Villevaudé-Le Pin : deux pavillons, trois voitures et 30 000 euros saisis à des voleurs présumés

Quatre hommes, soupçonnés d’avoir participé à des vols de voitures, ont été placés sous contrôle judiciaire. Leur procès devant le tribunal correctionnel de Meaux est prévu le 23 octobre.

 Meaux. La Sûreté départementale a saisi deux maisons, des voitures ainsi que de l’argent liquide.
Meaux. La Sûreté départementale a saisi deux maisons, des voitures ainsi que de l’argent liquide. DR

Tout a commencé par un contrôle de police, qui a dégénéré. C'était le 12 juin 2019, dans une rue de Thorigny-sur-Marne. Une patrouille avait repéré deux malfaiteurs tournant autour d'une Volkswagen Golf. Ces derniers, qui s'étaient engouffrés dans leur BMW, n'avaient pas hésité, dans leur fuite, à percuter la voiture de police. Bilan : deux fonctionnaires blessés.

Les voleurs avaient dû prendre la fuite à pied, leur BMW étant accidentée. A l'intérieur de la voiture, signalée volée, les forces de l'ordre étaient tombées sur le parfait attirail du voleur : disqueuse, écarteur de portière, pied de biche, ordinateur… sans oublier des masques de type Scream et un gyrophare.

L'enquête avait été confiée à la Sûreté départementale (SD). « Ce service a une compétence particulière, avec des enquêteurs expérimentés, pour traiter les infractions relatives au vol et au maquillage de voitures. Sur cette affaire, ils ont eu affaire à des délinquants très professionnels », souligne le commissaire Nathan Bauer, patron de la SD.

Téléphonie, surveillances, analyse des empreintes génétiques relevées sur le matériel et surtout exploitation de l'ordinateur servant à reprogrammer les voitures volées : les enquêteurs sont parvenus à identifier l'équipe, soupçonnée d'avoir commis au moins 111 vols de voitures dans toute la région parisienne.

Interpellés le 29 septembre au matin

C'est mardi 29 septembre, dès potron-minet, que la Sûreté départementale a interpellé - avec l'assistance du Groupe interministériel de recherches (GIR) - cinq hommes et deux femmes, âgés d'une quarantaine d'années, à Villevaudé, Le Pin, Villeparisis et Chelles. La justice a saisi - provisoirement - deux pavillons, d'un montant de 492 000 euros (à Villevaudé) et de 350 000 euros (au Pin), ainsi que trois voitures et 30 000 euros en liquide.

A l'issue de leur garde à vue, les deux femmes ont été laissées libres et un des hommes s'est vu remettre une convocation devant le tribunal correctionnel de Meaux pour recel de vol.

Les quatre autres ont été placés sous contrôle judiciaire, vendredi soir. Et ce, en attendant d'être jugés - dans le cadre d'une comparution à délai différé - le 23 octobre, par le tribunal correctionnel de Meaux, pour vol en bande organisée.