A Stains, 200 chercheurs d’Engie travaillent à la transition énergétique

Utilisation de l’hydrogène, du biogaz, de l’intelligence artificielle… Les 200 chercheurs du Lab Crigen du groupe Engie planchent sur les technologies bas carbone, dans leur nouveau centre inauguré ce mardi à Stains.

 Stains, ce 22 septembre, lors de l’inauguration du laboratoire de recherche Lab Crigen, du groupe Engie. Deux cents chercheurs y travaillent.
Stains, ce 22 septembre, lors de l’inauguration du laboratoire de recherche Lab Crigen, du groupe Engie. Deux cents chercheurs y travaillent. LP/Claire Guédon

Derrière la banale porte couleur gris souris, un robot bardé de capteurs et perché sur de solides pneus attend qu'on s'occupe de lui. Lové dans sa bulle grillagée, un petit drone fait une courte et stridente envolée, alors qu'un peu plus loin, des techniciens s'affairent autour de fours industriels alimentés en énergies alternatives, dans le but de réduire les émissions de gaz à effet de serre. C'est à Stains, sous sa nouvelle halle d'essai de près de 4 000 m2, qu'Engie imagine un peu du futur, où les technologies bas carbone prendraient le pas.

Ils sont 200 chercheurs de onze nationalités différentes à imaginer le marché « vert » de la transition énergétique. Le Lab Crigen, le plus gros centre de recherche du groupe Engie qui a été inauguré mardi, vient d'emménager à Stains. Les équipes ont quitté en fin d'année dernière le site de la Plaine Saint-Denis, face au Stade de France, pour laisser la place aux aménagements des Jeux olympiques 2024. Une page de l'histoire industrielle se referme définitivement : sur les terrains libérés à Saint-Denis, se trouvaient les fameuses usines à gaz qui desservaient Paris, jusqu'en 1957 et 1965. Les immenses gazomètres ont d'ailleurs marqué le paysage local jusqu'à leur démolition au début des années 80.

Stains, ce 22 septembre. Inauguration du laboratoire de recherche Lab Crigen, du groupe Engie. A l’extérieur, une tour expérimentale simule l’évacuation des fumées. LP/Claire Guédon
Stains, ce 22 septembre. Inauguration du laboratoire de recherche Lab Crigen, du groupe Engie. A l’extérieur, une tour expérimentale simule l’évacuation des fumées. LP/Claire Guédon  

Hydrogène, biogaz et gaz liquéfiés

« Ce bâtiment est un modèle technologique, un lieu d'expérimentation, un démonstrateur », a résumé Claire Waysand, directrice générale d'Engie par interim, lors de l'inauguration. « Nous voulons être un grand acteur mondial dans les énergies renouvelables », a complété Jean-Pierre Clamadieu, le président du conseil d'administration, également présent à la visite.

La matière première « verte » sur laquelle travaillent les ingénieurs et techniciens de Stains sont l'hydrogène, le biogaz et les gaz liquéfiés. La halle qui abrite douze zones d'essais est traversée d'une forêt de canalisations, pour pouvoir injecter n'importe quel gaz dans l'installation à tester. A l'extérieur, une tour expérimentale de 17 mètres de haut, présentée comme « unique en Europe » simule l'évacuation des fumées.