Seine-et-Marne : Disneyland Paris se reconfine jusqu’à la mi-février

La direction du complexe de loisirs annonce la fermeture des parcs, hôtels et restaurants à compter de ce jeudi soir, jusqu’au 12 février. Elle espère, si les conditions sanitaires le permettent, une courte réouverture pour les vacances de Noël.

 Chessy, le 14 mars 2020. « En prévision des vacances de Noël, les réservations restent ouvertes pour des séjours du 19 décembre au 3 janvier », écrit la direction dans un communiqué. Si les conditions sanitaires le permettent…
Chessy, le 14 mars 2020. « En prévision des vacances de Noël, les réservations restent ouvertes pour des séjours du 19 décembre au 3 janvier », écrit la direction dans un communiqué. Si les conditions sanitaires le permettent… LP/Hendrik Delaire

La magie de Disney n'aura tenu que trois mois et demi face à l'épidémie de Covid-19. Alors que le nombre de contaminations ne cesse d'augmenter en France au fil des jours, la direction de Disneyland Paris a annoncé ce jeudi que les parcs, hôtels et restaurants n'accueilleront plus aucun visiteur ni client à partir de ce jeudi soir.

Cette décision intervient alors que se profile le week-end d'Halloween. « On commençait à retrouver une affluence correcte durant ces vacances scolaires et Halloween devait en être le point d'orgue, constate, fataliste, Lucas Gheddab, salarié et élu CFTC. Avec Noël, c'est l'autre point culminant de la saison. »

Les faits se répètent pour la destination touristique la plus prisée d'Europe, puisqu'elle avait déjà été contrainte de fermer ses portes à la mi-mars pour une durée de quatre mois. À la réouverture des parcs le 15 juillet, des fans de toute l'Europe avaient fait le déplacement en Seine-et-Marne.

LIRE AUSSI > Des fans de toute l'Europe pour la réouverture de Disneyland Paris

« En prévision des vacances de Noël, les réservations restent ouvertes pour des séjours du 19 décembre au 3 janvier, est-il écrit dans un communiqué. Nous espérons être ouverts pendant cette période, si les conditions sont réunies et les décisions gouvernementales le permettent. »

La direction ajoute ses sites seront fermés « du 4 janvier au 12 février inclus ». Une période de l'année durant laquelle la fréquentation, après le pic de Noël, est généralement faible. Si les deux semaines de réouverture à la fin de l'année s'avèrent impossibles, les attractions des deux parcs pourraient donc rester vides pour les cent prochains jours.

La jauge des 25000 visiteurs simultanés jamais atteinte

Les parcs n'avaient pas encore fermé ce jeudi que déjà les futurs visiteurs et les amoureux de la magie de Disney réagissaient. Les premiers demandaient des précisions quant aux conditions de remboursement, quand les seconds apportaient des messages de soutien à la direction.

Newsletter L'essentiel du matin
Un tour de l'actualité pour commencer la journée
Toutes les newsletters

« En tant que détenteur d'un passe annuel Infinity qui devait se renouveler pendant la fermeture, j'attends les informations sur comment les dates de fin et de début de validité seront gérées », écrit un internaute. « Comment fait-on pour ceux qui ont des billets CE (NDLR : comité d'entreprise) valables jusqu'à début novembre ? », interroge un deuxième

Assailli de questions sur les réseaux sociaux, Disneyland Paris invite les personnes qui avaient réservé leur place durant les périodes concernées à s'informer régulièrement sur son site.

Malgré un rebond ces derniers jours, le complexe touristique peinait à atteindre la jauge maximale fixée à 25 000 personnes présentes simultanément après la réouverture du 15 juillet. Avant l'épidémie, la fréquentation s'élevait à 40 000 visiteurs par jour.

La direction avait pourtant mis le paquet pour rassurer les passionnés de l'univers Disney : trois kilomètres de barrières, 50 000 litres de gel hydroalcoolique répartis dans 2 000 distributeurs, paiement sans contact, vitres en Plexiglas…

«Le chômage partiel ne durera pas ad vitam aeternam»

Selon Lucas Gheddab de la CFTC, ce nouveau coup d'arrêt créé « de la frustration et beaucoup d'angoisse au sein des équipes ». « Aux Etats-Unis, les licenciements s'enchaînent : 28 000 en Floride, puis 1 750 en Californie, souligne-t-il. En France, nous avons la chance d'avoir le chômage partiel. Mais il ne durera pas ad vitam aeternam. »

Depuis son ouverture en avril 1992, c'est la quatrième fois que Disneyland Paris prend une telle décision. La dernière en date remonte donc à la mi-mars. Il s'agissait alors d'enrayer l'épidémie de Covid-19, dans le cadre de la stratégie nationale de confinement.

En 2015, après les attentats du 13 novembre, les parcs d'attractions étaient restés fermés durant quatre jours. Seize ans plus tôt, lors de la tempête de décembre 1999, le site n'avait pas accueilli de public pendant deux jours.