument ignoble », à propos du meurtre par décapitation de Samuel Paty, enseignant en histoire-géographie de Conflans-Sainte-Honorine qui avait diffusé des caricatures de Mahomet, avait fait selon lui l'objet d'une « fatwa ». Gérald Darmanin mentionne ainsi des « associations qui ont pu aider à relayer le message ou à justifier cet acte absolument inqualifiable ».

Un message avec l'adresse du collège

Selon lui, le dirigeant de la mosquée de Pantin a lui-même « relayé le message qui consistait à dire que ce professeur devait être intimidé, en relayant d'ailleurs l'adresse du collège ». C'est après avoir découvert sur les réseaux sociaux cette vidéo tournée par parent d'élève du collège, qui s'insurgeait de ce cours - ainsi qu'une autre vidéo du militant islamiste Abdelhakim Sefrioui,- que l'assaillant de Samuel Paty, Abdoullakh Anzorov, s'en était mortellement pris à l'enseignant vendredi. Le jeune homme abattu dans la foulée avait par ailleurs tenté au préalable de contacter les auteurs des deux vidéos, sans que l'on sache s'ils ont réellement échangé ensemble.

« C'est peut-être un geste d'apaisement par rapport à la tension générale », a réagi auprès de l'AFP M'hammed Henniche, le responsable de la grande mosquée de cette ville du nord de Paris mis en cause, à propos de cette fermeture. Selon lui, « la fachosphère (a) pris une dimension telle que l'exécutif est obligé de suivre ». « Il y a une certaine tension donc l'exécutif est dans une position où il faut qu'il fasse des gestes forts, c'est un geste pour absorber l'émotion, pour réagir », a aussi souligné l'imam, pour lequel « on est entrés dans un engrenage, où on n'est plus dans la modération. On est partis dans quelque chose qui dépasse tout le monde ».

« Je regrette cette publication »

M'hammed Henniche n'a pas répondu ce lundi soir aux sollicitations du Parisien. Mais un peu plus tôt dans la journée, avant l'annonce de la fermeture de la mosquée, il nous disait « regretter » la publication, sur le compte Facebook de la mosquée, de la vidéo tournée par le père d'élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine.

« Je regrette cette publication qui a été immédiatement supprimée après l'atrocité subie par ce professeur. Nous ne l'avions d'ailleurs pas publiée dans une démarche de critique des caricatures ou de la liberté d'expression, mais parce que ce père d'élève était ému qu'on ait pu demander à des élèves musulmans de se signaler (NDLR : Samuel Paty aurait proposé à ses élèves ne souhaitant pas voir les caricatures de sortir de la salle) », expliquait M'hammed Henniche.

Il insistait sur un autre point : l'autre vidéo incriminée, celle du militant pro-islam radical Abdelhakim Sefrioui appelant à la mobilisation contre Samuel Paty, « n'a pas été publiée » par son association. En lieu et place de ces vidéos, la mosquée de Pantin avait, dimanche, lancé un appel à participer au rassemblement d'hommage à l'enseignant assassiné.

Des enfants scolarisées dans une école clandestine

Ce lundi soir, le ministre de l'Intérieur précise que des enfants de l'imam de la mosquée de Pantin auraient été pris en charge « dans l'école interdite de la semaine dernière que j'ai fait fermer à Bobigny ». Selon lui, dans cette école, « sans cours de récréation, sans fenêtre, sans professeur », des « enfants de 2 à 6 ans portaient le hijab ».

Cette école clandestine fait partie de la quinzaine d'établissements qui ont été fermés en Seine-Saint-Denis depuis 2018. Gérald Darmanin a aussi annoncé ce lundi soir sur TF1 que depuis trois ans, 356 lieux de radicalisation ont été fermés en France.

Au lendemain d'un Conseil de défense et en plein débat sur la loi sur le séparatisme, qui vise à lutter contre l'islamisme, l'exécutif a annoncé ce lundi matin une série d'opérations visant « des dizaines d'individus » évoluant dans la mouvance islamiste, a également révélé le ministre de l'Intérieur, dans la matinée. Selon son bilan effectué sur le plateau du JT, « il y a eu aujourd'hui 34 opérations de police lancées, elles vont donner lieu à des judiciarisations pour quelques-unes d'entre elles. »

VIDÉO. Darmanin : « J'ai demandé de faire fermer la mosquée de Pantin »