Seine-et-Marne : les malfaiteurs présumés ciblaient les Peugeot 3008 et 5008

Les gendarmes de Seine-et-Marne viennent d’interpeller quatre hommes suspectés d’avoir dérobé 10 Peugeot 3008 et 5008. Ils sont aussi soupçonnés d’avoir commis treize tentatives de vols sur ces deux véhicules très prisés.

 Meaux, le 1er février 2021. Lors des perquisitions, les gendarmes de Meaux, chargés d’enquêter sur des vols en série de 3008 et de 5008, ont retrouvé tout l’attirail nécessaire pour forcer et faire démarrer des voitures.
Meaux, le 1er février 2021. Lors des perquisitions, les gendarmes de Meaux, chargés d’enquêter sur des vols en série de 3008 et de 5008, ont retrouvé tout l’attirail nécessaire pour forcer et faire démarrer des voitures. Gendarmerie nationale

Les Peugeot 3008 et 5008, des sacrés numéros pour leurs propriétaires… mais aussi pour les voleurs de voitures. Ces SUV de la marque au lion font partie des voitures les plus volées en France. Depuis un an, plusieurs réseaux ont été démantelés en région parisienne. Dans quelques semaines, ce sont quatre hommes qui vont être jugés au tribunal judiciaire de Meaux. Ils ont été arrêtés le 1 er février dernier par les gendarmes de la brigade de recherches de Meaux, soupçonnés d'avoir commis 10 vols et 13 tentatives depuis juin dernier.

C'est à cette époque que les militaires commencent à voir arriver les premières plaintes sur leurs bureaux, notamment dans le nord de la Seine-et-Marne. Des victimes sont recensées à Moussy-le-Neuf, Meaux, Dammartin-en-Goële, Othis, Rouvres ou encore Le Plessis-Belleville (Oise) et Fontenay-en-Parisis dans le Val-d'Oise.

Le mode opératoire ne varie guère. La plupart du temps, les voleurs utilisent une tige en métal pour entrer dans le véhicule. Ensuite, soit ils débranchent les fils, soit ils utilisent une clé d'encodage qui leur permet de faire démarrer la voiture. Du matériel et des logiciels souvent achetés sur en toute discrétion sur le Darknet. A la fin de l'année, le groupe d'enquête et de lutte contre les atteintes aux biens de la brigade de recherches de Meaux se charge des différents faits et se met en chasse.

Des perquisitions fructueuses

Après deux mois d'investigations, ils ciblent quatre hommes, âgés d'une vingtaine d'années et domiciliés aux alentours de Dammartin-en-Goële pour trois d'entre eux, et dans un département proche pour le quatrième, considéré comme le chef présumé de la bande. Le lundi 1er février, les enquêteurs passent à l'action et interpellent le quatuor.

Les perquisitions dans les quatre domiciles s'avèrent fructueuses. Outre près de 1 700 euros en liquide, les gendarmes retrouvent des systèmes de traqueurs, d'extraction, des brise-glace, bref, l'attirail nécessaire généralement utilisé par les voleurs. A l'issue de leur garde à vue, deux d'entre eux sont incarcérés en attendant leur procès, les deux autres étant placés sous contrôle judiciaire.

« Ce sont des véhicules qui ont une forte popularité à l'exportation, notamment vers l'Afrique, confie un militaire. Elles sont aussi très prisées en Europe de l'Est pour leurs pièces détachées. »