Vaires-sur-Marne : Tony Estanguet estime que «80% des jeunes ne font pas assez de sport»

Le président du Comité d’organisation des JO 2024 a rencontré des collégiens et des lycéens à la base nautique olympique de Vaires-Torcy pour les sensibiliser à la nécessité de la pratique sportive.

AbonnésCet article est réservé aux abonnés.
 Vaires-sur-Marne, ce jeudi. Au bord de la rivière artificielle, Tony Estanguet, président de Paris 2024, a rencontré des collégiens et des lycéens à la base nautique olympique de l’île de loisirs.
Vaires-sur-Marne, ce jeudi. Au bord de la rivière artificielle, Tony Estanguet, président de Paris 2024, a rencontré des collégiens et des lycéens à la base nautique olympique de l’île de loisirs. LP/Hendrik Delaire

« Il faut donner un plus grand accès aux jeunes à la pratique du sport pour qu'ils puissent en faire plus, car aujourd'hui, 80 % n'en font pas assez ! » C'est le message qu'a tenu à faire passer Tony Estanguet aux collégiens et aux lycéens qu'il est venu rencontrer ce jeudi au stade nautique olympique de l'île de loisirs de Vaires-Torcy (Seine-et-Marne).

Désormais président du comité d'organisation des Jeux olympiques (Cojo), l'ex-champion de canoë s'est rendu sur le site qui accueillera les épreuves olympiques de canoë-kayak et d'aviron dans le cadre de la Semaine olympique et paralympique 2021.

A l'occasion de cet événement organisé par le Centre de ressources, d'expertise et de performance sportive (CREPS) d'Ile-de-France, le président de Paris 2024 est venu sensibiliser les élèves du collège René-Goscinny de Vaires-sur-Marne et du lycée Emily-Brontë de Lognes à la nécessité de la pratique sportive pour lutter contre la sédentarité.

Inciter les jeunes à faire du sport pour entretenir leur santé

« Le sport, c'est important pour la santé et l'épanouissement des jeunes. Il faut faire un minimum de trente minutes de sport par jour, c'est non négociable ! », a martelé Tony Estanguet juste avant qu'ils s'essayent à l'aviron sur le bassin en ligne de l'île de loisirs.

Vaires-sur-Marne, ce jeudi. « Il faut faire un minimum de trente minutes de sport par jour », a martelé Tony Estanguet aux collégiens et lycéens. LP/Hendrik Delaire
Vaires-sur-Marne, ce jeudi. « Il faut faire un minimum de trente minutes de sport par jour », a martelé Tony Estanguet aux collégiens et lycéens. LP/Hendrik Delaire  

Un message appuyé par Hakaroa Vallée, qui est un des deux parrains cette année de la Semaine olympique et paralympique. Ce lycéen de 16 ans, atteint de diabète de type 1 depuis quatre ans, milite en faveur des droits des diabétiques et notamment de leur droit à la pratique sportive.

« J'essaie de sensibiliser le plus de monde possible aux bienfaits du sport pour les personnes atteintes de diabète et combattre l'idée reçue, parfois même chez les médecins, qu'elles ne peuvent pas faire de sport car elles manquent de sucre. L'effort équilibre mon taux de sucre! », insiste le lycéen de Puteaux (Hauts-de-Seine), qui s'est fait connaître par ses défis sportifs et aussi pour son combat pour faire changer la loi sur les métiers interdits aux diabétiques.

Newsletter L'essentiel du 77
Un tour de l'actualité de la Seine-et-Marne et de l'IDF
Toutes les newsletters

Ce dernier insiste sur la nécessité de continuer la pratique du sport en plein air malgré le Covid-19. « Aucune étude n'a établi de relation entre le diabète de type 1 et le Covid-19. Le sport est un véritable médicament, c'est essentiel, Covid ou pas! », insiste Hakaroa Vallée, qui s'entraîne actuellement pour faire en tandem le tracé du Tour de France 2021, dont il parcourra les étapes un jour avant les coureurs de la Grande Boucle.

Le champion a fait découvrir l'équipement olympique aux jeunes

Mais Tony Estanguet est aussi venu à Vaires-Torcy pour faire découvrir l'équipement olympique à ces jeunes pour qui il est encore trop méconnu. « Il est important que les populations connaissent mieux ces sites olympiques près de chez eux et de trouver des façons de les impliquer dans ces équipements. Il faut donner envie aux nouvelles générations. Certains jeunes n'ont jamais pratiqué le canoë et venir ici peut susciter des vocations », assure le triple champion olympique de canoë.

Vaires-sur-Marne, ce jeudi. Parrain de l’événement, le lycéen Hakaora Vallée (à droite) passe à Tony Estanguet le relais de la Semaine olympique et paralympique organisée par le Creps. LP/Hendrik Delaire
Vaires-sur-Marne, ce jeudi. Parrain de l’événement, le lycéen Hakaora Vallée (à droite) passe à Tony Estanguet le relais de la Semaine olympique et paralympique organisée par le Creps. LP/Hendrik Delaire  

« C'est un outil absolument incroyable pour le mouvement sportif qui accueillera un événement magique et ambitieux (NDLR : les Jeux olympiques de Paris en 2024). Il faut aussi trouver l'équilibre pour que le sport reste accessible à tous. Il faut également laisser un héritage sur le site », estime Tony Estanguet, qui insiste sur l'opportunité que représente Paris 2024 pour les jeunes.

« La particularité de ce site, c'est qu'il permet de préparer nos sportifs de haut niveau et aussi de faire découvrir le sport et d'en partager les valeurs, sans laisser aucun éléphant blanc. Les équipements olympiques du conseil régional comme celui de Vaires-Torcy doivent aussi permettre de découvrir les métiers du sport et la possibilité d'être volontaire durant les JO », renchérit le conseiller régional Vincent Roger (Libres !), délégué spécial aux Jeux olympiques et paralympiques.