Seine-et-Marne : 70 permis de conduite retenus par les gendarmes en dix jours

Les gendarmes renforcent leurs contrôles sur les infractions graves au Code de la route, après avoir eu 27 décès sur leurs routes. En dix jours, 44 voitures, motos ou véhicules utilitaires ont été mis en fourrière.

 Illustration. Les gendarmes renforcent leurs contrôles sur les comportements dangereux au volant.
Illustration. Les gendarmes renforcent leurs contrôles sur les comportements dangereux au volant.  LP/Marine Legrand.

Depuis le début de l'année 2020, il y a eu vingt-sept décès sur les routes du département en zone gendarmerie, contre dix-huit en 2019 (+ 50 %), et ce malgré le confinement, ou plutôt même… à cause.

« Les gens ont un comportement différent en ville et à l'extérieur des villes. Pendant le confinement, certains ont pris la route pour un circuit et sortaient à des horaires où ils pensaient qu'il n'y aurait pas de gendarmes. Ces habitudes de vitesse et d'alcool perdurent », déplore le Chef d'escadron Patrick Martinez, commandant de l' escadron départemental de sécurité routière de Seine-et-Marne.

Sur les dix premiers jours du mois d'octobre, soixante-dix permis de conduire ont été retenus par les gendarmes, en attente de décision de la préfecture ou de la justice. « Soixante-dix conducteurs ont adopté des comportements dangereux devant les gendarmes, soit plus du double de l'année dernière, où ils étaient trente-deux », observe le Chef d'escadron.

3,5 fois plus de défauts de permis

Le commandant de l'escadron départemental de sécurité routière de Seine-et-Marne avance des chiffres alarmants. « Les alcoolémies supérieures à 0,8 g d'alcool par litre de sang, obligeant par voie de conséquence le conducteur à rendre son permis de conduire, ont été multipliées par 3 sur la période. Pour la consommation de stupéfiants, les excès ont été multipliés par 2,3 ».

En parallèle, le nombre de conducteurs contrôlés sans permis de conduire, en suspension de permis ou avec un permis ayant un solde nul de points a été multiplié par 3,5… « Un individu a été contrôlé le 1er octobre par les militaires de la brigade motorisée de Nemours pour la huitième fois, sans permis, et il a été incarcéré », illustre le Chef d'escadron.

Cette année, quarante-quatre voitures, motos ou véhicules utilitaires ont aussi été retirés de la circulation depuis début octobre. « L'année dernière, sur la même période, un seul véhicule avait été placé durant sept jours en fourrière aux frais du contrevenant, suite à ces types de faits graves », compare-t-il.

Des contrôles renforcés jusqu'à la fin de l'année

« Petit à petit, il a été nécessaire de recentrer un peu plus l'activité des gendarmes dédiés à la sécurité routière sur les infractions au Code de la route les plus graves, à savoir les consommations de produits stupéfiants ou d'alcool par les conducteurs et les grands excès de vitesse. C'est ce que nous rencontrons comme cause ou phénomène dans les accidents mortels et corporels », poursuit Patrick Martinez.

Forcément, les chiffres augmentent « mais cela veut aussi dire que les usagers de la route ont ces comportements à risque ». Et de mettre en garde tous les usagers de la route : « Ces contrôles vont se poursuivre et même se renforcer jusqu'aux fêtes de fin d'année ». La gendarmerie de Seine-et-Marne annonce notamment des contrôles sur la N36, demain jeudi.

DERNIERE MINUTE

Deux accidents sur la N104, un motard héliporté. Deux accidents se sont produits, à quelques minutes d'intervalle, ce mercredi en début d'après-midi sur la N104, dans le sens sud-nord, de Corbeil-Essonnes (Essonne) vers Lognes. Le premier s'est produit à 13h20 à hauteur de Pntault-Combault. Il s'agit d'un carambolage entre quatre voitures. Heureusement, il n'y a pas eu de blessés graves. Le second accident, plus grave, a impliqué un deux-roues et un poids-lourd, à Servon, deux minutes plus tard. Le motard, grièvement blessé, a été héliporté vers le centre hospitalier Henri-Mondor (Val-de-Marne). Les deux accidents ne sont pas liés. La route a été coupée pendant environ une heure, jusqu'à 14h30, occasionnant d'importants embouteillages.