Seine-et-Marne : Julien Caron et Elsie Bérillon créent un hameau écologique autosuffisant

Implantés et reconnus dans le milieu associatif à Coulommiers, Julien Caron et Elsie Bérillon créent un écohameau sur les hauteurs de Saint-Rémy-de-la-Vanne. Un lieu de vie en autonomie totale et écologiquement neutre.

 Saint-Rémy-de-la-Vanne, lundi 21 septembre 2020. Julien Caron, Elsie Bérillon et leur fille Hina sont en train de créer un hameau écologique autosuffisant. Des portes ouvertes sont organisées ce samedi. Mais c’est complet.
Saint-Rémy-de-la-Vanne, lundi 21 septembre 2020. Julien Caron, Elsie Bérillon et leur fille Hina sont en train de créer un hameau écologique autosuffisant. Des portes ouvertes sont organisées ce samedi. Mais c’est complet. LP/Sébastien Roselé

« Notre objectif est de faire un éco-hameau, c'est-à-dire de fonctionner en autonomie. » Julien Caron, 36 ans, est l'un des membres actifs de l'association Aideale qui animait le café associatif de Coulommiers. Avec sa compagne Elsie Bérillon, 35 ans, ils sont en train de créer un écohameau à Saint-Rémy-de-la Vanne, au lieu-dit d'Autheil, sur les hauteurs de la commune. Ce samedi, ils organisent une journée portes ouvertes qui est complète. Soixante personnes se sont inscrites pour découvrir le lieu. Le bouche-à-oreille a fonctionné à plein puisque le couple n'a pas fait de publicité.

De quoi s'agit-il ? C'est un terrain de 5,3 hectares sur lequel d'ores et déjà une famille demeure, celle des promoteurs de l'écohameau. Le lieu est en pleine nature, entouré de forêts. Le but du projet est de créer un lieu en totale autonomie et donc de laisser une empreinte écologique neutre. « Pour ce qui est de l'eau, nous utiliserons l'eau de pluie et recyclerons les eaux usées par phytofiltration », explique Julien Caron.

Pour l'énergie, des panneaux solaires seront installés. Le couple envisage aussi de stocker par énergie mécanique l'électricité produite en trop. Et pour l'alimentation, « nous utiliserons la permaculture ». Oubliez les tracteurs et autres engins utilisant des énergies fossiles. Car ici, la traction animale sera de mise.

Coulommiers, jeudi 7 septembre 2017. De g. à dr. Elsie Bérillon, Lisa Piccard et Julien Caron animent le café associatif Le Cool Home Yeah qui fermera ses portes à la fin de l’année.LP/Sébastien Roselé
Coulommiers, jeudi 7 septembre 2017. De g. à dr. Elsie Bérillon, Lisa Piccard et Julien Caron animent le café associatif Le Cool Home Yeah qui fermera ses portes à la fin de l’année.LP/Sébastien Roselé  

« L'objectif n'est pas de faire une communauté hippie », lance dans un grand rire Julien Caron. « Nous ne serons pas une communauté fermée qui vit en autarcie. » « On veut faire un lieu d'échanges de savoir-faire, embraye Elsie Bérillon. Nous avons beaucoup de choses à apprendre. » Pas un lieu fermé sur lui-même mais à terme autosuffisant. « Ce sera un lieu de vie », confirme la trentenaire. Mais cela implique de respecter la charte des lieux avec des contraintes qui suppose un total changement de vie. L'utilisation des produits toxiques est interdite et les toilettes seront sèches.

Au départ, lorsque l'idée a germé, les promoteurs songeaient à installer un total « de six à huit familles » sur place. « Mais cela dépend des autorisations de la mairie », enchaîne Julien Caron. Le couple a acheté le domaine. Les familles qui souhaiteront tenter l'aventure seront locataires. Mais la somme des loyers des futurs occupants permettra de couvrir le remboursement du crédit et des charges. « Le but n'est pas de se faire de l'argent », rassure Elsie Bérillon. Quant à l'habitat, ce seront de toutes petites maison très peu gourmandes en énergie. Très en vogue, elles sont appelées des « tiny houses » en anglais, des maisons minuscules, en français.

LIRE AUSSI > Voyage en utopie : bienvenue à Eotopia, hameau écolo

Ce projet écologique repose totalement sur l'humain et donc sur les bonnes volontés des futurs habitants. Le couple en a conscience. « Nous ne sommes pas à l'abri que cela se passe mal. Mais on tente. Et on verra bien », conclut Elsie Bérillon. Les deux trentenaires ont une certaine expérience du public et du milieu associatif puisqu'il tient le café associatif Le Cool Home Yeah qui fermera ses portes à la fin de l'année.

Élue depuis juillet dernier seulement au poste de maire, Régine Herbette (SE) avoue humblement ne pas connaître ce dossier, et, partant, ne pas avoir d'avis « ni en bien ni en mal ». « Mon prédécesseur avait émis des réserves sur le projet mais moi je suis nouvellement élue. Je sais qu'il y a une journée portes ouvertes. Un de mes adjoints s'y rendra. Quant à moi, cela dépendra de mon emploi du temps. »

Eco-hameau Le Ruisseau du Couru, Saint-Rémy-de-la-Vanne, lieu-dit Autheil. Portes ouvertes ce samedi 26 septembre. Complet.