Seine-et-Marne : quinze sites prêts à accueillir les entraînements d’athlètes olympiques

Le comité d’organisation des JO de Paris 2024 a dévoilé la liste des sites proposés pour les entraînements des athlètes du monde entier. La Seine-et-Marne en compte quinze répartis sur treize communes.

 Vaires-sur-Marne, mardi 18 juin 2019. Le bassin olympique d’eau vive est le premier site Paris 2024 à avoir été mis en service. Il pourra accueillir les entraînements avant les compétitions olympiques.
Vaires-sur-Marne, mardi 18 juin 2019. Le bassin olympique d’eau vive est le premier site Paris 2024 à avoir été mis en service. Il pourra accueillir les entraînements avant les compétitions olympiques. LP/Olivier Arandel

Le coup d'envoi des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 sera donné dans un peu moins de quatre ans. Mais, avant d'accueillir une partie des épreuves de la 23e olympiade, la Seine-et-Marne pourra recevoir les athlètes souhaitant venir s'entraîner et s'acclimater avant les épreuves.

Le comité d'organisation des Jeux de Paris 2024 a communiqué ce mardi une liste de 415 sites en France, mis à disposition des différentes délégations, qui auront ainsi toutes les cartes en main pour choisir leur lieu d'entraînement.

Parmi ces sites, quinze se trouvent en Seine-et-Marne répartis sur le territoire de treize communes.

Chacune des municipalités ou des intercommunalités sélectionnées espère désormais séduire les délégations du monde entier pour qu'elles viennent s'entraîner dans leurs infrastructures.

Dans le sillage du stade nautique olympique de Vaires-Torcy

Avec six des quinze sites retenus, le territoire de la communauté d'agglomération de Paris Vallée de la Marne (PVM) tire tout particulièrement son épingle du jeu.

Seul site à accueillir des épreuves olympiques dans le département, l'île de loisirs de Vaires-Torcy, où se dérouleront les épreuves d'aviron et de canoë-kayak, est la tête gondole de ces centres de préparation aux Jeux.

« C'est la vraie locomotive pour le sport d'élite comme pour le sport de masse sur le territoire mais nous sommes très heureux de voir que d'autres équipements comme le Nautil, ou le futur centre aquatique de Champs-sur-Marne ont été retenus, ce qui récompense notre politique sportive et de tout le mouvement associatif », se réjouit Gilles Bord (PS), le maire de Pontault-Combault mais aussi 1er vice-président de l'agglomération Paris Vallée de la Marne chargé des équipements sportifs, de la politique sportive communautaire et des Jeux olympiques Paris 2024.

Cinq autres équipements communaux et intercommunaux du territoire sont ainsi mis à disposition des athlètes : les centres nautiques du Nautil à Pontault-Combault et celui de Champs-sur-Marne qui n'est pas encore sorti de terre, ou le complexe sportif Maurice Bacquet pour la gymnastique et le judo à Chelles, ainsi que le dojo Raymond Mur qui peut accueillir les judokas à Pontault-Combault ou l'espace Roger-Boisramé, où évolue l'équipe de handball de Pontault-Combault.

« Il faudra désormais faire du marketing pour inciter des délégations à venir s'entraîner chez nous. Les différentes équipes nationales pourront profiter de notre position géographique à proximité des réseaux de transports menant à Paris. En tant que passionné de handball, j'aurais adoré que nous recevions les entraînements de l'équipe de France à Pontault-Combault mais les joueurs iront s'entraîner à la Maison du handball. Nous espérons accueillir les entraînements d'autres sélections durant lesquels nous espérons attirer un maximum de spectateurs lors des phases qui ne seront pas à huis clos », se projette, l'élu qui est un ancien arbitre international de handball.

Fontainebleau, le 27 septembre 2015. Le Grand Parquet de Fontainebleau, qui s’était fait damer le pion par Versailles pour accueillir les épreuves olympiques d’équitation, est parvenu à fédérer le monde sportif du territoire. LP / Céline Dély
Fontainebleau, le 27 septembre 2015. Le Grand Parquet de Fontainebleau, qui s’était fait damer le pion par Versailles pour accueillir les épreuves olympiques d’équitation, est parvenu à fédérer le monde sportif du territoire. LP / Céline Dély  

À Fontainebleau, on rêve de l'équipe de France d'équitation

Autre infrastructure phare du département, le Grand Parquet de Fontainebleau, qui s'était fait damer le pion par Versailles pour accueillir les épreuves olympiques d'équitation, est parvenu à fédérer le monde sportif du territoire.

« L'important était de rester dans le jeu avec cette candidature en lien avec le Centre national des sports de la défense (CNSD). En tout ce ne sont pas moins de 31 disciplines que nous proposons, dont l'équitation au Grand Parquet. Nous apparaissons désormais dans le catalogue », se félicite Pascal Gouhoury (LR), le président de la Communauté d'agglomération du Pays de Fontainebleau.

Pour attirer le maximum de délégations, le Grand Parquet est ainsi mis aux normes olympiques et se voit doter d'une nouvelle carrière. « Le chantier de cette nouvelle carrière, la deuxième en sable, dont le coût s'élève à 2,4 millions d'euros, devrait s'achever avant fin avril. Le Petit Parquet a également été mis aux normes olympiques. Les abords seront remodelés Fontainebleau est un lieu mythique dans le monde de l'équitation et nous sommes une terre de champions olympiques. Ce serait bien de pouvoir accueillir les entraînements de l'équipe de France d'équitation ! », espère l'élu.

Dans les environs du Grand Parquet, la base nautique de la Magdeleine, où l'on pratique l'aviron et le kayak sur la Seine, rénovée l'an dernier à Samois-sur-Seine et le CNSD pourront recevoir les athlètes d'une vingtaine d'autres disciplines.

Mais l'intercommunalité ne table pas que sur ses équipements et ses infrastructures pour séduire les athlètes. « Nous avons la chance de bénéficier d'un cadre et d'une qualité de vie reconnus dans le monde entier », expose confiant Pascal Gouhoury.

Les centres de préparation olympique proposés : Bailly-Romainvilliers (escrime, escrime fauteuil), Ozoir-la-Ferrière (gymnastique artistique, judo, taekwondo), Chelles (gymnastique artistique, judo), Serris (handball), Champs-sur-Marne (natation), Pontault-Combault (natation artistique, judo, handball), Meaux (gymnastique artistique), Vaires-sur-Marne (canoë-Kayak slalom et sprint, paracanoë, aviron), Buthiers (VTT XCO), Fontainebleau (concours complet, dressage, saut d'obstacles, athlétisme, boxe, équitation, handball, judo, natation, pentathlon moderne, taekwondo, tir à l'arc, triathlon, volley-ball, volley-ball assis), Samois-sur-Seine (aviron, canoë-kayak sprint), Jablines (VTT XCO), Lagny-sur-Marne (aviron).