Serris : alcoolisé, le premier adjoint percute le scooter d’un jeune positif aux stups

Mardi soir, un accident a impliqué le premier adjoint au maire et un habitant de Serris. Les deux hommes positifs, à l’alcool pour l’élu et aux stupéfiants pour le jeune homme, ont été placés en garde à vue.

 Serris, mardi 29 septembre 2020. Le scooter du jeune circulait sur le trottoir et a percuté l'avant droit de la voiture de Luc C...
Serris, mardi 29 septembre 2020. Le scooter du jeune circulait sur le trottoir et a percuté l'avant droit de la voiture de Luc C... DR

Ils se sont regroupés devant la mairie de Serris mercredi et n'excluent pas de récidiver d'ici la fin de semaine, pour demander des explications au maire Philippe Descrouet (UDI). Des jeunes de Serris sont en colère après l'accident de la route qui a impliqué mardi soir, devant le gymnase Eric-Tabarly, le premier adjoint au maire en charge des travaux, bâtiments et cadre de vie, Luc C..., et Dylan B..., un Serrissien âgé de 20 ans.

Mardi soir, vers 21 heures, l'élu entre sur le parking du gymnase au volant de sa Renault Twingo et un choc a soudain lieu avec un scooter, qui circule sur le trottoir et percute sa voiture au niveau de la roue avant droite.

A cet endroit, pour accéder au parking depuis la route et la rue Emile-Cloud, il faut passer sur le trottoir via un espace encadré par deux barrières qui séparent le dit espace de celui des piétons. Le deux-roues serait donc arrivé de la droite mais il circulait alors sur le trottoir. Le jeune homme aurait expliqué l'avoir emprunté car son engin était... dépourvu de feu avant ! Donc très peu visible de nuit.

Serris, mercredi 30 septembre 2020. L'accident a eu lieu au niveau de l'accès au parking du gymnase Eric-Tabarly. LP/Alexandre Métivier
Serris, mercredi 30 septembre 2020. L'accident a eu lieu au niveau de l'accès au parking du gymnase Eric-Tabarly. LP/Alexandre Métivier  

« Le scooter n'avait rien à faire là »

« Au moment où mon adjoint s'engageait pour entrer dans le gymnase, le jeune qui roulait à fond sur le trottoir lui est rentré dedans. Il n'avait rien à faire là, indique le maire Philippe Descrouet (UDI). Ça n'a pas duré longtemps, mon adjoint a appelé la police municipale. C'est un jeune de la ville qui est impliqué, il est connu de nos services de police municipale. Il fait partie de ceux qui font des roues arrières partout », affirme le premier magistrat.

La version des amis de Dylan B... est différente. « Le pilote du scooter se rendait chez un ami qui habite à côté du gymnase. Au moment de rentrer dans l'enceinte du parking, il s'est fait percuter, relate l'un d'eux, arrivé sur place cinq minutes après le choc. Monsieur C... était ivre et sur son téléphone au moment de l'impact. Il a refusé de faire un constat, a appelé la police municipale pour le protéger. On a appelé la police nationale et les pompiers. » Le choc n'a pas fait de blessé.

« Un comportement inacceptable »

« Monsieur C... était en état d'ivresse lors de l'accident, c'est un comportement inacceptable venant d'un représentant de la mairie, ajoute un autre. A son arrivée, la police municipale n'a pas été en mesure d'effectuer le test. C'est après l'arrivée de la police nationale qu'il s'est avéré être positif. »

Si le maire indique « ne pas avoir connaissance de fait d'alcoolémie pour mon adjoint et qu'il faut se méfier des réseaux sociaux et ce qu'il s'y dit », son premier adjoint a effectivement été testé positif, avec un taux de 0,9 g d'alcool par litre de sang.

Luc C... a ensuite été placé en garde à vue et en est ressorti avec une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC) pour conduite sous empire de l'état alcoolique. Le jeune homme, positif lui au test des stupéfiants, s'est vu délivrer une convocation par procès-verbal (CPPV) pour usage de stupéfiants, défaut de maîtrise et violences volontaires envers Luc C...