Seine-et-Marne : 453 PV pour excès de vitesse en une journée sur la N4

Plusieurs centaines de contraventions ont été dressées par les gendarmes au cours d’une grande opération de contrôles sur la RN4. Objectif : faire ralentir les automobilistes sur cet axe aux longues lignes droites.

 Châtres, ce mardi. Les gendarmes contrôlaient notamment les vitesses des véhicules à l’aide de leur voiture-radar.
Châtres, ce mardi. Les gendarmes contrôlaient notamment les vitesses des véhicules à l’aide de leur voiture-radar. Gendarmerie de Seine-et-Marne

Un conseil : abonnez-vous à la page Facebook « Gendarmerie de la Seine-et-Marne »! Elle a peut-être permis à certains de penser à lever le pied et passer ainsi sans encombre au travers de la grosse opération de contrôles menée tous azimuts, mardi, par les gendarmes sur la route nationale 4.

L'opération ciblait avant tout les vitesses excessives. Elle a duré toute la journée, de 7 heures à 19 heures, sur l'axe routier qui va de Paris à Nancy dans sa traversée de la Seine-et-Marne. Soit près de 70 km, essentiellement en lignes droites, dont plus de 30 km en 2x2 voies limitées à 110 km/h. Elle a même été annoncée sur les réseaux sociaux (Page Facebook et compte Twitter ) tôt dans la matinée.

Moto, voiture-radar, radar mobile... les gendarmes étaient partout

Malgré l'information rendue publique, ce contrôle géant a tout de même permis la constatation de 453 excès de vitesse, dont deux supérieurs à 50 km/h au-dessus de la vitesse autorisée. La preuve que les automobilistes ont souvent le pied lourd sur la N4.

Pour y parvenir, tous les militaires de l'Escadron départemental de la sécurité routière (EDSR) ont été mobilisés sur cette journée, soit 32 gendarmes : à moto pour les interceptions, à bord de leur voiture-radar ou à côté de leur discret radar mobile installé sur le bord de la route, pour constater incognito les excès de vitesse, ou encore sur le bord des routes menant à la N4 pour contrôler les papiers des conducteurs.

Pour information, un premier radar mobile avait été installé à hauteur de Châtres. Un second flashait de son côté à hauteur de Bernay-Vilbert.

Huit permis de conduire retirés au total

Pour compléter leur fructueux tableau de chasse, les gendarmes de l'EDSR ont aussi pris sur le fait 24 automobilistes utilisant leur téléphone au volant. Ils ont également relevé un défaut de permis de conduire, deux conduites après consommation de stupéfiants et constaté 30 autres infractions diverses.

Au final, huit permis de conduire ont été retirés à leurs propriétaires et quatre véhicules ont été placés en fourrière.

«453 excès de vitesse, c'est beaucoup, d'autant plus qu'on avait prévenu qu'on allait être là, estime le commandant de l'EDSR. Sur ce genre d'opération, ce qu'on veut, c'est calmer le jeu, que tout le monde revienne à une conduite paisible. On a la volonté de faire ralentir la vitesse, pas de remplir les caisses de l'Etat, comme on l'entend régulièrement sur les contrôles. »

La RN4 fait partie des axes sur lesquels la gendarmerie veut porter une attention plus marquée. La N 36, la N 3, ainsi que les routes départementales 402, 619 et 605 figurent aussi dans son collimateur.

Mercredi, un conducteur flashé à 154 km/h !

« La N4 est un des axes les plus empruntés du département. On veut le viabiliser car il y a pas mal d'accidents, comme à la fin août où on a eu six accidents mortels, poursuit le commandant. On veut stopper l'hémorragie. On mobilise donc des moyens banalisés et sérigraphiés, ainsi que des contrôles automatisés. »

Le message n'est pas forcément passé auprès de tous. Dès le lendemain mercredi, un automobiliste s'est fait prendre sur la N4, à 154 km/h au lieu de 90. «Ça continue tous les jours », constate le commandant.

«C'est vrai que les gens ont le pied lourd sur cette route, confirme Stéphanie, une habitante de Vaudoy-en-Brie qui a aperçu les militaires ce mardi. C'est bien que les gendarmes soient plus présents. »