Affaire Théo : le parquet requiert la requalification du viol en violences volontaires

Quatre policiers sont mis en examen pour des violences commises sur ce jeune homme, le 2 février 2017, à Aulnay-sous-Bois.

 Theo Luhaka souffre de séquelles à vie.
Theo Luhaka souffre de séquelles à vie. LP/Arnaud Journois

Le principal policier mis en cause dans l'affaire Théo pourrait échapper à l'accusation de viol mais pas à la cour d'assises.

Le parquet de Bobigny annonce, ce mercredi, avoir requis la requalification des faits de « viol aggravé » en « violence volontaires avec arme par personne dépositaire de l'autorité publique ayant entraîné une mutilation ou une incapacité permanente partielle », à l'encontre d'un des policiers mis en examen pour avoir blessé Théo, le 2 février 2017 à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

Deux autres policiers renvoyés devant la cour d'assises

Le jeune homme, âgé de 22 ans à l'époque, avait été grièvement blessé à l'anus par le coup de matraque d'un policier.

Le parquet a également requis le renvoi de deux autres policiers devant une cour d'assises, pour des faits de violences volontaires commises « postérieurement à son interpellation » et un non-lieu pour un quatrième fonctionnaire.

Charge désormais au juge d'instruction de rendre une ordonnance de renvoi, dernier acte avant la tenue d'un procès.

Plus d'informations à suivre.