Seine-et-Marne : sur la ligne P, la SNCF joue-t-elle la guerre des branches ?

Élus et usagers du Pays de l’Ourcq s’émeuvent du nouveau plan de transport, qui prévoit de supprimer des directs de l’axe de La Ferté-Milon au profit de celui de Château-Thierry.

 Illustration. La ligne P du Transilien dessert notamment le nord de la Seine-et-Marne.
Illustration. La ligne P du Transilien dessert notamment le nord de la Seine-et-Marne. LP/Sébastien Blondé

Dans le fracas provoqué par la grève dans les transports en commun, en particulier sur la ligne P du Transilien, l'information est passée au second plan. Elle n'en inquiète pas moins les usagers de la branche de La Ferté-Milon (Aisne) et les élus du Pays de l'Ourcq.

Dans le nouveau plan de transport imaginé par la SNCF et par Ile-de-France Mobilités (IDFM), l'autorité organisatrice des transports dans la région, deux directs seront supprimés : celui de 7h18 au départ du terminus axonais et celui de 18h05 au départ de la gare de l'Est.

La Ferté-Milon et Château-Thierry, dans l’Aisne, constituent les terminus des deux branches nord de la ligne P.   LP/Infographie
La Ferté-Milon et Château-Thierry, dans l’Aisne, constituent les terminus des deux branches nord de la ligne P. LP/Infographie  

En mai, ces trains seront basculés sur l'autre branche nord de la ligne, la plus fréquentée : celle de Château-Thierry (Aisne). Le matériel sera plus moderne et sa capacité sera accrue pour soulager cet « axe saturé », précise IDFM.

Plus de deux ans après le lancement du projet de «co-construction» baptisé P +, la nouvelle stratégie serait-elle celle de la guerre des branches? Jean-François Parigi (LR) en a peur.

Dans un communiqué publié sur Twitter, le collectif de La Ferté-Milon s'inquiète des conséquences du nouveau plan de transport

« La mise en opposition des territoires de Château-Thierry/La Ferté-sous-Jouarre et du Pays de l'Ourcq ne me semble pas être la bonne méthode », estimait-il à l'issue de la réunion qui a entériné ce nouveau plan de transport… en l'absence des maires et des représentants des usagers du Pays de l'Ourcq.

Newsletter Un tour de l'actualité de la Seine-et-Marne et de l'IDF
L'essentiel du 77
Toutes les newsletters

Deux mois plus tard, le député de la sixième circonscription de Seine-et-Marne n'a pas changé d'avis. « Je ne voudrais pas qu'on avantage un territoire au détriment d'un autre », redoute-t-il. Aurore Sancier, la représentante du collectif de La Ferté-Milon, partage cette crainte.

La SNCF renvoie la balle à Ile-de-France Mobilités

« C'est malheureux de vouloir privilégier un axe par rapport à un autre, souffle-t-elle. On nous dépouille alors qu'on n'a déjà pas grand-chose et que le nombre de voyageurs augmente sur les deux branches. »

Le bonheur des uns fait le malheur des autres. Et inversement. « Ce sera une bouffée d'air », se félicite Kévin, qui prend le train à La Ferté-sous-Jouarre, sur la branche de Château-Thierry. Conscient de la colère des voyageurs de l'autre axe nord, le jeune usager ne fanfaronne pas : « Nous sommes contents, pas heureux. »

Contactée, la SNCF renvoie la balle à IDFM. Qui présente ce nouveau plan de transport comme une réponse à « la demande exprimée par les voyageurs de retirer les plus vieux trains de la mission Paris - La Ferté-Milon, qui occasionnent beaucoup plus de retards […] que les autres trains. »

Mareuil-sur-Ourcq, décembre 2017. Aurore Sancier est la représentante du collectif des usagers de la branche de La Ferté-Milon de la ligne P. LP/Cindy Belhomme
Mareuil-sur-Ourcq, décembre 2017. Aurore Sancier est la représentante du collectif des usagers de la branche de La Ferté-Milon de la ligne P. LP/Cindy Belhomme  

«Déshabiller Pierre pour habiller Paul»

Les chiffres attestent du développement démographique du territoire. Entre 2015 et 2019, la fréquentation a progressé de 1 % sur la branche de La Ferté-Milon, de 6 % sur celle de Château-Thierry. La première accueille environ 5 000 usagers par jour en semaine, contre près de 30 000 pour la seconde.

Une différence d'un pour six, qui semble avoir présidé à la décision de donner la priorité à l'axe le plus emprunté. « Aujourd'hui, en heures de pointe, nos trains sont saturés à plus de 130 %, signale Kévin. Une meilleure répartition des voyageurs est une nécessité. »

Pour Aurore Sancier, la mesure revient à « déshabiller Pierre pour habiller Paul ». Pour calmer la grogne, la SNCF et IDFM se sont engagés à ce que ce nouveau plan de transport fasse l'objet d'une période d'essai de six mois.

La SNCF «s'engage à maintenir en état les rames inox»

« Il a été convenu que cette phase test serait réversible si la SNCF ne tenait pas ses engagements », annonce le syndicat des transports en Ile-de-France. Une concession ? Plutôt un jeu de dupes, estime la représentante du collectif de La Ferté-Milon.

« Comment allez-vous expliquer aux usagers de la branche de Château-Thierry qu'on leur enlèvera les trains qu'on venait de leur ajouter ? », fait-elle mine de s'interroger.

En guise de réponse, la SNCF « s'engage à maintenir en état les RIB [NDLR : rames inox banlieue] afin de permettre leur remise en service si l'expérimentation n'est pas conclusive ». « Les rames inox continueront d'être entretenues, ce n'est pas rien », salue Kévin.

L'électrification remise en cause ?

Derrière le sort des deux directs pointe le sujet de l'électrification des voies entre Trilport et La Ferté-Milon. Cette portion est, avec la branche Paris-Provins *, la dernière du réseau ferré francilien à utiliser du matériel roulant au diesel.

Et si le projet tant espéré, en bonne voie depuis les annonces de la présidente du conseil régional et d'IDFM Valérie Pécresse il y a un, était remis en cause par ce nouveau plan de transport ?

« Je crains que les voyageurs n'empruntent plus cette branche, se reportent sur les gares de Trilport ou de Villers-Cotterêts [NDLR : dans l'Aisne] et qu'on dise On ne va plus investir, il n'y a plus assez d'usagers », lâche le député Jean-François Parigi.

En écho à cette inquiétude, Aurore Sancier y voit un « message négatif ». « Pourquoi vouloir nous électrifier alors qu'on nous enlève des directs, demande-t-elle. On nous assure que ça n'a aucun lien. Mais ça nous fait vraiment peur pour la suite. »

*Le chantier d'électrification est en cours sur cette branche